Vous êtes ici

Mathieu Belay, Le mercredi 23 avril 2014
72 heures à...

72 heures à Budapest : les meilleures adresses de la capitale hongroise

On vous emmène cette semaine dans la capitale hongroise qui s’impose définitivement l’une des plus excitantes métropoles d’Europe Centrale. 72 heures pour découvrir ensemble ce que la ville a à offrir de meilleur aux visiteurs.
  • Le Pont des Chaînes et le Château de Buda au second plan | © Flickr CC - Visionn Photo @ avisionn.com - https://flic.kr/p/d9yJsd
    Le Pont des Chaînes et le Château de Buda au second plan | © Flickr CC - Visionn Photo @ avisionn.com - https://flic.kr/p/d9yJsd
  • Le Parlement hongrois vu de nuit | © Flickr CC - Emilio J Santacoloma - https://flic.kr/p/imVKqG
    Le Parlement hongrois vu de nuit | © Flickr CC - Emilio J Santacoloma - https://flic.kr/p/imVKqG
  • Perspective sur le Pont des Chaînes, le Four Seasons Gresham Palace et la Basilique Saint-Etienne | © Four Seasons Hotels and Resorts
    Perspective sur le Pont des Chaînes, le Four Seasons Gresham Palace et la Basilique Saint-Etienne | © Four Seasons Hotels and Resorts
  • Les Bains Széchenyi dans le parc municipal Városliget | © Four Seasons Hotels and Resorts
    Les Bains Széchenyi dans le parc municipal Városliget | © Four Seasons Hotels and Resorts

Budapest, vibrante capitale d’Europe Centrale

Depuis l’effondrement du Bloc de l’Est, le visage de Budapest a bien changé. Désormais vibrante métropole d’Europe Centrale, la capitale hongroise se montre dynamique dans tous les domaines, de la gastronomie à l’art en passant par le design, le clubbing et les arts contemporains, et ce malgré l’ombre inquiétante de l’extrême-droite qui plane sur le pays depuis l’arrivée au pouvoir de Viktor Orbán en 2010.

Budapest c’est aussi une ville riche de plus de mille ans d’histoire à la fois grandiose et sombre. De ce passé prospère et cosmopolite subsiste un héritage culturel et un patrimoine architectural est exceptionnel. Des lieux emblématiques de la ville aux spots les plus en vogue, nous vous faisons découvrir les adresses incontournables de la ville pour profiter un maximum de votre week-end prolongé.

 

Jour 1 - Vendredi

 

11h – Poser ses valises à l’hôtel

Chaque chose en son temps. On commence par poser ses valises à l’hôtel avant d’aller explorer la capitale hongroise.. Avant qu’on ne publie un guide complet de Budapest et des meilleures adresses de la ville d’ici à quelques mois, on peut d’ores et déjà vous rassurer, le choix de beaux hôtels est vaste et le rapport qualité/prix plus que correct pour l’Europe. Entre autres adresses, on recommande le Four Seasons Gresham Palace, incontestablement le plus beau et le plus fastueux des hôtels de luxe de la ville, le boutique hotel chic Palazzo Zichy, le somptueux Boscolo Budapest, le sage Sofitel ou l’orientalisant Buddha-Bar Hotel.

13h – Déjeuner au Mák Bistro (Vigyázó Ferenc utca 4)

Première pause gourmande du week-end au Mák. Dans ce néobistrot à la hongroise on vient goûter la cuisine inspirée de Krisztián Huszár ancien disciple du chef basque multi-étoilé Martin Berasategui. A l’image du cadre qui mélange minimalisme et touches de rusticité, la cuisine d’inspiration magyare est contemporaine, respectueuse des saisons et de la qualité des produits. Velouté de cresson, filet de porc mangalica avec ses panais et pousses de radis, chiboust d’abricot et caramel au beurre salé : les plats s’enchaînent avec justesse pour cette cuisine sans prétentions mais toujours imaginative. Mention très bien pour le rapport qualité : le prix des formules déjeuner à 2.800 à 3.500 Ft (soit environ 9 à 11,50 euros) défie toute concurrence en ville.

L’avenue Andrássy est à Budapest ce que les Champs-Elysées sont à Paris : une artère imposante et historique où le shopping est roi.

