Vous êtes ici

Pierre Gunther, Le mercredi 24 janvier 2018
72 heures à...

72 heures à Ischgl, dans les Alpes autrichiennes : grand ski et bonnes tables

Oubliez les Alpes françaises ! On file du côté de l'Autriche et du Tyrol dans la charmante station d'Ischgl. Un splendide domaine skiable, une offre hôtelière de grande qualité ou de très bonnes tables en font l'une des stations les plus réputées de la petite république alpine.
  • L’inauguration du premier téléphérique en 1963 marque le lancement de la station. © Pierre Gunther
    L’inauguration du premier téléphérique en 1963 marque le lancement de la station. © Pierre Gunther
  • Chaque année, la station s’agrandit par la construction de nouvelles remontées mécaniques © Pierre Gunther
    Chaque année, la station s’agrandit par la construction de nouvelles remontées mécaniques © Pierre Gunther
  • Le long de la rue principale d'Ischgl © Pierre Gunther
    Le long de la rue principale d'Ischgl © Pierre Gunther
  • La situation géographique de la station garantit un enneigement de novembre à début mai © Pierre Gunther
    La situation géographique de la station garantit un enneigement de novembre à début mai © Pierre Gunther
  • Randonnée, raquettes et ski de fond sont également proposés sur le domaine © Pierre Gunther
    Randonnée, raquettes et ski de fond sont également proposés sur le domaine © Pierre Gunther
  • Bars, restaurants, spas et boutiques se côtoient au coeur de la station © Pierre Gunther
    Bars, restaurants, spas et boutiques se côtoient au coeur de la station © Pierre Gunther
Le village d’Ischgl perché au cœur du Tyrol autrichien est aujourd’hui la station vers laquelle convergent les amoureux des sports d’hiver et des restaurants primés.

Longtemps petit bourg d’éleveurs, le village d’Ischgl perché au cœur du Tyrol autrichien est aujourd’hui la station vers laquelle convergent les amoureux des sports d’hiver et des restaurants primés. 238 kilomètres de pistes de descente et 74km de ski de fond, 72 hôtels quatre-étoiles, 10 quatre-étoiles supérieurs et trois cinq-étoiles, des restaurants récompensés par les guides gastronomiques et des soirées après-ski connues dans toutes les Alpes ont fait d’Ischgl la reine de l’hiver autrichien. Depuis Paris en avion jusqu’à Innsbruck ou en TGV Lyria via Zürich, l’hiver est à deux pas d’ici.

JEUDI

12h - Poser ses valises à l’Hôtel YSCLA

Testé et approuvé par YONDER

Situé en plein cœur du village, et à cinq minutes en chaussures de ski de deux téléphériques qui montent à la station, l’Hôtel YSCLA est une étape agréable pour poser ses valises. Simples mais tout confort, les 30 chambres et suites de ce quatre étoiles au charme alpin rustique sont complétées par un accueil agréable, un espace de détente avec saunas et hammams ainsi qu’un restaurant gastronomique. Mais cela, on vous en parle plus tard…

  • L’hôtel en été © Joerg Lehmann

PRATIQUE

Hotel YSCLA : Chambre et suite entre 86€ et 280€.

 

L’alternative chic : l’Elizabeth Arthotel

Visité par YONDER ; piscine testée et approuvée par YONDER

Rénové en cinq étoiles en 2015, cet hôtel au pied des pistes déroule sur sept étages l’un des cadres les plus luxueux de la station. Dans les couloirs, les toiles contemporaines d’artistes locaux comme Herbert Brandl ornent les murs. Suites et chambres entre 30 et 100 mètres carrées, meublées par B&B Italia, éclairage Bartenbach et produits Clarins, peuvent même se connecter au besoin pour former un véritable petit appartement.

  • Une attention particulière a été apportée au choix des matériaux © elizabeth.at soenne.de

 

Le lounge après-ski ouvre son vaste espace cosy et chic sur des fauteuils en cuir, une cheminée ouverte et un bar-îlot avec de grandes bibliothèques. Enfin, au dernier étage, l’espace de relaxation offre sauna, hammam, cabines de massage, bar à jus, et surtout une piscine dont une paroi n’est autre qu’une vitre à la vue plongeante sur les pistes.

