Vous êtes ici

Mathieu Belay, Le mercredi 18 mai 2016
72 heures à...

72 heures à Rome : les meilleures adresses pour vivre la dolce vita

S'il n'y a pas besoin de guides pour profiter des charmes infinis de Rome, la « Ville Éternelle », il serait dommage de passer à côté de toutes les bonnes adresses que la capitale italienne a à offrir aux voyageurs les plus exigeants. Sélection exclusive des meilleures adresses pour vivre la dolce vita à la romaine.
  • Vue sur l'église de la de la Trinité-des-Monts depuis la terrasse de l'hôtel Portrait Roma © Yonder.fr
    Vue sur l'église de la de la Trinité-des-Monts depuis la terrasse de l'hôtel Portrait Roma © Yonder.fr
  • Immeubles dans le quartier de Monti © Yonder.fr
    Immeubles dans le quartier de Monti © Yonder.fr
  • Le Tibre avec au fond le quartier de Trastevere © Yonder.fr
    Le Tibre avec au fond le quartier de Trastevere © Yonder.fr
  • Dans le
    Dans le "Centro Storico" de Rome © Yonder.fr
  • L'église de la de la Trinité-des-Monts surplombe la Place d'Espagne © Yonder.fr
    L'église de la de la Trinité-des-Monts surplombe la Place d'Espagne © Yonder.fr
  • Le Colisée, lieu de passage incontournable de toute visite à Rome © Yonder.fr
    Le Colisée, lieu de passage incontournable de toute visite à Rome © Yonder.fr
« On sait qu’on n'arrivera jamais à tout voir de Rome. Ce sont bien là sa beauté, son mystère et son caractère », souligne Catherine Colonna.

« On sait qu’on n'arrivera jamais à tout voir de Rome. Ce sont bien là sa beauté, son mystère et son caractère ». C'est par ces mots d'une justesse infinie que Catherine Colonna, Ambassadrice de France en Italie présente sa ville d'adoption dans l'excellent City Guide Louis Vuitton. Rome, comme Paris, Venise ou Istanbul a tant de facettes qu'il serait extrêmement présomptueux de prétendre vous faire découvrir la ville en 72 petites heures !

Néanmoins, fidèle à notre habitude de toujours vous offrir une sélection d'adresses pour profiter au mieux de la ville, nous vous proposons un programme sur mesure permettant de naviguer dans le cœur historique de Rome comme dans ses quartiers périphériques à la recherche des meilleurs spots -  hôtels branchés, bonnes tables, bars à la mode ou glaciers intemporels -   pour vivre le temps d'un week-end une dolce vita rêvée, presque fantasmée ! Bonne (re)découverte de celle que l'on surnomme la « Ville Éternelle » !

 

VENDREDI

12h30 – Se sentir comme chez soi en plein cœur de Rome

Si Rome ressemble parfois à un gigantesque hôtel – il est presque impossible de trouver un coin de rue du Centro Storico sans son albergo – il n’est pas pour autant évident de trouver une adresse qui vaille la peine. Souvent qualifiée, et à raison, de vieillissante, l’hôtellerie romaine a longtemps déçu. Mais fort heureusement, les dernières années ont vu leurs lots d’ouvertures et de rénovations apporter un vent de fraîcheur sur la ville.

Parmi les adresses recommandées pour leur feeling résidentiel, les très glamours Portrait Roma et JK Roma séduiront les voyageurs les plus exigeants – et les plus fortunés – tandis que les suites contemporaines de Corso 281 ou les appartements rétro-chics de CasaCau offrent un cadre pour le moins agréable.

Dans une même veine design, on pourra jeter un œil du côté de l’intimiste DOM, du confidentiel G-Rough installé dans une demeure de famille du côté de la Piazza Navona tandis que The Corner Townhouse et The Fifteen Keys Hotel jouent la carte du cheap & chic à quelques encablures du centre historique. Pour les amateurs de grande dame et de palaces, les mythiques Hassler (surplombant la place d’Espagne) et Hotel de Russie (propriété de Sir Rocco Forte) restent des valeurs sûres.

Retrouvez ici notre sélection complète des 20 meilleurs hôtels de Rome.