14h30 – Faire son shopping sur l’avenue Andrássy

L’avenue Andrássy ou Andrássy út en hongrois dans le texte est à Budapest ce que les Champs-Elysées sont à Paris : une artère imposante et historique où le shopping est roi. C’est en particulier autour de l’Opéra que se sont installées les marques de luxe internationales (Vuitton, Burberry, Max Mara, Vertu…). Mais si le lèche-vitrine est une activité à temps plein ici, n’oubliez pas de jeter un coup d’œil au patrimoine architectural unique de cette avenue classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Autres lieux importants : la Maison de la terreur (Terror Háza), musée en l'honneur des victimes des dictatures du XXème siècle, le musée Franz Liszt, le quartier des théâtres, la place Oktogon ou la galerie Kogart où se cache une jolie terrasse pour déjeuner aux beaux jours.

16h – S’accorder une pause café au Callas (Andrássy út 20)

Avant de poursuivre la balade, on pourra s’autoriser une pause pour commander un petit noir ou un thé Mariage Frères, déguster une pâtisserie ou une glace. Installé au coin de l’Opéra, le Callas est une institution à Budapest. Après avoir été laissé à l’abandon, ce fastueux café de style Art Déco a retrouvé son lustre d’antan sous la houlette du décorateur britannique David Collins, connu pour ses aménagements intérieurs luxueux de restaurants, bars et hôtels à Londres.

17h – Arpenter les ruelles du District VII (Quartier Juif)

On quitte l’Opéra, les boutiques de luxe et les cafés opulents pour rejoindre l’univers du street art, des petits bars de quartier et des boutiques alternatives. Changement d’ambiance radical en traversant Andrássy vers le sud pour rejoindre District VII, le traditionnel quartier juif de la ville. C’est ici qu’ont élu résidence artistes, créateurs et jeunes entrepreneurs multipliant les ouvertures d’hostels tendances, de cafés branchés ou de shops designs, en particulier sur Király utca. C’est également dans dans ce quartier  que l’on trouve les romkocsma, littéralement “bars de ruine” en hongrois, symboles du dynamisme de la scène nocturne locale. Installés dans d'anciens immeubles tombés en ruine pendant la période communiste, ils ont un temps été squattés par des artistes avant de devenir l’épicentre de la vie nocturne underground du quartier (on y reviendra plus tard).

On quitte l’Opéra, les boutiques de luxe et les cafés opulents pour rejoindre l’univers du street art, des petits bars de quartier et des boutiques alternatives.

19h – Passer la soirée à l’Opéra

Moins réputée que Vienne ou Prague, Budapest est pourtant une ville d’Opéra qui vaut le détour. Pour des spectacles de grande qualité dans un cadre néo-renaissance absolument somptueux, direction l’Opéra d’Etat Hongrois dont l’acoustique est réputée pour être l’une des meilleures d’Europe, juste derrière la Scala et l’Opéra Garnier. On vous invite à consulter le programme sur www.opera.hu pour vous tenir au courant des représentations qui auront lieu pendant votre séjour. 
N’hésitez pas à jeter en même temps un coup d’œil la liste des évènements du Théâtre Erkel. Originellement nommé Népopera (l’Opéra du Peuple), ce théâtre à l’allure austère  propose une programmation de concerts, ballets et opéras de belle facture à des prix exceptionnellement attractifs (comptez 3.600 Ft pour une place dans la meilleure catégorie, soit à peine 12 euros).

Alternative de luxe : le Four Seasons propose en exclusivité à ses clients, et de manière exceptionnelle, de dîner sur la scène de l’Opéra devant un show créé spécialement pour l’occasion mêlant musique lyrique, théâtre et danse.

23h – Siroter un cocktail à The Bar (Anker köz 1-3)

Un dernier verre avant de rentrer à l’hôtel ? On  se rend à Anker köz, une curieuse rue courbe du centre-ville pour trouver The Bar, l’adresse idéale pour s’offrir une coupe de champagne ou un cocktail sophistiqué. L’élégant décor noir et or et l’atmosphère animée en font le spot parfait pour finir la soirée en beauté.

L’élégant décor noir et or et l’atmosphère animée en font le spot parfait pour finir la soirée en beauté.

Jour 2 - Samedi

 

11h - Chiner au marché aux puces d’Ecseri

Bienvenue dans le plus grand marché aux puces d’Europe Centrale. De véritables antiquités en passant par les incontournables vestiges de l’ère communiste (insignes, uniformes, etc.) cette brocante géante offre un choix invraisemblable d’objets en tous genres à mi-chemin entre le vide-greniers et un marché aux puces prestigieux. Tous les prix sont à marchander, avec plus ou moins de facilité en fonction du niveau d’anglais du vendeur. Avant de quitter les lieux, on déjeunera sur le pouce dans l’un des stands rustiques du marché. 
(Pratique : pour s’y rendre, on recommande le taxi, beaucoup plus rapide, ou le bus 54 au départ de Boráros tér.)