PRATIQUE

Elizabeth Arthotel : Chambre entre 215€ et 485€ selon saison ; suite à partir de 295€ et jusqu’à 1 590€.

Réservez cet hôtel gratuitement et immédiatement en ligne !

  • L’espace bien-être et sa piscine vitrée sur la station. © Pierre Gunther
  • Un lounge chaleureux pour se détendre après le ski. © Pierre Gunther

 

Depuis 1961, la société des remontées mécaniques appartient toujours aux habitants du village, qui réinvestissent les bénéfices dans les travaux d’agrandissement de la station.

 

14h - Skier en Autriche et en Suisse le même jour

Testé et approuvé par YONDER

Depuis le village, trois télécabines emmènent skieurs et snowboardeurs à l’assaut de 238 kilomètres de pistes desservies par 45 remontées mécaniques.

Chaque année, la station est agrandie est modernisée. La dernière remontée mécanique construite en 2017 possède des sièges chauffants, et certaines télécabines ont deux étages ! De quoi profiter dans les meilleures conditions du gigantesque domaine skiable, et des points de vue grandioses sur les majestueux sommets déchiquetés et les pentes à la neige immaculée. Les longues pistes bleues de promenade en haut des crêtes alternent avec de larges pistes noires où foncer tout schuss vers une autre piste rouge étroite.

  • Depuis le Palinkopf à 2,864 mètres d’altitude, la vue est imprenable. © Pierre Gunther
  • Le Pendelbahn à deux étages monte à la station depuis Samnaun en Suisse. © Pierre Gunther

 

En haut d’une montagne, l’on passe en Suisse sans même s’en rendre compte ! Le domaine est partagé entre Ischgl et Samnaun, et de ce côté, avec un peu d’attention, vous pourrez apercevoir quelques chamois qui se promènent.

  • Skiez ou snwoboardez au pied de parois monumentales. © Pierre Gunther


C’est en 1961, alors qu’Ischgl est une borgade d’éleveurs, que 73 habitants décident de changer l’histoire du village. 6 671 000 schillings sont collectés pour acheter et construire les premiers téléphériques : le Silvrettabahn et l’Idjochlift. Depuis, la société des remontées mécaniques appartient toujours aux habitants du village, qui réinvestissent les bénéfices dans les travaux d’agrandissement de la station.

  • Des tirs préventifs sont effectués chaque matin pour lutter contre les avalanches. © Pierre Gunther
  • De nombreux cafés et restaurants d’altitude ponctuent les pistes. © Pierre Gunther

 

Que ce soit sur un traîneau en bois ou une luge dernier cri, les aficionados de la glisse pourront profiter d’une piste de sept kilomètres.

 

19h - Goûter l’atmosphère et les spécialités locales

Testé et approuvé par YONDER

Au Kitzloch, nappes vichy, serveuses en dirndl et serveurs en lederhose recréent une ambiance traditionnelle un brin folklorique dans cette taverne tout en bois, au coin du feu. Réputé pour son après-ski déjanté, l’établissement propose à partir de 19h une cuisine d’inspiration tyrolienne et internationale qui ravira les viandards.

Du coin, l’on propose tarte flambée, goulash et käsespatzln (sorte de spaetzle alsaciennes mélangées à du fromage et des oignons frits). Les belles pièces de bœuf, faux filet, bifteck d’aloyau, se taillent la part belle dans le menu, auprès des fondues bourguignonne et au fromage (la Suisse n’est pas loin). En accompagnement, pommes de terre en purée, gratin ou frites, pain à l'ail et fèves au lard seront dépensés le lendemain sur les pistes.

  • La salle à manger du Kitzloch. © Pierre Gunther


PRATIQUE

Kitzloch : Galfeisweg 3, +43  5444 5618 // Entrées entre 5,5€ et 29,5€ ; plats entre 14,5€ et 60€ ; desserts autour de 8€.

 

20h30 - Faire de la luge sous les étoiles !