  • Le Portrait Roma, avec son rooftop exceptionnel, est l'un des plus beaux hôtels de Rome © Yonder.fr
  • Coucher de soleil depuis la terrasse du Portrait Roma © Yonder.fr
  • Intérieurs rétro-chics dans les appartements de CasaCau © Yonder.fr

 

Au Jardin de Russie, le cadre enchanteur permet en un battement de cil de se sentir en vacances.

 

13h – Déjeuner dans le plus beau jardin de Rome à l’Hôtel de Russie

Si la météo est au beau fixe, filez sans plus attendre au légendaire Hotel de Russie, traversez en coup de vent le lobby et posez-vous en terrasse au Jardin de Russie, splendide oasis verdoyante située au pied de la colline du Pincio, en contrebas de la Villa Borghèse.

Si la cuisine n’est pas transcendante (malgré la présence du maître Fulvio Pierangelini aux commandes des cuisines de l’hôtel), le cadre enchanteur permet en un battement de cil de se sentir en vacances et à l’abri du tumulte touristique environnant. On ne peut rêver mieux pour débuter notre week-end romain.
 

  • Bienvenue au Jardin de Russie © Yonder.fr
  • Le Jardin de Russie offre un cadre enchanteur pour déjeuner à l'abri du tumulte de la ville © Yonder.fr

 


 

14h30 - (Re)découvrir Rome à travers ses classiques

On profite de cette première après-midi romaine pour réviser ses classiques : se perdre dans les ruelles colorées du Centro Storico (sans guide ni GPS, simplement en suivant son instinct pour mieux s’imprégner de l’atmosphère romaine), admirer la robustesse du Panthéon – debout depuis près de 2 000 ans - , s’émerveiller devant l’inégalable Piazza Navona, se régaler de glaces maisons chez Carapina (Via dei Chiavari, 37) ou Fatamorgana (Via Laurina, 10), boire un café serré – grains issus du commerce équitable et recette secrète -  à l’historique Sant’Eustachio (Piazza Sant’Eustachio 82) ou s’attarder dans le Ghetto, l’ancien quartier juif propice aux balades romantiques.
 

17h – Admirer la vue sur Rome depuis le Janicule (Gianicolo)

Après avoir traversé le Tibre et fait un détour – ou non - par la Basilique Saint-Pierre, on prend son courage à deux mains, ou plutôt devrait-on dire à deux pieds, afin d’attaquer l’ascension du Janicule, Gianicolo en VO, la « huitième colline » de Rome en référence aux sept collines de la Rome Antique. C’est ici, sur la Piazzale Garibaldi, que se dévoile l’un des plus jolis panoramas sur la Ville Éternelle.
 

18h30 – S’offrir un verre en terrasse, sur les toits de Rome

Quoi de plus agréable, pour profiter de la douce lumière du crépuscule, que de prendre place en terrasse sur les toits de la ville ?

Si vous n’avez pas la chance de pouvoir accéder au fabuleux rooftop du très exclusif Portrait Roma (réservé aux clients de l’hôtel), mettez le cap sur le très cool DOM Hotel (Via Giulia, 131) ou les plus feutré Hotel Raphaël (Largo Febo, 2) et Grand Hotel De La Minerve (Piazza della Minerva, 69), trois établissements réputés pour leurs terrasses avec vues.

En dehors du Centro Storico mais tout autant recommandées : les terrasses du Sofitel Rome Villa Borghese (Via Lombardia, 47) ou de l’Hotel Forum (Via Tor de' Conti, 25-30) à mi-chemin entre la Piazza Venezia et le Colisée.
 

Sur le rooftop (réservé aux clients de l’hôtel) du Portrait Roma © Yonder.fr


 

20h - Goûter aux délicieux supplí de Supplizio

Oubliez pour un moment les pasta et les pizza et offrez-vous un apéro typiquement local en picorant quelques supplí, ces délicieuses croquettes de riz – imaginez que l’on a enfermé un risotto et de la mozzarella fondante dans une petite boulette frite, miam miam – que les Romains se plaisent à grignoter façon street food.

L’une des meilleures adresses pour déguster les meilleurs supplí de Rome est sans aucun doute Supplizio (Via dei Banchi Vecchi, 143), minuscule comptoir à la déco vintage à quelques minutes de marche du Campo de' Fiori et de la Piazza Navona. Une foule de locaux se presse chaque fin de semaine sur le trottoir pour savourer les boules fumantes préparées maison et arroser le tout d’une bonne bière artisanale.
 

