Vous êtes ici

Mathieu Belay, Le mercredi 25 février 2015
72 heures à...

36 heures à Tallinn : l’essentiel de la capitale estonienne en 12 étapes

De par sa taille, Tallinn est la plus modeste des capitales baltes. Pourtant, avec sa charmante vieille ville classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO et pléthore de bonnes adresses, l’ancien comptoir hanséatique mérite le voyage.
  • La vieille ville de Tallinn vue depuis Toompea, la ville haute | © 500px CC – ##Liz Harker@@http://bit.ly/1zfnY8v
    La vieille ville de Tallinn vue depuis Toompea, la ville haute | © 500px CC – Liz Harker
  • Le centre historique de Tallinn est classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO | © 500px CC – ##Liz Harker@@http://bit.ly/1Fu5wOm
    Le centre historique de Tallinn est classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO | © 500px CC – Liz Harker
  • Porte dans la vieille ville | © 500px CC – ##Liz Harker@@http://bit.ly/1As7XkG
    Porte dans la vieille ville | © 500px CC – Liz Harker

Souvent combiné à un tour des capitales baltes ou à la visite d’Helsinki de l’autre côté de la Mer Baltique (1h40 de ferry ou 20 minutes d’hélicoptère pour les plus pressés), on reste généralement peu de temps à Tallinn, la charmante capitale de l’Estonie. Ce qui n’est pas dénué de sens dans la mesure où le centre historique de la ville, classé au Patrimoine mondial de l'UNESCO, tient dans un mouchoir de poche.

Exceptionnellement, et pour tenir compte de cette spécificité, notre format 72 heures se mue en un express 36 heures ne retenant que les essentiels et adresses incontournables de celle qu’on appelait Reval jusqu’en 1918.

 

Jour 1 – Vendredi

14h – Faire son check-in dans l’une des adresses de charme de la ville

Tallinn ne comptant que 400 000 habitants (le tiers de la population estonienne), on ne pouvait s’attendre à y trouver une myriade d’hôtels de luxe. C’est donc une bonne surprise de découvrir trois boutique hotels 5-étoiles au cœur de la vieille ville : le Telegraaf, membre des Small Luxury Hotels et étrangement le plus grand d’entre eux (86 chambres, un restaurant gastronomique et un spa avec piscine) est devenu la référence en ville depuis son ouverture à la fin des années 2000.

Le pionnier Schlössle, un Leading Hotel of the World, auquel nous avons consacré un reportage, reste une une valeur sûr dans la capitale estonienne, tout comme le charmant Three Sisters, seul Relais & Châteaux du pays.

Si votre budget est moindre, le romantique Hotel St Petersbourg est une alternative intéressante pour profiter d’une ambiance intimiste chic. Tandis que les allergiques aux boutique hotels et autres établissements de charme pourront toujours se replier sur le suréquipé et très moderne Swissotel, au cœur de la ville nouvelle.

Schlossle Hotel - Tallinn
Devant le Schlössle Hotel, seul établissement membre des Leadings Hotels of the World à Tallinn

15h – Se recueillir dans la Cathédrale Alexandre Nevski

Qu’ils soient catholiques, luthériens, russes orthodoxes et juif, les lieux de culte ont constamment joué un rôle central dans la vie culturelle de Tallinn depuis que les croisés allemands ont christianisé le pays au début du XIIIème siècle. L’église Saint-Olav fut par exemple le plus haut bâtiment du monde au XVIème siècle (de 1549 à 1625 précisément) avec sa flèche gigantesque qui servait alors de repère aux marins de la Baltique.

Aujourd’hui, la cathédrale Alexandre Nevski, œuvre de l’architecte Préobrajensky  dans le quartier de Toompea (la ville haute), est l’église incontournable de la capitale estonienne. On viendra autant pour son imposante architecture rappelant un gros gâteau (selon nous) que pour ses intérieurs richement décorée dans un style historiciste composite. Les fidèles, en particulier les femmes, sont nombreuses à se recueillir dans cette cathédrale orthodoxe, de loin la plus opulente du pays.

15h30 – Admirer la vue depuis la colline de Toompea

Colline surplombant le centre historique, Toompea forme un petit plateau rectangulaire d'environ 400 mètres sur 250 sur lequel on retrouve la fameuse cathédrale Alexandre Nevski, des résidences d’ambassadeurs, de jolies maisons colorées et deux promontoires permettant de profiter d’une vue panoramique sur les toits de la vieille ville et la mer Baltique en toile de fond.

Un passage inéluctable de toute visite à Tallinn.

L’église Saint-Olav fut par exemple le plus haut bâtiment du monde de 1549 à 1625 !

