Vous êtes ici

La rédaction Yonder, Le lundi 14 mars 2016
En partenariat avec Visiter la flandre !
Sponsorisé

Pourquoi la Flandre (Belgique) est le paradis des foodies ?

Si vous êtes un amateur de bonne chère, n’hésitez plus un instant et filez en Flandre ! Les meilleures frites du monde, la plus grande concentration de tables étoilées au monde, des restos ultra innovants et une nouvelle génération de chefs prêts à renverser la table, il y a tout ce qu’il faut pour se régaler.
  • On se régale en Flandre, terre de bonnes choses et de gastronomie par excellence ! © Graanmarkt 13
    On se régale en Flandre, terre de bonnes choses et de gastronomie par excellence ! © Graanmarkt 13
Direction la Belgique et plus spécifiquement sa moitié flamande pour trouver un pays où l’on est certain de se régaler.

Quand on pense bien manger, en bons Français que nous sommes, nous pensons déjà à... la France évidemment, terre de gastronomie reconnue dans le monde entier. Viendront généralement ensuite l’Italie (ah ces pâtes, ces pizzas, ces bonnes petites trattorias...), l’Espagne ou dans un environnement plus lointain le Japon, la Chine ou la Thaïlande.

Pourtant il n’y a pas besoin d’aller au bout du monde pour être sûr de bien manger. Direction la Belgique et plus spécifiquement sa moitié flamande pour trouver un pays où l’on est certain de se régaler, que l’on soit avide de gourmandises, fans du Fooding ou en quête perpétuelle des meilleures tables Michelin.

La preuve en cinq raisons :
 

#1. Parce que les petits plaisirs gourmands sont à tous les coins de rue

Nul besoin de se ruiner pour profiter des plaisirs de bouche belges. Se promener dans les villes flamandes, de Bruxelles (qui n'est pas à proprement parler en Flandre) à Bruges en passant par Anvers, Gand ou Ostende sur la côte, c’est la garantie de tomber nez à nez avec des marchands de gaufres, des baraques à frites (on dit des friteries là-bas), des chocolatiers tous plus inventifs les uns que les autres (à Anvers, The Chocolate Line permet de sniffer du chocolat !) ou des pâtissiers traditionnels (les fameux spéculoos, ils sont belges eux aussi !).

Et cette gourmandise de rue se traduit aujourd’hui par l’apparition dans les rues des métropoles belges de foodtrucks créatifs sous la houlette de jeunes passionnés. Exactement comme à San Francisco, New York ou Paris. Miam !

Réservez cet hôtel gratuitement et immédiatement en ligne !

  • Le chocolat, ici servi en mousse, est omniprésent en Flandre © Visit Flanders / Kris Jabocs
  • Les gaufres font partie du patrimoine culinaire belge au même titre que les frites © Visit Flanders / www.milo-profi.be

 

En 2014, la Région flamande a reconnu les friteries en tant qu'héritage culturel immatériel !


#2. Parce que les frites belges sont les meilleures du monde !

Côté français on entend dire parfois que la frite est née sur les ponts de Paris en 1789 en pleine Révolution française sous l'appellation pommes Pont-Neuf. En Belgique, on soutient que c’est ici que la frite est née à la fin du XVIIème siècle sous l’impulsion de pêcheurs qui « découpaient des pommes de terre en forme de petits poissons et les passaient à la friture comme ceux-ci » lorsque la pêche n’était plus possible.

Si le débat d’historiens n’a jamais été tranché, une chose est certaine, aucun pays au monde n’incarne mieux la culture de la frite que la Belgique ! À tel point qu’en 2014, la Région flamande a reconnu les friteries (ou fritures comme on dit là bas) en tant qu'héritage culturel immatériel et que le pays tout entier milite en faveur de l’inscription de la frite au Patrimoine mondial de l’Unesco. C’est dire si la frite compte outre-Quiévrain.

Mais alors pourquoi la frite belge est-elle si bonne ? La qualité de la variété de pomme de terre joue (la bintje est recommandée) tout comme la découpe ou la graisse utilisée (de graisse de bœuf non raffinée, le « blanc de bœuf »). Mais surtout parce qu’elle est cuite deux fois ce qui lui permet d’être à la fois croquante et fondante.

Vous en reprendrez bien un cornet ?

  • Frites belges avec mayonnaise © qlinart
  • Les moules-frites, l'une des grandes spécialités culinaires du pays © Visit Flanders / www.milo-profi.be

 

La Belgique compte la plus forte densité au monde de tables étoilées : quatre fois plus qu’en France, trois fois plus qu’au Japon !


#3. Parce qu’aucun autre pays ne compte autant de tables étoilées au kilomètre carré !

Limiter la Belgique aux frites et au chocolat serait plus que réducteur. Le « prince des gastronomes », Curnonsky, l’un des plus fameux critiques culinaires de l’Histoire, plaçait la cuisine belge au 2ème rang mondial, juste derrière la française !

Et il suffit de jeter un coup d’œil au guide Michelin de Belgique pour constater à quel point la gastronomique belge et flamande en particulier se porte bien : plus de 1 000 tables sont ainsi classées par le Guide Rouge et avec près de 130 restaurants étoilés, la Belgique compte la plus forte densité au monde de tables étoilées : quatre fois plus qu’en France, trois fois plus qu’au Japon !