21h – Se régaler des recettes intemporelles de Claudio Gargioli chez Armando al Pantheon

Rares sont les vraies bonnes adresses pour dîner dans le quartier du Panthéon, pas avare en pièges à touristes, mais on peut heureusement compter sur Armando al Pantheon.

Si la salle à manger a été récemment rénovée, l’esprit de la maison familiale des Gargioli, ouverte sans discontinuer depuis 1961, continue d’offrir ce que la cuisine romaine a de plus authentique. Sous la houlette du délicieux Claudio, digne héritier d’Armando, cuisinier hors pair et auteur de théâtre à ses heures, la carte d’Armando propose une impeccable sélection des recettes romaines qui ont conquis le monde (Spaghetti alla Carbonara, alla Griscia, alla Matriciana, Cacio e Pepe…) mais aussi des créations maisons comme fameuses fettuccine aux abats de poulets ou les Spaghetti alla Verde créées sur mesure pour les membres du Parti Vert italien !

De Jean-Paul Sartre qui y avait ses habitudes, à Renzo Piano, client régulier dont on retrouve les croquis griffonés dans le restaurant encadrés aux murs, en passant par des milliers d’anonymes, Romains comme touristes, Armando al Pantheon est toujours autant incontournable.

Retrouvez Armando al Pantheon dans notre liste des 20 meilleurs restaurants de Rome.

  • Scène de rue dans le centre historique de Rome © Yonder.fr
  • Les mouettes, omniprésentes dans Rome, rappellent la proximité de la capitale italienne avec la mer © Yonder.fr

 

Le petit matin est idéal pour découvrir le soleil se lever sur une capitale étonnamment silencieuse et plus majestueuse que jamais.

 

SAMEDI

6h30 - Explorer le centre historique… sans les touristes

Réveil aux aurores pour partir à l’assaut de l’une des villes les plus touristiques du monde… sans ses touristes ! Eh oui, au petit matin, la foule venue visiter Rome – comme les Romains d’ailleurs, pas connus pour être matinaux – sont encore au fond de leur lit. L’heure est donc idéale pour découvrir le soleil se lever sur une capitale étonnamment silencieuse et plus majestueuse que jamais. Les photographes et autres « Instragrameurs » vont adorer.
 

8h30 – Se réveiller à coup de ristretto à l’historique Sciascia Caffè

Le Sciascia Caffè (Via Fabio Massimo, 80) dans le quartier bourgeois et résidentiel de Prati (au nord du Castel Sant’Angelo et du Vatican) est le spot idéal pour se mêler à la population dans une atmosphère gentiment désuète.  Ce café, ouvert depuis 1919, est autant fameux pour la qualité de ses breuvages que pour être resté dans son jus. La vraie Italie, c’est ici.
 

13h – Déguster la cuisine contemporaines des jeunes loups de la gastronomie romaine

Ce n’est pas mentir que d’affirmer que la capitale italienne fait plutôt preuve de conservatisme lorsqu’on vient à la cuisine et à la gastronomie. Il faut dire que la cuisine romaine, forte d’un héritage immense et de dizaines de recettes mondialement connues n’a attendu personne pour régaler les palais. Mais pourtant, aux côtés des traditionnelles osterie, trattorie et ristorante, on retrouve une nouvelle génération de tables emmenée par de jeunes chefs à la créativité bouillonnante, souvent venus de l’étranger et n’hésitant pas à mélanger les influences pour mieux réinventer la cuisine romaine et italienne. Citons entre autres le truculent Roy Caceres, arrivé de Bogotá à l’adolescence et maintenant chez lui à Metamorfosi, Cristina Bowerman, née en Italie mais formée en France et aux USA  qui excelle désormais chez Glass Hostaria ou la jeune espoir ibérique Alba Esteve Ruiz formée chez les frères Roca et en charge du formidable restaurant Marzapane. De quoi voir la scène food romaine différemment.

NB : Attention, toutes ces adresses ne sont pas ouvertes à l’heure du déjeuner le samedi.
 

Retrouvez ici notre sélection des chefs créatifs romains dans notre sujet sur les meilleurs restaurants.

