Vous êtes ici

Mathieu Belay, Le samedi 08 octobre 2016
Grand angle

Ibiza : les meilleures soirées et le bilan de la saison 2016

Comme chaque année, on fait le point sur les meilleures soirées et fêtes de la saison à Ibiza. Pour ce cru 2016, un classement plus complet que jamais des événements qu’il ne fallait pas rater.
  • La saison 2016 à Ibiza a évidemment été marquée par la fermeture définitive du mythique Space. Cette photo a été prise alors que Carl Cox jouait le dernier disque de l'histoire du club. © ##DJMAG@@http://djmag.com/news/57-massive-tracks-final-space-ibiza-closing
    La saison 2016 à Ibiza a évidemment été marquée par la fermeture définitive du mythique Space. Cette photo a été prise alors que Carl Cox jouait le dernier disque de l'histoire du club. © DJMAG
Quand Carl Cox a fait résonner Wish I Didn't Miss You d’Angie Stone, rares sont ceux qui n’ont pu s’empêcher de verser une larme.

Comme chaque année, la rédaction de Yonder fait le point sur les meilleures soirées d’Ibiza, mais, une fois n’est pas coutume, sous la forme d’un bilan de la saison écoulée. L’occasion de faire également le point sur les actualités brûlantes de l’île.

Les meilleures fêtes d’Ibiza en 2016 – Le classement de la saison

Meilleure soirée de la saison : Space Closing Fiesta

Où ? Space

Quand ?  Le dimanche 2 octobre

Pourquoi ? Alors que le Space a fermé définitivement ses portes à la fin de la saison (lire plus bas), sa closing party du 2 octobre, durant laquelle se sont relayés plus de 140 DJs sur six scènes et plus de 24 heures, était évidemment LA fête de l’année. Tout ce que le club compte d’habitués s’était donné rendez-vous pour dire au revoir à ce lieu mythique, considéré à juste titre comme l’un des tous meilleurs clubs du monde. Et quand Carl Cox a fait résonner Wish I Didn't Miss You d’Angie Stone, rares sont ceux qui n’ont pu s’empêcher de verser une larme. Historique.

Le line-up complètement fou de la dernière soirée ever du Space.

 

Grand Prix du Jury (hors catégorie) : Circoloco

Où ? DC-10

Quand ? Tous les lundi, du 23 mai au 10 octobre (21 dates)

Pourquoi ? Plus que jamais, Circoloco occupe une place à part à Ibiza. Alors que la scène clubbing de l'île s’oriente - malheureusement - vers une commercialisation à tous crins, la soirée du lundi du DC-10 fait de la résistance, comme pour prouver au monde entier qu’Ibiza reste bel et bien la capitale mondiale du clubbing.
Teuf emblématique de l’île, Circoloco continue ainsi se distinguer à bien des égards. Ses line-up hors du commun, aux allures de copier/coller du Top 100 des meilleurs DJs du monde de Resident Advisor (Seth Throxler, Martinez Brothers, Tale Of Us, Jamie Jones, Solomun, Dixon, Marcel Dettmann, Kölsch, Paco Osuna, Kerri Chandler, David Squillace...) fascinent. Son soundsystem ultra puissant dépote. Quant au public éclectique et rompu au clubbing composant la foule se rendant chaque lundi en pèlerinage au DC-10, il est réputé pour être l’un des meilleurs du monde. Atmosphère explosive assurée pour l’une des rares soirées à perpétrer le véritable esprit ibicenco.

Atmosphère underground à Circoloco.
S’il se murmure que le Space pourrait rouvrir d’ici deux ans dans un autre coin de l’île, Carl Cox a d’ores et déjà annoncé que cette saison 2016 était sa dernière sur l’île.