16h30 – Boire un chocolat chaud chez Anneli Viik (Pikk 30)

Pour reprendre des forces, en particulier lors des rudes journées d’hiver, rien de tel qu’une pause chez Anneli Viik, considérée à juste titre comme la championne du chocolat en Estonie. En plein cœur de la vieille ville, la chocolatière est installée dans un café cosy et intimiste où il est possible d’acheter ses créations artisanales. Ou de déguster son fameux chocolat chaud, si dense que la cuillère tient debout dans la tasse !

Un peu plus loin, toujours sur Pikk (au n°16 exactement), les amateurs de lieux historiques ne rateront pas Maiasmokk, le plus ancien café de la ville encore en fonctionnement (depuis 1864) dont l’atmosphère n’est pas sans rappeler celle des cafés viennois.

17h30 – Faire son shopping comme les locaux

Après une première après-midi passée à arpenter la vieille ville, vous n’aurez pas manquer de remarquer que la vieille ville est avant tout touristique. Beaucoup de restaurants (des usines à touristes aux adresses gastronomiques), de nombreuses boutiques de souvenirs, des hôtels et maisons d’hôtes par dizaines mais relativement peu d’Estoniens du cru ou de « vraies » boutiques, celles où les Tallinnois font leur shopping.

Pour se mêler aux autochtones, rien ne vaut un passage par l’un des vastes malls de la ville nouvelle, comme le vaste Viru Keskus (Viru väljak 4) à deux pas des portes du centre historique. Toute la jeunesse tallinnoise semble s’être donnée rendez-vous dans ce centre commercial où l’on retrouve les grandes enseignes internationales (Zara, H&M, Mango) mais aussi de nombreux cafés populaires parmi les locaux.

19h30 – Goûter à la cuisine bistronomique d’Yves Le Lay chez Neh (Lootsi 4)

Neh est l’une des adresses incontournables de la nouvelle scène gastronomique locale. Derrière cette adresse perdue à l’écart la vieille ville, nichée entre une station-service et un magasin d’alcool (!), se cache l’adresse urbaine des propriétaires du Pädaste Manor et de son restaurant gastronomique Alexander considéré comme l’une des meilleures tables du pays. 

Quand il n’est pas dans le réputé manoir du bord de mer, le chef franco-danois d’origine bretonne Yves Le Lay, aussi sympathique que talentueux, décline une cuisine bistronomique sincère et authentique composée uniquement de produits locaux et saisonniers. Le cadre est cosy à souhait, le service efficace et souriant, l’atmosphère casual chic : la caille se dégustera entière et à la main plutôt que soigneusement désossée.

Les tapas de la Baltique chez Neh
Les "tapas de la Baltique" préparées par Yves Le Lay au Neh

On pensera à réserver tôt pour ne pas se retrouver dans une salle vide. Les Estoniens, qui composent majoritairement la clientèle du restaurant (une rareté à Tallinn) ont pour habitude de dîner extrêmement tôt pour nos standards, les plus en avance n’hésitant pas à arriver à 18h pétantes.

Le sympathique chef Yves Le Lay décline chez Neh une cuisine bistronomique sincère et authentique, composée de produits locaux et saisonniers.

22h – Faire la tournée des bars

Malgré sa petite taille, la capitale estonienne compte quelques bonnes adresses pour boire un verre après le dîner, principalement regroupées dans la vielle ville ou dans ses abords.

Parmi elles, Manna La Roosa (Vana-Viru 15), un resto-bar récemment ouvert dans une maison historique en lisière du centre historique. Aux commandes de la cuisine, le chef grec Nikolaos Stavrakakis, qui n’est pas moins qu’un ancien de Noma (ce qui fait d’ailleurs du lieu une bonne adresse pour dîner) tandis que les intérieurs jouent la carte du bohème chic. Le lieu est réputé, entre autres, pour ses cocktails.

Si vous ne trouvez pas de place au Manna La Roosa (ce qui est fort probable tant le lieu est fréquenté en fin de semaine), à quelques dizaines de mètres seulement, le Chicago 1933 (Aia 3) est un jazz bar très populaire parmi les locaux de tous âges, perpétuellement bondé le week-end. Encore un peu plus loin, cette fois au cœur de la vieille ville, le Clazz (Vana turg 2) se rapproche plus d’un club de jazz traditionnel avec ses live tous les soirs de la semaine et sa clientèle un peu plus âgée.