  • Centre historique de Rome © Yonder.fr
  • Centre historique de Rome © Yonder.fr
  • Centre historique de Rome © Yonder.fr

 

C’est ici qu’en 1905 Bulgari ouvrit son premier atelier, en son temps fréquenté par Elizabeth Taylor, Richard Burton, Audrey Hepburn ou Sophia Loren.

 

15h – Faire du lèche-vitrine sur la Via dei Condotti

La Via Condotti est à Rome ce que l’avenue Montaigne ou la rue du Faubourg Saint-Honoré est à Paris : une artère mythique concentrant les boutiques des plus grandes maisons de luxe, de mode prêt-à-porter et haute couture, de joaillerie ou d’horlogerie.

C’est ici qu’en 1905 Bulgari ouvrit son premier atelier, en son temps fréquenté par Elizabeth Taylor, Richard Burton, Audrey Hepburn ou Sophia Loren et toujours considéré comme la plus belle vitrine de la maison de joaillerie romaine depuis que l’inégalable Peter Marino a réinventé ses intérieurs. Autre haut lieu de la mode romaine au croisement de la Via Condotti et de la Via del Corso, le Palazzo Fendi. Récemment refait à neuf, il abrite le plus grand magasin de la griffe dans le monde, un boutique-hôtel ultra exclusif et sur son toit-terrasse Zuma, un restaurant japonais tendance.
 

17h30 – Se mélanger avec les locaux dans le Rione Monti

Entre la Piazza della Repubblica, la gare Termini et le Colisée, Monti, l’un des 22 rioni de Rome et définitivement l’un des plus en vogue. Comme dans l’Est parisien ou londonien, c’est le mélange entre le branché (les hipsters romains ont fait du coin l’un de leurs bastions) et l’authentique qui fait le succès de ce quartier fleurant bon une dolce vita qui a depuis longtemps déserté les rues tourisiques du Centro Storico. Le moment idéal pour y traîner ? En fin de journée lorsque les Romains envahissent les terrasses et prennent possession de la rue en toute liberté.

  • Autre moment pour découvrir plus tranquillement les grands sites touristiques : la nuit © Yonder.fr
  • L'une des plus belles vues sur le monument le plus célèbre de Rome, le Colisée © Yonder.fr

 

Rome n’a pas échappé à la déferlante speakeasy qui a déferlé sur le monde ces dix dernières années.

 

20h - Dîner la tête dans les étoiles

On enfile sa veste la plus élégante (pour les messieurs) et on prend la direction de La Pergola ou d’Imàgo, respectivement restaurants gastronomiques et panoramiques des hôtels Hassler (à côté de la Place d’Espagne) et Rome Cavalieri, resort urbain perché sur les hauteurs de Rome et aperçu dans les vacances romaines de Don Draper dans Mad Men !

Dans les deux cas, cuisine de haut vol (en particulier à La Pergola où le chef d’origine allemande Heinz Beck a glané trois étoiles Michelin), vues époustouflantes et atmosphère élégante propre aux restaurants de palaces. Parfait pour passer un moment d’exception.

Retrouvez ces deux restaurants dans notre sélection des meilleures tables de Rome.
 

23h30 – S’encanailler dans les speakeasies les plus tendances

Si la capitale italienne est – relativement – imperméable à certaines modes anglo-saxonnes, elle n’a pas échappé à la déferlante speakeasy qui a déferlé sur le monde ces dix dernières années. Ces bars à cocktails inspirés des lieux clandestins de la Prohibition ont fleuri un peu partout dans Rome séduisant une clientèle jeune, aisée et habituée à fréquenter les bars des plus grandes métropoles partout dans le monde.

Pour céder à la folie « speakeasyenne », quelques bonnes adresses à retenir : l’incontournable The Jerry Thomas Project (Vicolo Cellini, 30) rend hommage au Professore, l’inventeur de la mixologie moderne et joue la carte du mot de passe pour accéder à son bar très privé ; le Club Derrière (Vicolo delle Coppelle, 59) habilement dissimulé derrière l’Osteria delle Coppelle à deux pas du Panthéon ; Argot (Via dei Cappellari, 93), également dans le Centro Storico ; The Corner Club (Viale Aventino, 121), le lieu où être vu dans l’hôtel übercool The Corner Townhouse  ou enfin le très hip Spirito (Via Fanfulla da Lodi, 53) dans le quartier alternatif de Pigneto.
 