 

Top 10 des meilleures soirées / résidences night clubbing

#1. Carl Cox  - Music Is Revolution – The Final Chapter

Où ? Space

Quand ? Tous les mardi du 14 juin au 20 septembre (15 dates)

Pourquoi ? Une page se tourne à Ibiza en 2016 avec la fermeture du légendaire Space (lire plus bas)  et le départ concomitant de son taulier le plus célèbre, Carl Cox. S’il se murmure que le Space pourrait rouvrir d’ici deux ans dans un autre coin de l’île, Carl Cox a d’ores et déjà annoncé que cette saison 2016 était sa dernière sur l’île. On imagine mal ce parrain de la techno disparaître définitivement des radars ibicencos mais c’était bien au Space qu’il fallait être chaque mardi de l’été pour voir jouer le maestro accompagné d’un nombre de guests tout simplement hallucinant.
Quand le 20 septembre dernier, Carl Cox a lâché les platines après plus de 12 heures consécutives passées dans le DJ booth, l'heure était inévitablement aux pleurs.

Carl Cox face à son public lors de la dernière soirée de sa résidence légendaire du mardi au Space.

 

#2. Solomun+1

Où ? Pacha

Quand ? Tous les dimanche, du 22 mai au 9 octobre (21 dates)

Pourquoi ? Non seulement Solomun a magistralement réussi son transfert du très underground Sankeys au célèbre Pacha il y a de cela trois ans mais le voici désormais à la tête d’une des résidences les plus solides de l’île. On ne peut évidemment que saluer le succès du boss du label hambourgeois Diynamic qui ne le doit qu’à ses talents multiples (DJ mais aussi producteur, patron de label, promoteur de ses propres évènements, …) et à sa capacité hors-pair à s’entourer des meilleurs DJs dans leurs catégories (Richie Hawtin, Dixon, Sven Väth…). Preuve que le succès est au rendez-vous ? Le prix d’entrée de la soirée dominicale du Pacha a flambé de 50€ (jusqu’en 2015) pour atteindre la somme conséquente de 70€ en 2016, et même 80€ si l’on n’a pas pris la précaution d’acheter son ticket à l’avance. C’est LA soirée qui synthétise le mieux l’esprit d’Ibiza, entre programmation musicale sans concession et glamour.

Au Pacha, Solomun a fait descendre le DJ booth au plus près de son public.

 

#3. Cocoon

Où ? Amnesia

Quand ? Tous les lundi, du 30 mai au 3 octobre (19 dates)

Pourquoi ? Dix-septième saison consécutive pour la légendaire soirée techno de Sven Väth, dont le succès ne semble jamais se démentir. Aux côtés des sets marathons du patron des lieux le DJ chilien Ricardo Villalobos, en tant que semi-résident et une palanquée de guests à faire pâlir d’envie n’importe quel organisateur de soirées techno dans le monde Dixon, Luciano,  Carl Craig, Adam Beyer, Nina Kraviz, Solomun, Seth Throxler, Richie Hawtin, Guy Gerber, Mano Le Tough, Recondite, Ilario Alicante et encore beaucoup d’autres sont passés derrière les platines de Cocoon cette saison. Toujours aussi incontournable.

Sven Väth, vétéran de la scène techno de l’île, fait toujours le plein à Cocoon.

 

Maceo Plex a rempli brillamment sa mission, contribuant par la même occasion à maintenir au Pacha une programmation underground de très au haut niveau.

 

#4. Paradise

Où ? DC-10

Quand ? Les mercredi, du 22 juin au 28 septembre (15 dates)

Pourquoi ? Retour gagnant pour la résidence de Jamie Jones au DC-10, le seul club ibicenco à promouvoir une direction artistique 100% sans concession. Encore une fois le patron du label Hot Creations, connu pour ses sets groovy et ultra péchus, a su fédérer un public adepte de programmation pointues en délivrant des sets toujours impeccables et en s’entourant des meilleurs DJs dans leurs catégories. Âme, Dubfire, Joseph Capriati, Luciano, Guy Gerber, Steve Lawler, Hot Since 82, John Digweed, Nicole Moudaber, Carl Craig ou KiNK se sont relayés derrière les platines pour asseoir la réputation de Paradise comme étant the place to be le mercredi soir sur l’île.

Jamie Jones, le boss du label Hot Creations, est à l’origine de la résidence Paradise au DC-10.