 

Et la Flandre est connue pour abriter quelques tables de classe mondiale pour lesquelles les fans de gastronomie n’hésitent pas à traverser l’Europe simplement pour un déjeuner ou un dîner. Citons entre autres Hof van Cleve (chef Peter Goossens) près de Gand, De Karmeliet (Geert Van Hecke) à Bruges ou encore Hertog Jan (chef Gert De Mangeleer) dans les environs de la Venise du Nord, classé dans la liste des 20 plus grands restaurants au monde de la revue des passionnés de vin Culture & Goûts.

De quoi passer des moments d'exception dans les restaurants flamands...

  • Livre de recettes du restaurant Hertog Jan, l'un des restaurants triplement étoilés par le Michelin près de Bruges © Kristof Vrancken
  • Plat gastronomique servi chez Hof van Cleve, le restaurant 3 étoiles de Peter Goosens © Hof van Cleve
  • Dessert à la sophistication extrême chez 't Zilte à Anvers © Yonder.fr
  • Haute cuisine servie chez De Karmeliet, le meilleur restaurant du centre de Bruges d'après le Michelin © De Karmeliet
Dans une ancienne chapelle transformée Sergio Herman déroule une cuisine avant-gardiste exceptionnelle, le tout sur fond de techno berlinoise.


#4. Parce qu’en Flandre, on aime les restaurants qui sortent du lot

La gastronomie traditionnelle, c’est très bien mais quand la grande cuisine sait s’affranchir des codes pour proposer une expérience dans l’air du temps, c’est encore mieux. Et à ce petit jeu, les Flamands sont très forts.

La preuve par l’exemple ?

  • The Jane (Anvers)

    La dernière table du très rock’n’roll Sergio Herman, ex-chef trois étoiles qui vient de glaner sa seconde étoile pour ce restaurant très en vogue (réservation trois mois à l’avance impérative). Dans une ancienne chapelle transformée (vitraux façon tatoos, néons tête de mort), il déroule une cuisine avant-gardiste exceptionnelle, le tout sur fond de techno berlinoise. Une expérience à vivre au moins une fois dans sa vie.
  • The Jane à Anvers : le restaurant le plus tendance de toute la Belgique © The Jane
  • Le restaurant a été aménagé dans une ancienne chapelle reconvertie © The Jane
  • Les vitraux rock'n'roll ont remplacé les vitraux traditionnels qui prenaient place auparavant ici © The Jane
  • Le décor est résolument contemporain © The Jane
L’amour de la bonne chère est inscrit dans l’ADN des Flamands, c’est indéniable.

  • Villa in the Sky (Bruxelles)

    C’est à plus de 120 mètres de hauteur qu’est perchée la structure en verre au décor contemporain et design qui répond au doux nom de Villa in the sky. Aux fourneaux, le chef étoilé Alexandre Dionisio joue une partition sans faute autour des produits de saison.

Le restaurant Villa in the sky est perché à plus de 120 mètres de hauteur à Bruxelles © Villa in the sky

 

  • In De Wulf (Dranouter)

À Dranouter, à seulement cinq kilomètres de la frontière française, Kobe Desramaults propose dans son restaurant In De Wulf une expérience culinaire de   haut vol dans son restaurant considéré comme l'un des plus créatifs de toute la Belgique. Ce jeune chef y déroule une cuisine qu'il qualifie lui-même de « parfois brutale, parfois douce, mais toujours naturelle ». Expérience sensationnelle dans l'esprit de ce que fait Alexandre Gauthier à La Grenouillère ou René Redzepi chez Noma à Copenhague.
 

Le restaurant In De Wulf dans la petite ville de Dranouter. Attention, son chef a prévu de fermer définitivement le restaurant à la fin 2016. © In De Wulf

 

#5. Parce que la nouvelle génération est prête à prendre la relève

L’amour de la bonne chère est inscrit dans l’ADN des Flamands, c’est indéniable. Au-delà de la myriade de chefs étoilés évoqués ci-dessus, c’est toute une nouvelle génération de chefs qui est prête à prendre la relève. Ultra sensibles à la qualité des ingrédients, s’inscrivant le plus souvent dans la mouvance locavore, prêts à casser les codes et à s’affranchir des marqueurs classiques de la gastronomie étoilée, les Flanders Kitchen Rebels (c’est ainsi qu’on les surnomme) innovent, créent, inventent et séduiront sans aucun doute tous ceux biberonnés au Fooding !

La deuxième bonne nouvelle est que l’on retrouve ces chefs un peu partout dans la région. Contrairement à la France, pas de centralisation excessive en Flandre. C’est d’ailleurs à Bruxelles que les « rebelles » sont le moins présents. Direction Anvers, Bruges, Gand et même Hasselt et Louvain pour découvrir les assiettes audacieuses de cette nouvelle génération de chefs au talent fou.

  • Le jeune chef Davy De Pourcq du restaurant Volta à Gand, l'un des Flanders Kitchen Rebels © Michaël Dehaspe
  • Nick Bril, qui fut le second de Sergio Herman pendant des années, est désormais le chef éxécutif de The Jane © Michaël Dehaspe
  • À Bruges, Tim Boury, chef du restaurant portant son nom, est considéré comme l'un des jeunes chefs les plus talentueux © Michaël Dehaspe