13h30 – Flâner le long du Danube

Retour à Boráros tér pour entamer une balade ensoleillée et digestive le long du Danube. On remonte vers le nord en direction du Pont des Chaînes pour une promenade d’environ 2,5 kilomètres le long du plus célèbre des fleuves européens. L’occasion de prendre la mesure de l’ampleur du fleuve mais aussi d’observer la toponymie de la ville. Sur l’autre rive, le Mont Gellért coiffé de sa citadelle historique, elle aussi classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco, surplombe la capitale hongroise du haut de ses 235 mètres. Plus loin, la perspective offre un premier aperçu du Château de Buda et de l’Eglise Notre-Dame-de-l‘Assomption de Budavár.

15h – Traverser le Pont des Chaînes pour explorer Buda

Retour au cœur du centre ville sur la place Széchenyi où s’érige sur votre droite l’un des plus beaux bâtiments de la ville, le somptueux Four Seasons Gresham Palace et à votre gauche le légendaire Pont des Chaînes, symbole de la réunification de Buda et Pest au milieu du XIXème siècle et véritable prodige technique pour l’époque. Notez les deux lions de pierre qui gardent, de chaque côté, la tête du Pont des Chaînes. Pour la petite histoire, la légende locale veut que leur sculpteur, János Marschalkó, se suicida en se jetant dans le fleuve parce qu'il avait oublié de les doter de langues. En réalité, bien que peu visibles, les lions possèdent bien des langues…

Une fois, côté Buda grimpez – en funiculaire ou à pied – jusqu’au  Château, l’ancienne résidence des rois de Hongrie, joyau architectural de la ville et hôte de deux musées majeurs : la Galerie nationale hongroise (Magyar Nemzeti Galéria) et le Musée historique de Budapest. 
On poursuit la route à pied vers la colorée Eglise Matthias (aussi connue sous le nom d’Eglise Notre-Dame-de-l'Assomption de Budavár), principal sanctuaire catholique de la ville dont les origines remontent au XIIIème siècle. Ne manquez pas les vues sur Budapest et son Parlement depuis les remparts situés juste derrière.

Produits nobles, technique précise, assaisonnements justes, cuissons parfaites : le résultat dépasse les espérances des plus fins gourmets.

17h – Respirer le grand air sur l’Île Marguerite

Havre de verdure, l’Île Marguerite coupe le Danube en deux à seulement quelques centaines de mètres au nord du Parlement. Cette île recouverte d’espaces verts est généralement considérée par les Budapestois  comme le poumon de la ville qui viennent s’y promener, faire du sport ou pique-niquer. Plusieurs jardins (anglais, japonais, français) s’y succèdent et on y trouve également le monument du Centenaire, les ruines du couvent où vécut la princesse Marguerite (à laquelle l'île doit son nom), la promenade des Artistes,  un théâtre en plein air et l'ancienne fontaine musicale. En été, le Palatinus, plus grande piscine extérieure de la ville accueille ceux qui voudraient faire un petit plongeon.

20h – Savourer la gastronomie hongroise à Onyx (Vörösmarty tér 7)

Encore jeune en termes de gastronomie, la capitale hongroise ne compte que deux restaurants étoilés. Onyx, l’un d'eux, a nos faveurs pour s’offrir un dîner d’exception, unique et authentiquement hongrois. 
On troque ici de côté la sempiternelle gastronomie française pour une cuisine hongroise de haute volée inspirée des recettes traditionnelles du pays. Aux commandes de ce restaurant flamboyant dont la surprenante décoration néo-baroque est signée Zoltán Varró , Szabina Szulló qui nous livre sa vision brillante de la gastronomie locale sous la forme d’un très inspiré Hungarian Evolution Menu en six services. Tartare de buffle avec sa sauce à l’huître, foie d’oie et son pain brioché, œuf à la truffe, Goulash revisité, chevreuil. Produits nobles, technique précise, assaisonnements justes, cuissons parfaites : le résultat dépasse les espérances des plus fins gourmets.

23h – S’encanailler dans les romkocsma de Kazinczy utca

Si le dîner chez Onyx vous a laissé des forces, poursuivez la soirée sur Kazinczy utca au cœur du vibrant District VII. C’est ici, dans l’ancien ghetto juif désormais terrain de jeu des artistes et créateurs, que l’on trouve la plus grande concentration de romkocscma, ces bars installés dans les immeubles laissés à l’abandon pendant l’ère communiste. Le plus ancien et le plus emblématique de ces ruin bars est Szimpla Kert (Kazinczy utca 14), véritable épicentre de la culture underground locale, malgré l’inévitable « touristification ». Bières pas chères et ambiance électrique garantie dès le mercredi soir.