 

#5. Mosaic by Maceo

Où ? Pacha

Quand ? Tous les mardi, du 24 mai au 11 octobre (21 dates)

Pourquoi ? Après avoir écumé les soirées des autre  et s’être imposé comme l’une des nouvelles coqueluches de l’île ces dernières années, Maceo Plex s’est vu donné l’opportunité par le Pacha d’installer une résidence à plein temps en son nom. Et le moins que l’on puisse dire est que le DJ américain d’origine cubaine a fait son maximum pour faire de ce nouveau rendez-vous, très problablement la nouveauté la plus attendue de 2016, un succès. Personnellement sur place pour l’intégralité des 21 dates, parfaitement entouré, de sa garde proche (Barnt, Agents of Time, DJ Tennis, Stephan Bodzin, Shall Ocin, Gardens Of God…) comme de grands noms des scènes house et techno actuelles (Maya Janes Cole, Roman Flügel, John Talabot, Len Faki, Agoria, Michael Mayer, DJ Koze, Adam Beyer, Kölsch, Damian Lazarus…), Maceo Plex a rempli brillamment sa mission, contribuant par la même occasion à maintenir au Pacha une programmation underground de très au haut niveau. Sans aucun doute, la meilleure alternative à la mythique soirée de Carl Cox au Space le mardi soir.

Maceo Plex dans sa nouvelle résidence au Pacha.


#6. Afterlife 

Où ? Space

Quand ? Les jeudi, du  7 juillet au 29 septembre (13 dates)

Pourquoi ? Comme Maceo Plex, Tale Of Us s’est imposé comme l’un des noms qui compte à Ibiza ces dernières années. Après une mini-résidence au DC-10 en 2015, le Space leur a laissé les clés du club pour treize dates succédant ainsi à ENTER., la résidence éphémère mais ô combien marquante de Richie Hawtin le jeudi soir. Pari gagnant pour le duo italien qui su trouver son public, non seulement sur son nom mais également grâce à la présence de grands noms (Dixon, Marcel Dettmann) dont les apparitions à Ibiza restent rares.

Afterlife Space Ibiza 2016

Acid Sundays, la résidence dominicale d’Acid Pauli au HEART, a su se positionner comme l’une des soirées les plus glamours de l’île.

 

#7. Music On

Où ? Amnesia

Quand ? Tous les vendredi, du 3 juin au 1er octobre (19 dates)

Pourquoi ? Que l’on adhère ou pas aux sets hypnotiques et répétitifs de Marco Carola, force est de reconnaître que le DJ italien, adepte des prestations marathoniennes, a fait de sa résidence du vendredi à l’Amnesia l’un des temps forts de la semaine clubbing à Ibiza.
Comme chaque année, ça tape très, très fort (prévoir des bouchons d’oreille est très certainement une bonne idée, même en étant peu sensible aux décibels) et comme chaque année la salle ne semble ne jamais se vider alors que le soleil se lève sur l’île. Car malgré le couvre-feu imposé par les autorités, il n’est pas rare de voir encore plus de 2,000 clubbers continuer à faire la fête au-delà de 8h du matin ou plus. À voir au moins une fois dans sa vie.             

#8. Warriors

Où ? Sankeys

Quand ? Les dimanche, du 19 juin au 25 septembre (15 dates)

Pourquoi ? Pour ceux qui souhaiteraient découvrir une autre facette d’Ibiza, plus intimiste et moins clinquante, le Sankeys est l’adresse qu’il vous faut. Succursale balérique du mythique club mancunien éponyme, ce club à taille humaine (d'une capacité de « seulement » 1,500 personnes) est un tremplin pour de nombreux DJs avant d’accéder aux superclubs que sont le Pacha, le Space ou l’Amnesia. En témoigne le parcours fulgurant de Solomun dont la présence au Sankeys rencontrait un tel succès que le Pacha s’en est rapidement emparé. La résidence dominicale, Warriors, animée par le vétéran britannique Steve Lawler, est le meilleur moment de la semaine pour découvrir l’atmosphère underground du Sankeys.