Depuis l’Idalp à 2320 mètres d'altitude jusqu'au village, sur 950 mètres de dénivelé, la piste de luge nocturne permet tous les lundis et jeudis de dévaler les montagnes à la nuit tombée. Que ce soit sur un traîneau en bois ou une luge dernier cri, les aficionados de la glisse pourront profiter d’une piste de sept kilomètres pour s’entrainer à maitriser les virages, freiner brusquement et dépenser beaucoup d’énergie.

  • À l'heure où les skieurs rentrent, les pistes de luge nocturne ouvrent. © Pierre Gunther
  • Silencieusement, la luge glisse à travers des paysages de conte de fée. © Pierre Gunther

 

Chaque jour, des prix sont tirés au sort pour ceux qui achèvent leur parcours avec brio.

 

VENDREDI

10h - Suivre la piste des contrebandiers

Testé et approuvé par YONDER

Depuis 2016, l’application iSki Ischgl permet de mettre ses skis dans les traces laissées par les contrebandiers de la vallée. Comme dans toutes les régions transfrontalières, les habitants du Paznaun autrichien traversaient les montagnes à ski afin d’échanger du beurre, du fromage et des peaux contre du tabac, du riz ou du café côté Suisse.

Trois parcours mettent en avant cette Schmugglerrunde (route des contrebandiers), du bronze (20 km de pistes et 3191 mètres de dénivelé) au parcours or (35,7 km de pistes et 6443 mètres de dénivelé). Chaque jour, des prix sont tirés au sort pour ceux qui achèvent leur parcours avec brio.

  • 1100 canons à neige assurent un enneigement optimal. © Pierre Gunther
     

13h - Déjeuner au restaurant d‘altitude Alpenhaus – Mountain VIP Club

Testé et approuvé par YONDER

Au premier étage de ce restaurant d’altitude se trouve certainement la terrasse où déjeuner en ayant l’une des plus belles vues sur les Alpes. Lorsque le soleil est au rendez-vous, le repas se transforme en un moment relaxant inoubliable. Même si les soupes servies en entrée ont tendance à refroidir rapidement, elles réchauffent le corps engourdi par une matinée sur les ski. La partie grill du menu et la dorade sont des valeurs sûres, tandis que le wienerschnitsel de veau et l’apfelstrudel sont également des choix comfort food à considérer.

PRATIQUE

Alpenhaus : Silvrettaseilbahn AG, +43 5444 606 844 // Entrées entre 16€ et 30€ ; soupes autour de 7€ ; plats entre 20€ et 48€ et desserts autour de 10€. Vin blanc à partir de 38€ la bouteille, rouge à partir de 29€.

  • Plus de 130 références composent la carte des vins. © Pierre Gunther
  • Vue depuis la terrasse du premier étage. © Pierre Gunther
  • L’Alpenhaus est également accessible en téléphérique depuis le village. © Pierre Gunther

 

Depuis plus de 20 ans, le chef Martin Sieberer a introduit la haute gastronomie dans la vallée avec le Paznaunerstube.

 

15h - S’initier au freeride

Les freeriders seront dans leur élément dans cette station dont le hors-piste est une attraction clé. Les débutants pourront s’initier avec les moniteurs de l’école de ski entre les pistes et trouver des pentes à leur portée, tandis que les pros s’amuseront sur la Velilltal (piste 7), la Valmala, Val Matruga ou la Ravaischer Salaas qui passe devant une cascade et dans des gorges étroites.

L’ouverture en 2013 du téléphérique Piz Val Gronda a agrandi les pentes accessibles aux freeriders, nouvelle arène d'un blanc immaculé où laisser ses traces sur des pentes jusqu’à 50° d’inclinaison ! Les moniteurs seront là pour vous guider et vous expliquer le matériel de base nécessaire au hors-piste.