25h30 – Faire la fête à l’A38

Pour poursuivre la nuit, on se dirigera sur les rives du Danube au sud de la ville pour monter à bord de l’A38 (Budai alsó rakpart), un ancien navire de transport ukrainien reconverti en salle de concert et en club. C’est ici que se produisent la plupart des grands noms du rock ou de l’électro dans une atmosphère de fête sans équivalent en ville. Pour ne rien gâcher, l’A38 dispose d’une immense terrasse extérieure et pratique des prix tout doux comparés aux standards occidentaux (1 euro la bière, 3 euros le hard).

Alternative à l’A38 si vous n’avez pas le courage d’aller si loin : le Corvintető (Blaha Lujza tér 1-2) à deux pas de Kazinczy utca offre un club façon rooftop réputé aussi bien pour sa programmation pointue que pour son atmosphère festive et bon enfant.

Le dimanche matin, la messe toujours bondée permet d’appréhender les lieux avec encore plus d’émotion.

Jour 3 - Dimanche

 

11h – Assister à une messe à la Basilique Saint-Etienne

Si vous ne l’avez pas encore visitée, poussez les portes de l’imposante Basilique Saint-Etienne de Pest, l’un des plus grands impressionnants monuments de la ville. L’intérieur de cet édifice dont la construction dura plus d’un demi-siècle surprend par son ornementation riche et son opulence. Le dimanche matin, la messe toujours bondée permet d’appréhender les lieux avec encore plus d’émotion. 
Pour les courageux, il est possible de grimper sur le dôme pour admirer les vues sur la ville.

12h – Bruncher au Four Seasons Gresham Palace

Après cet intermède spirituel retour sur les rives du Danube pour pénétrer au sein du Four Seasons Gresham Palace. Après avoir admiré le fastueux lobby de cet hôtel hors-norme (l’un des plus beaux du monde), on ira s’installer au lumineux Gresham Restaurant face au Pont des Chaînes. C’est ici qu’est servi chaque dimanche un fabuleux brunch aux saveurs italiennes. Service impeccable et avalanche de bonnes choses sur la table.

14h30 – Visiter la Grande Synagogue de Budapest

Logiquement fermée les vendredi après-midi et samedi, il ne reste plus beaucoup de temps pour se rendre dans la Grande Synagogue de Budapest. Pourtant il serait dommage de passer à côté de cette synagogue d'inspiration byzantino-mauresque qui se révèle être la plus grande d’Europe et la seconde plus grande du monde après après le Temple Emanu-El à New York. La richesse de la décoration intérieure comme les deux imposants chandeliers (1,5 tonnes chacun) justifient que l’on s’y arrête.

16h – « Prendre les eaux » aux thermes Széchenyi

Impossible de quitter Budapest sans s’être détendu dans l’un des nombreux établissements thermaux de la ville. Le thermalisme, qui était une activité déjà répandue à l’époque Romaine, est aujourd’hui plus vivant que jamais grâce à l’afflux de touristes mais aussi aux Budapestois restés fidèles à cette tradition.

La ville compte naturellement plusieurs thermes de renom, dont les célèbres Bains Gellért à l’architecture Art Nouveau réputée mais ce sont les Bains Széchenyi dans le parc municipal Városliget qui ont nos faveurs. Lumineux, partiellement en plein air et ultra complets (une douzaine de bains thermaux et 5 piscines avec des températures allant jusqu’à 38°), ils constituent l’introduction idéale à cet art de vivre typiquement hongrois.

18h30 – Vers l’aéroport

Détendu, relaxé et la tête remplie de souvenirs, il est temps de reprendre le taxi pour l’aéroport. Votre avion de retour vous attend.

 

En chiffres

- 1,240 : la distance en kilomètres depuis Paris

- 1872 : date de la fusion de Buda et Pest

- 3,000 : le nombre de fidèles qui peuvent prier dans la Grande Synagogue, la plus grande d'Europe

- 400,000 : le nombre de festivaliers qui se rendent chaque année à Sziget, sur une île au nord de la ville

- 1,7 millions : le nombre d'habitants

Y aller

Budapest est desservie directement par Air France (3 fois par jour) et EasyJet (1 fois par jour) au départ de Paris CDG ainsi que 4 fois par semaine par Ryan Air depuis Beauvais. Durée du vol : 2h30

Pour les frontaliers, EasyJet dessert également Budapest depuis Bâle-Mulhouse et Genève à raison d'un vol par jour.

Si vous n'aimez pas voler, comptez une quinzaine d'heures de train en changeant à Stuttgart puis Münich.