#9. Acid Sundays

Où ? HEART

Quand ? Les dimanche, du 29 mai au 25 septembre (18 dates)

Pourquoi ? Sous la houlette des frères Adrià (oui, oui Ferran Adrià, considéré comme l’un des meilleurs chefs du monde est de la partie), Guy Laliberté (Cirque du Soleil) et des propriétaires du Gran Hotel, le grand 5-étoiles de la marina d’Ibiza, HEART a vu le jour en 2015, se positionnant à la croisée des chemins entre le night-club traditionnel et un lieu hybride, décrit par les propriétaires comme étant « multi-sensoriel, élégant et sophistiqué ». Derrière cette description un poil pompeuse, ce qui caractérise HEART est sa capacité à proposer une offre de clubbing de qualité à destination d’un public plus adulte et… fortuné. Acid Sundays, la résidence dominicale d’Acid Pauli, a su se positionner comme l’une des soirées les plus glamours de l’île tout en conservant une direction artistique de haute volée. Une autre vision d’Ibiza.

#10. Flower Power

Où ? Pacha

Quand ? Les lundi, du 30 mai au 26 septembre (18 dates)

Pourquoi ? Parce que Flower Power rend hommage à l’héritage hippie de l’île au sein de l’un des plus beaux clubs du monde, le Pacha. Oubliez, le temps d’une soirée, la techno et la house, pour plonger dans l’univers joyeux d’une soirée nostalgique. Les années 1960, 1970 et 1980 y sont à l’honneur sous la houlette de DJ Piti, aka Piti Urgell, frère du propriétaire du club Ricardo Urgell. Année après année, Flower Power reste lAasoirée incontournable pour profiter de l’ambiance électrique du Pacha sans pour autant aduler les musiques électroniques.

  • Flower Power au Pacha
  • Flower Power au Pacha

 

Dans le cadre chic et intimiste du Destino, Guy Gerber déroule une série de 22 fêtes parmi les plus enthousiasmantes de la saison.

 

Top 5 des meilleures soirées / résidences day clubbing

#1. ANTS (Ushuaïa)

Où ? Ushuaïa Ibiza Beach Hotel

Quand ? Tous les samedi du 14 mai au 24 septembre (sauf le 28 mai), soit 19 dates

Pourquoi ? Alors qu’Ushuaïa est devenu le lieu de ralliement privilégié des amateurs d’EDM et d’électro-pop (David Guetta, Avicii, Hardwelll, Axwell Ingrosso, Martin Garrix…), ANTS est désormais la seule occasion hebdomadaire de profiter de la scénographie spectaculaire d’Ushuaïa tout en voyant jouer des ténors de la house et de la tech-house. Le très grand succès de cette saison 2016 est en partie lié à l’émergence de deux têtes d’affiche majeures, les excellentissimes Joris Voorn et Kölsch, venant renforcer un line-up, toujours de grande qualité (Andrea Oliva, Maya Janes Cole, Nic Fanciulli, Groove Armada…) mais manquant parfois de headliners. Bref, et quoi qu'en disent les grincheux, ANTS c'est un peu le meilleur des deux mondes : clubbing paillettes et programmation impeccable.

Le club-hôtel Ushuaïa archi comble le 24 septembre 2016, soir de la closing de la résidence ANTS.

 

#2. RUMORS

Où ? Destino

Quand ? Les dimanche, du 22 mai au 16 octobre (22 dates)

Pourquoi ? Troisième saison pour la formidable résidence du DJ israëlien Guy Gerber, décidément l’un des DJs les plus sous-estimés du moment. Dans le cadre chic et intimiste du Destino (contrairement à Solomun et Luciano, il ne joue pas sur la grande scène), il déroule une série de 22 fêtes parmi les plus enthousiasmantes de la saison grâce à ses sets d'une précision diabolique. Il a également convaincu  quelques pointures (Sasha, Dubfire, Nic Fanciulli…) de l'accompagner, pourtant peu habituées à jouer devant un public si restreint. Ajoutez à cela une offre food et cocktails de grande qualité, le cadre paradisiaque du Destino et un public tout à la fois stylé et connaisseur, et vous obtiendrez l’une des meilleurs fêtes de l’île. L’un des coups de cœur de la rédaction de Yonder.

Rumors, la résidence de Guy Gerber, chaque dimanche soir au Destino.