  • Les pentes immaculées facilement accessibles sont le paradis du hors-piste. © Pierre Gunther
  • Des moniteurs de ski peuvent accompagner les skieurs. © Pierre Gunther

 

 

17h - Faire le tour des après-skis

Chaussures de ski aux pieds et bonnets sur les oreilles, c’est dans les bars que continue la journée sportive. L’ « après-ski » (maintenu en français dans la langue de Goethe) est toute une tradition dans les stations autrichiennes. Dans la même tenue que sur les pistes, les vacanciers se réunissent dans les bars de la station entre 17h et 19h pour partager un moment convivial autour de vin blanc local ou de bière, et au son des dernières nouveautés en allemand. Avec un côté populaire assumé, ce moment de détente entre amis est idéal pour décompresser avant un passage au spa de votre hôtel.

  • Au cœur de la station à l'heure de l'après-ski. © Pierre Gunther

 

Pour une foule dense et bruyante la Kuhstall (Dorfstraße 74) est l’endroit indiqué. Pour un moment plus chic mais tout aussi festif, préférer la Champagnerhütte (Dorfstraße 85). Et enfin pour goûter les vins autrichiens dont le Grüner Veltliner blanc, s’installer à la Plangger Delikatessen (testé et approuvé par YONDER) (Dorfstraße 77).

 

19h - Dîner dans un trois toques Gault&Millau

Testé et approuvé par YONDER

Depuis plus de 20 ans, le chef Martin Sieberer a introduit la haute gastronomie dans la vallée avec le Paznaunerstube. En 1998, il reçoit ses deux premières toques Gault&Millau, la troisième en 1999 et est désigné Chef autrichien de l'année en 2000 par le guide.

Au rez-de-chaussée de l’hôtel Trofana Royal, la salle est aussi accueillante qu'élégante et rustique. Un poêle en céramique et des boiseries confèrent à la salle une atmosphère chaleureuse. La créativité est le mot d’ordre en cuisine, le chef aime travailler les produits locaux, tout en se donnant la liberté d’aller piocher de-ci, de-là les meilleurs ingrédients (dont beaucoup de poissons des côtes françaises).

Côté vin également ces allers-retours incessants entre l’Autriche, l’Allemagne et la France autorisent la découverte des blancs autrichiens plutôt méconnus, rosé pétillant du nord du pays, pinot gris alsacien, sauvignon blanc de Stirie qu’accompagne une truite au raifort et un tartare de thon présenté sur une meringue. Étonnant. Le chef qui propose un menu surprise, ne cesse de nous surprendre avec une déclinaison de betterave en dessert, la combinaison d’un filet de turbot avec un rib de porc et des bouchées apéritives à la marmotte.  

  • Le chef a également reçu deux toques pour son restaurant Heimatbühne. © Trofana Royal

 

PRATIQUE

Paznaunerstube : Dorfstraße 95, (0043) 5444 600

L’adrénaline qui s’accumule pendant ce moment laisse place à une descente de deux kilomètres, accroché à 50 mètres au-dessus du sol !

 

SAMEDI

09h30 - Slalomer entre les sculptures de neige

Visité par YONDER

Chaque année depuis 25 ans, des sculptures de neiges poussent le long des pistes et au pied des remontées mécaniques, réalisées par dix tandems d’artistes. L’occasion de profiter des descentes tout en rencontrant sur son chemin des créations insolites qui tiendront jusqu’à la fin de la saison.

  • Le Viking © Pierre Gunther

 

13h - Déjeuner à 2624 mètres d’altitude

Testé et approuvé par YONDER

Dominant la vallée et les sommets environnants, le Pardorama offre une vue imprenable à travers ses baies vitrées en porte-à-faux. Construit sur des vérins hydrauliques pour épouser les mouvements du sol gelé, ce bel édifice en verre et acier possède une terrasse d’où observer les skieurs qui arrivent en quête d’un repas de qualité.

Au premier étage, le restaurant à la carte permet de découvrir les spécialités autrichiennes comme la fritattensuuppe, de savoureuses pièces de bœuf et de cerf, et laisse également la part belle aux poissons et fruits de mer avec vivaneau rouge grillé, truite au beurre et brochettes de langoustines marinées. L’atmosphère contemporaine est adoucie par le bois et les nappes en tissu. Les pommes de terre rôties en accompagnement sont un délice, difficile de rechausser les skis après le déjeuner !