24h30 - Faire la fête jusqu’au bout de la nuit

Pour faire la fête jusqu’au bout de la nuit, on prend la direction du quartier de Testaccio, au sud de Trastevere après avoir traversé le Tibre. C’est dans ce rioni ou celui voisin de Garbatella que l’on retrouve les grands clubs romains – ceux où l’on retrouve la crème des DJs internationaux – comme le Goa Club, le Rashomon ou le Circolo Degli Illuminati.

 

DIMANCHE

10h30 – Découvrir une autre facette de Rome à Garbatella

En ce dimanche matin, on laisse les touristes de côté et on prend la ligne B du métro en direction de la station Garbatella. En sortant de la station, dirigez-vous vers le sud sur à peine plus de 200 mètres et arpentez ce quartier à la tranquillité proverbiale. Garbatella, construit aux alentours des années Vingt, est considéré comme le plus récent des quartiers historiques de Rome.  Il est devenu mondialement connu auprès des cinéphiles dans les années 1990 grâce à Journal Intime, le film de Nanni Moretti dans lequel l’auteur-acteur déambulait sur sa Vespa.

À voir dans les environs : la Piazza Benedetto Brin, la Piazza Damiano Sauli, la Piazza San Eurosia ou encore le Teatro Palladium.
 

12h30 – Chiner au marché aux puces de Porta Portese

En ce milieu de dimanche, cap sur le grand marché aux puces (mercato antiquariato) de Porta Portese aux confins de Trastevere, des rives du Tibre et de Testaccio. Ici, chaque semaine, des centaines de stands annexent les rues alentours pour un résultat qui tient parfois plus du vide grenier que du véritable marché aux puces. Mais qu’à cela ne tienne, on prend tout de même plaisir à vagabonder au milieu des étals, tentant de négocier comme on peut avec les rares mots d’italien qui nous viennent à l’esprit !

  • Carapina est l'un des glaciers les plus fameux du centre historique © Yonder.fr
  • N'oubliez pas de goûter les supplí lors de votre passage à Rome © Yonder.fr

 

Cela n’empêche en rien Trastevere de continuer à séduire grâce à ses petites rues pavées bordées de cafés et trattorias, ses terrasses ombragées et ses placettes piétonnes.

 

14h30 – Se poser en terrasse dans Trastevere

Si Trastevere a beaucoup changé ces dernières années – et perdu son âme diront les nostalgiques – il n’en reste pas moins l’une des zones les plus agréables de la capitale romaine. La comparaison avec le Marais parisien n’a d’ailleurs rien d’idiote lorsque l’on regarde la trajectoire de ce discret coin aux allures de village, niché dans un méandre du Tibre, devenu au fil des années un repaire bourgeois-bohème puis un haut lieu touristique.

Car ne nous voilons pas la face. Si Trastevere offrait encore, il y a quelques années, l’impression d’échapper au tourisme de masse, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Cela n’empêche en rien ce charmant coin de Rome de continuer à séduire grâce à ses petites rues pavées bordées de cafés et trattorias, ses terrasses ombragées et ses placettes piétonnes. Pour se poser et humer l’air du temps avec les locaux, Bir & Fud (Via Benedetta, 23) propose une large sélection de bières artisanales et de pizzas faites maison. Un duo gagnant.
 

17h – Quitter Rome pour mieux revenir

La fin du week-end se profile. On embarque à bord du Leonardo Express en direction de Fiumicino avec le sentiment, à la fois plaisant et frustant, d'être passé à côté de beaucoup de choses... Il ne reste plus qu'à planifier notre prochaine virée romaine.

Où manger ?

Nous avons sélectionné pour vous 20 des meilleures tables pour être sûr de bien manger à Rome, entre grands restaurants gastronomiques, tables de chefs créatifs, adresses traditionnelles et spots à la mode.

Où dormir ?

Retrouvez notre sélection exclusive des 20 meilleurs hôtels de Rome, entre boutique-hôtels exclusifs, adresses design et palaces historiques !

 

À lire également, nos reportages complets sur trois adresses phares de la ville : Portrait Roma, CasaCau et Corso 281 Luxury Suites.