 

#3. Solomun+Live

Où ? Destino / Ushuaïa Ibiza Beach Hotel

Quand ? Les jeudi 30 juin, 28 juillet, 11 et 25 août au Destino ; les jeudi 23 juin, 14 et 21 septembre (7 dates)

Pourquoi ? Non content d’avoir affirmé sa résidence dominicale au Pacha comme l’une des soirées les plus courues de l’île, Solomun joue également la carte du day clubbing en déclinant son concept du « +1 » autour d’un live. Grand succès au Destino en 2015, le patron du label Diynamic remet le couvert en 2016 au cœur du très beaux resort du Pacha Group au Cap Martinet pour 4 dates mais également, et c’est incontestablement l’une des jolies surprises de la saison 2016, à Ushuaïa, pour 3 dates additionnelles. L’occasion rêvée de voir le soleil se coucher en compagnie de l’un des meilleurs DJs du monde.

Pour la toute première fois, Solomun a joué sur la grande scène d’Ushuaïa.

 

#4. WooMoon

Où ? Cova Santa

Quand ? Les mercredi, du 6 juillet au 16 septembre (13 dates)

Pourquoi ? Chaque mercredi dès 18 heures, WooMoon permet de retrouver dans l’enceinte de Cova Santa (à l’ouest de l’île) un concept hybride, mettant autant à l’honneur tant le côté hippie de l’île que le meilleur des musiques électroniques actuelles. Pas de DJs stars mais un line-up de qualité, notamment grâce à la présence récurrente de l’excellent Bedouin, des performances live et expériences interactives assurées par le collectif d’artistes Ritual Ibiza. Une vraie alternative aux clubs les plus commerciaux de l’île (tout en gardant en tête que Cova Santa appartient à l’Amnesia…).

WooMoon, une soirée alternative aux grands clubs dans l’enceinte intimiste de Cova Santa.

 

#5. Luciano & Friends

Où ? Destino

Quand ? Les jeudi 21 juillet, 4 août, 18 août et 7 octobre (4 dates)

Pourquoi ? Autre retour gagnant en 2016, celui de Luciano au Destino pour 4 soirées sur la grande scène du resort du Pacha. Ses sets tech-house aux montées parfaitement construites font toujours mouche.

Le soleil se couche sur Destino lors de la dernière soirée de Luciano le 7 octobre.

 

Carl Cox, l’un des résidents les plus célèbres du club, a ainsi déclaré que « les plans pour un nouveau Space sont déjà sur la table ».

 

Ce qu’il faut retenir de la saison 2016 à Ibiza : état des lieux rapide en 5 infos clés

#1. Le Space ferme définitivement ses portes…

Ce n’est pas une breaking news puisque le départ en retraite de Pepe Rosello, le propriétaire du Space, était connu depuis bien longtemps mais cela reste évidemment l’événement le plus marquant de la saison. Vingt-sept ans après son ouverture, le mythique club de Playa d’en Bossa a ainsi fermé définitivement ses portes le 3 octobre dernier après une closing fiesta mémorable. Les clés du Space seront remises à la famille Matutes, propriétaire du club-hôtel Ushuaïa, et dont il se dit qu’ils devraient convertir le Space en machine de guerre pour VIP et amateurs d’EDM…

Mais, car il y a un mais, l’avenir du Space ne semble pas pour autant définitivement compromis. Carl Cox, l’un des résidents les plus célèbres du club a ainsi déclaré dans une interview à TicketMaster que « les plans pour un nouveau Space sont déjà sur la table », précisant toutefois que cela n’arriverait pas avant deux ans et qu’il ne savait pas encore la forme que cela prendrait, ni s’il serait impliqué personnellement dans le projet. Wait and see donc, mais une chose est sûre, Ibiza ne sera plus jamais la même sans le Space.
 

#2. Le Pacha à vendre

Autre élément prouvant que 2016 pourrait marquer un tournant dans l’histoire de l’île, la décision par la famille Urgell, propriétaire du Pacha, de mettre en vente son joyau pour la modique somme de 500 millions d’euros. La raison ? Un désaccord majeur sur la vision d’Ibiza entre Ricardo Urgell, fondateur du club et les Matutes, parfois décrits comme les « Kennedy d’Ibiza », déjà propriétaires d’Ushuaïa, du Hard Rock Hotel et désormais du Space. « C'est simple : Ricardo ne supporte pas la famille Matutes. Surtout, il n'est pas d'accord avec leur projet d'un Ibiza pour les riches, que défend Abel Matutes Junior.[…] C'est pour cette raison qu'ils cherchent aujourd'hui un investisseur » explique ainsi un proche du dossier. Aucun nom sur un possible repreneur, ni sur une date effective de transaction n’ont pour l’instant filtré mais on se doute que les Matutes ne seront pas en position de force pour faire une offre. Reste à savoir quel sera l’impact de cette revente, encore hypothétique à ce stade, sur la direction artistique du club et sa programmation.
 