Pour les non-skieurs, le restaurant est accessible par la remontée mécanique Pardatschgratbahn A2 directement depuis le centre du village.

  • La structure en verre et acier du Pardorama. © Pierre Gunther
     

  • Le premier étage et son restaurant service aux tables. © Pierre Gunther
     

    • La spécialité : la Frittatensuppe. © Pierre Gunther


PRATIQUE

Pardorama : Silvrettaseilbahn AG, +43 5444 606 831 // Plats entre 14€ et 33€. Bouteille de vin à partir de 23€.

 

16h - Glisser sans effort jusqu’au village

Testé et approuvé par YONDER

Pour les plus aventureux, la tyrolienne géante Ischgl Skyfly permet une descente pleine d’adrénaline des 300 mètres de dénivelé entre la station intermédiaire du Silvrettabahn et le toit de la station du téléphérique 3-S Pardatschgratbahn (celui qui vous emmène au Pardorama). L’équipement de ski accroché dans le dos, et après être monté au sommet d’une tour, vous serez suspendu dans le vide face à une petite vallée jusqu’au top départ.

L’adrénaline qui s’accumule pendant ce moment laisse place à une descente de deux kilomètres, accroché à 50 mètres au-dessus du sol, dévalant la pente en trois parties à 84km/h jusqu’au village, avec des vues impressionnantes sur un torrent de montagne et une cascade, les sapins couverts de neige, et les skieurs qui rentrent au village. Fait exceptionnel, la tyrolienne est composée de deux câbles parallèles qui permettent de vivre ce moment de sensation forte en duo.

  • Les quelques secondes suspendu dans le vide avant le départ font monter l’adrénaline. © Pierre Gunther

 

Du 23 novembre 2017 au 1 mai 2018, de 10h à 16h. Fermé les lundis.

 

20h - Déguster la cuisine gastronomique du jeune chef Benjamin Parth

Testé et approuvé par YONDER – Coup de cœur de la rédaction

Dans les cuisines de Stüva (« douillet » en langue romane ancienne), le jeune Benjamin Parth, première toque Gault&Millau à 19 ans, envoie en salle une cuisine contemporaine, entièrement tournée vers le produit.

Ce n’est pas tant l’intensité des saveurs et des épices - tout est maîtrisé - plutôt que leur composition subtile et ingénieuse qui saute au palais. L’amour de la mer guide le chef, entre pêche à pied - noix de Saint-Jacques et oignon en pickles, carabinero, homard nageant dans une sauce au curry - et grand large - pièce de turbot et son écume à l’alcool de gentiane. Les cuissons sont magistrales, côté poisson comme viande. Les portions sont justes, permettant après les plats marins d’apprécier le filet-mignon de chevreuil – poire nashi.

Une atmosphère décontractée, chaude et contemporaine favorise la détente et l’on apprécie pleinement la cuisine réfléchie et simple du chef, profitant du plateau de fromage et de schnaps en fin de repas.

  • La belle salle épurée de Stüva. © Pierre Gunther

 

PRATIQUE

Stüva : Dorfstraße 73, +43 5444 5275 // Menu quatre services ou dégustation : 82€ ou 122€. À la carte : entrées entre 24€ et 30€ ; plats à 38€, desserts à 22€.

Réservez cet hôtel gratuitement et immédiatement en ligne !

  • Coquille St-Jacques aux oignons pickles. © Pierre Gunther
  • Homard, sauce au curry et pois. © Pierre Gunther

 

Y aller

En avion

L’aéroport de destination pour venir passer des vacances dans le Paznaun est l’aéroport d’Innsbruck (INN, www.innsbruck-airport.com). Depuis Innsbruck, continuer en train, en voiture de location ou en taxi.

En train

Le voyage vers le Paznaun dans le Tyrol est également possible en train ou en bus. Depuis la France, prenez le TGV Lyria jusqu'à Zürich (environ 4h de trajet) puis continuez, toujours en train, jusqu'à la gare Landeck-Zams.
Sur la place devant la gare, prendre le bus 260 en direction du Paznaun. Le trajet jusqu’à See, Kappl, Ischgl et Galtür dure, en fonction de votre destination, une bonne heure.