Deux autres adresses pour terminer : Von Khrali Baar (Rataskaevu 8), rattaché au théâtre éponyme est un haut-lieu des cultures alternatives locales (bières pas chères et ambiance toujours animée) alors que le Butterfly Lounge (Vana-Viru 13) séduit une clientèle féminine sur son 31.

24h30 – Découvrir la vielle ville de nuit

Avant de rejoindre ses pénates, on profitera du calme de la nuit pour s’offrir une promenade nocturne dans les rues médiévales du centre historique. C’est à cette heure du jour (ou plutôt de la nuit) que le la vieille ville classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO dévoile tous ses charmes. L’absence de voiture (et même de piétons passé un certaine heure) et le fait que les magasins de souvenirs soient désormais fermés apportent un calme bienvenu aux ruelles pavées de la ville.

Pour peu, on se croirait revenu à l’époque de la Hanse.

On profitera du calme de la nuit pour s’offrir une promenade nocturne dans les rues médiévales du centre historique.

Jour 2 – Samedi

11h30 – Acheter ses souvenirs chez Zizi (Vene 12)

Les boutiques de souvenirs ne manquent pas dans la vieille ville, vendant, entre autres choses des bijoux en ambre bon marché à tour de bras. Il existe pourtant quelques exceptions pour ramener d’authentiques cadeaux made in Estonia sans tomber dans le mauvais goût ou le cheap. L’un des meilleurs spots de la vielle ville en matière se trouve chez Zizi, enseigne spécialisée dans les articles et le linge de maison. Imaginés et fabriqués en Estonie, les produits Zizi sont autant incontournables pour leur qualité que pour leur design, le tout à des prix très accessibles.

13h – Déjeuner bio et local chez Leib (Uus 31)

L’une des meilleures tables de la vieille ville se situe tout au bout de Uus, la rue que l’on emprunte en arrivant du port de Tallinn. Caché dans une vieille maison, ce restaurant ouvert par Janno Lepik et Kristjan Peäske, deux foodies convaincus, s’avère être une escale de choix pour goûter à une cuisine estonienne gourmande et généreuse basée uniquement sur des produits bios, locaux et de saison ! On ne ratera pas le pain noir - la signification de leib en estonien - particulièrement délicieux.

Service décontracté mais toujours professionnel, cadre cosy et jolie carte des boissons (pour les amateurs de vins comme de bières) complètent le tableau. Sans oublier la belle terrasse dans la cour intérieure du restaurant, dès que la météo le permet ! On y va les yeux fermés.

Entrée (salade de canard) chez Leib
Salade de canard servie en entrée chez Leib

15h30 – Visiter le musée d’art moderne Kumu (Valge 1)

Il est temps de quitter la vieille ville pour rejoindre, un peu plus à l’est le Parc Kadriorg où se situe le Kumu, contraction de Kunstimuuseum, « musée d'art » en estonien.

Au cœur de l’un des plus anciens espaces verts de la ville, ce grand bâtiment de pierre et de verre, inauguré en 2006 et imaginé par l’architecte finlandais Pekka Vapaavuori abrite des collections d'art estonien de la fin du XVIIIème siècle jusqu'à nos jours, incluant les cinquante années d'administration de la république socialiste soviétique d'Estonie.

Idéal pour se familiariser avec la culture locale dans un cadre contemporain.

Le musée Kumu à Tallinn
A l'intérieur du Kumu, le musée d'art estonien à l'architecture contemporaine.

19h – Découvrir la gastronomie estonienne de Dmitri Haljukov chez Cru

Qui aurait pensé que sur la très passante et touristique rue Viru (elle relie la vieille ville à la ville nouvelle pour faire simple) se trouvait l’une des toutes meilleures tables tallinoises ? Pas nous en tout cas. Pourtant la présence du chef Dmitri Haljukov chez Cru aurait du nous mettre la puce à l’oreille.

Inconnu en France, ce chef talentueux a notamment représenté son pays aux Bocuse d’Or en 2015 et déroule une cuisine gastronomique tout à la fois sophistiquée et accessible, aussi savoureuse que visuelle. Un seul exemple ? Le chevreuil, exceptionnel, digne d’un restaurant étoilé tant pour la qualité de viande que pour la composition créative et équilibrée du plat, se monnaye seulement 21€. Et tout est à l’avenant, des entrées aux desserts en passant par les hors-d’œuvres.

L’adresse idéale pour terminer notre escapade estonienne sur une note élégante.

Y aller

Un vol direct opéré par Air Baltic relie Paris CDG à Tallinn (TLL) 4 fois par semaine. Les autres jours, il faudra faire escale à Riga, le hub de la compagnie en Lettonie, pour rejoindre la capitale estonienne.

A partir de 79€ l'aller simple .