Vous êtes ici

Pierre Gunther, Le lundi 10 juillet 2017
Restaurants

Montréal : les 20 meilleurs restaurants de la métropole québécoise

Un rédacteur de YONDER s'est expatrié six mois à Montréal : que de temps pour découvrir la scène culinaire de la capitale francophone d’Amérique du Nord ! Très dynamique, on ne saurait où donner de la fourchette sans les conseils avisés de notre rédacteur Pierre Gunther.
  • Intérieur du restaurant Le Serpent, une table testée et approuvée par la rédaction de YONDER © James Brittain
    Intérieur du restaurant Le Serpent, une table testée et approuvée par la rédaction de YONDER © James Brittain
Montréal possède une inventivité incomparable et décomplexée, réinventant les classiques sans avoir peur de mélanger les saveurs.

On aurait bien tort de résumer la gastronomie québécoise à la poutine. La capitale culturelle du Canada possède avec Toronto les cuisines les plus inventives du pays des grandes étendues. Avec peu de tables de haute gastronomie comme on l’entend sur le Vieux Continent - le guide Michelin ne s’y est pas arrêté - la ville possède en revanche une inventivité incomparable et décomplexée, réinventant les classiques sans avoir peur de mélanger les saveurs.
La cuisine québécoise est ainsi multi-influencée : par l’art de la table français bien sûr, aux techniques desquelles de nombreux chefs ont été formés et ont apporté l’importance des terroirs et des produits (fromages, élevages, maraîchers, régions viticoles et piscicoles), les Etats-Unis, qui ont apporté la désinvolture et la fantaisie ainsi que l’appétit pour le végétarisme, et enfin l’Italie, l’Amérique Latine, le Japon, les Philippines, l’Ethiopie et de nombreux autres dont de nombreux jeunes chefs réinventent la cuisine et apportent sa richesse à Montréal.

A. LES MEILLEURS RESTAURANTS GASTRONOMIQUES

1. Toqué !

Table sélectionnée par la rédaction de YONDER

Pourquoi on y va ? Toqué !, c’est la référence historique de la haute gastronomie québécoise. Ouvert en 1993 par Normand Laprise, l’établissement à la frontière du Vieux-Montréal intègre les Relais & Châteaux en 2006, les Grandes Tables du Monde en 2014 et est classé premier restaurant canadien en 2015 et 2016 par le classement annuel Canada’s 100 Best. Normand Laprise, c’est une enfance passée dans la ferme familiale de Kamouraska, sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent, une histoire d’amour avec les produits locaux, le terroir québécois et ses producteurs qu’il défend dans sa carte depuis ses débuts aux fourneaux. Le produit est au coeur de la cuisine de Toqué !, le savoir-faire et les techniques du chef subliment la matière-première fournie par 70 petits producteurs qui livrent des produits frais, de saison et souvent biologiques. Cela donne des assiettes raffinées, pleine de découvertes, où se déroule le terroir québécois : légumes, herbes sauvages, plantes maritimes, champignons des bois, fleurs comestibles, canard, poisson, longe de cerf et de porcelet de chez Gaspor, à la carte depuis 11 ans.
Conclusion ? Une table de qualité, constante et résistante sur la scène ultra dynamique de Montréal qui hisse haut les couleurs de la cuisine du Québec.

  • Toqué ! © Bénédicte Brocard


L'addition ? 

  • Le midi formule entrée / plat / dessert entre $50 $ et $64.
  • Le soir : menu dégustation à $136 avec accord mets et vin à cinq ($80) ou sept verres ($105). À la carte, comptez entre $90 et $105 pour entrée / plat / dessert.