#3. Les clubs d’Ibiza dans l’œil du cyclone fiscal

Tout a commencé le 5 juillet dernier. Il est 8 heures du matin passées, Cocoon vient de s’achever quand l’Amnesia, l’un des superclubs de l’île, subit une perquisition majeure, bateaux, hélicoptères et chiens à l’appui. Ce qui ressemblait au premier abord à une opération des stups espagnols était en fait le premier acte de l’Opération Chopin, une gigantesque opération mobilisant jusqu’à 500 agents du fisc espagnol pour enquêter sur les supposées fraudes, et notamment la non-déclaration des revenus en espèces, des géants de la nuits à Ibiza. Depuis, tous les clubs et bars de renoms à Ibiza, mais aussi dans toutes les grandes destinations espagnoles, ont fait l'objet de perquisitions similaires.

Alors que trois mois se sont écoulés depuis la première fouille, il est encore difficile de savoir quel sera l’impact de cette intervention sans précédent du fisc espagnol pour « nettoyer » la nuit ibicenco de la fraude fiscale et du blanchiment d’argent. Resident Advisor nous apprenait ainsi, pas plus tard qu’hier (le 7 octobre 2016) que 300,000€ en espèce avaient été retrouvés dans des coffres de banques d’Ibiza appartenant à Martín Ferrer, le propriétaire de l’Amnesia, particulièrement visé par les investigations en cours. Les quatre hommes arrêtés début juillet, Martín Ferrer (propriétaire), Martí Ferrer (directeur artistique), David de Felipe (directeur général) and Vicente Pérez de Montis (directeur financier) ont été libérés sous caution après avoir été interpellés début juillet. Comme pour la vente du Pacha, il est encore trop tôt pour appréhender l’impact de ces évènements sur le futur de l’île.
 

#4. Un couvre-feu pour les clubs mis en place

Décidément, les temps sont durs pour le monde de la nuit à Ibiza. Sauf que dans ce cas, les clubbers sont les premiers concernés. En octobre 2015, on apprenait que tous les clubs de l’île devraient désormais fermer leurs portes à 6h30. Un coup rude pour l’Amnesia, le Space ou même le Pacha dont il n’était pas rare de voir les fêtes se poursuivent jusqu’à 8 ou 9 heures du matin (quand ce n’était pas carrément midi pour l’Amnesia…). Si ce couvre-feu officiel ne semble avoir eu qu’un impact limité dans les faits, il est à noter que l’Amnesia, encore lui, a été réprimandé après que la dernière Music On de la saison se soit poursuivie tard dans la matinée. En conséquence, la licence du club pour opérer dans la matinée, notamment pour sa closing party du 8 octobre, a été révoquée.
 

#5. Les fêtes sur la plage drastiquement limitées

Alors que les dernières années avaient vu l’émergence d’évènements alternatifs, et le plus souvent gratuits, sur la plage de Playa d’en Bossa (on pense notamment à Diynamic Outdoor ou Rumors au Beachouse mais aussi à tINI and the Gang), la police locale a mis un coup d’arrêt définitif au développement de ces soirées alternatives. Pour de nombreux observateurs, les magnats de la nuit à Ibiza, ne goûtant très peu à cette concurrence d’un nouveau genre, sont à la manœuvre derrière ces opérations policières.

Si les nouvelles de la saison 2016 ne sont que moyennement rassurantes, il est encore trop tôt pour en tirer des conclusions définitives quant à l'avenir de l'île. Les prochains mois devraient nous en dire plus sur le sujet. En attendant, et sans tomber dans un négativisme systématique, il est permis de penser que le futur d’Ibiza en tant que capitale incontestable du clubbing, sous toutes ses formes, est en péril.