Adresse : 900, place Jean-Paul-Riopelle / Tél : +1 514 499 2084
 

2. Maison Boulud

Table sélectionnée par la rédaction de YONDER

Pourquoi on y va ? Entrons dans le monde des chefs stars avec Maison Boulud, un restaurant de l’empire de Daniel Boulud, chef français vivant à New-York, deux étoiles au Michelin pour Daniel dans l’Upper East Side, qui après Miami, Washington et Singapour a décidé de poser ses étuis à couteaux au rez-de-chaussée de l’hôtel Ritz-Carlton de Montréal en 2012.
Ici, le menu est ancré dans la traditions française, bien qu’influencé par les années new-yorkaises de Daniel Boulud et la touche italienne apportée par le nouveau chef Riccardo Bertolino. Né à Bologne, inscrit à l’école de cuisine à 14 ans, il passe par le Royal Monceau, le Meurice et plusieurs restaurants Boulud avant d’être propulsé à la tête de la maison montréalaise. À la carte, on retrouve les classiques charcuteries lyonnaises, parfums méditerranéens et les burgers maîtrisés grâce au passage par DBGB Kitchen & Bar à New-York, ainsi qu’un peu du Québec, les plats étant résolument en lien avec les produits et producteurs régionaux. En témoigne le crabe des neiges accompagné de sa suite d’oursins de Gaspésie, les couteaux et noix de Saint-Jacques côté Atlantique, ou l’agneau de Kamouraska et jus de navarin côté Saint-Laurent. Outre ces propositions du dîner, la cuisine ouvre dès le petit-déjeuner, et propose un menu bar plus accessible pour boire un verre au comptoir (conseillés par Isabel Bordeleau, sommelière de l’année 2016 Gault & Millau) et profiter de la salle élégante, son foyer central, et sa véranda ouverte même en hiver sur les jardins de l’hôtel. Pour finir le repas en beauté, le dessert est signé Claude Guérin, meilleure pâtissière du Canada 2017 qui nous livre par exemple un biscuit sans farine, kumquat, mousse au marron et glace à la courge musquée.

  • Maison Boulud au Ritz-Carlton Montréal © DR


L'addition ? Au déjeuner, formule deux ou trois choix à $42 et $49. Au dîner, entrée / plat entre $65 et $90. Au menu bar, planches à partir de $18 $.

Adresse : 1228 Rue Sherbrooke Ouest / Tél : + 1 514 842 4224
 

3. Europea

Table sélectionnée par la rédaction de YONDER

Pourquoi on y va ? Ouvert en 2002 par le chef languedocien Jérôme Ferrer, l’Europea propose une cuisine gastronomique fine dans une ancienne maison victorienne qui lui a valu de nombreuses distinctions. Relais & Châteaux et Grand Chef Relais & Châteaux 2011, quatre diamants décernés par les Automobile clubs canadien et américain et membre des Grande Tables du Monde depuis 2013, Jérôme Ferrer signe un repas européen dans lequel les produits du Québec sont à l’honneur.
À la carte ou en menu dégustation, des plats signatures comme le capuccino de crème de homard à la purée de truffe et le tartare de cerf, ou des variations saisonnières en fonction des arrivages. Influencé par ses racines catalanes (calamar citronné, filet de bar cuit sur peau), le chef gagne cet amour pour la cuisine en aidant sa grand-mère à préparer les repas familiaux, et conserve un attachement à sa terre en cultivant depuis 2013 quelques hectares de vignes ayant appartenues à son père vigneron pour créer le domaine La terre de mon père, bouteilles disponibles au menu.

  • Brume des glaces au yuzu © Restaurant Europea

L'addition ?

  • Menu du midi $30 en 5 services ou menu Dégustation à $60.
  • Le soir, menu Dégustation Signature $119,50 ou Table d’Hôte Découverte $89,50
  • À la carte, entrées de $22,50 à $27,50, plats de $43,50 à $49,50, dessert à $19,50
  • Vins au verre à partir de $15$, bouteille du Québec à partir de $35, vins d’Europe à partir de $60

Adresse : 1227 Rue de la Montagne / Tél : +1 514 398 9229
 

4. Le Serpent

Table testée et approuvée par la rédaction de YONDER

Pourquoi on y va ? Situé à la limite de Griffintown, dans l’ancien bassin industriel de la ville, Le Serpent prend ses quartiers dans une ancienne fonderie. Son nom provient du tuyaux sinueux sur le toit qui servait à purifier les émissions des gazs en fusion il y a un siècle. Aujourd’hui, un espace d’exposition contemporain et résidences d’artiste (la Fonderie Darling) a rénové l’ancienne usine et accueille le Serpent dans ses murs.
Il est de bon goût de visiter les expositions avant de faire un tour au Serpent pour mieux sentir la profondeur historique du lieu et ses espaces impressionnants. Le 95-places décoré par Hubert Marsolais et Annie Lebel a gardé ce cachet industriel, avec beaucoup de matériaux bruts (béton, acier, fonte...), tuyaux qui courent au plafond, comptoir en marbre blanc veiné, murs noirs et une magnifique œuvre de l’artiste québécois Pierre Dorion au mur, hypnotisant hommage à la lumière du jour qui se couche.
Les propriétaires, Hubert Marsolais et Claude Pelletier, qui ont déjà plusieurs cordes à leur arc (Club Chasse et Pêche et Filet), ont fait confiance au chef Michele Mercuri (XO, Cube), qui décline une cuisine italienne contemporaine. Le menu est composé de bouchées crues (bar rayé, piment doux, coriandre, jicama), de petites entrées et d’assiettes de pâtes et risotto (ce soir là, pappardelle, sanglier braisé, tomate, ricotta ainsi que ravioli, asiago et truffe, queue de bœuf braisée, carotte, épinard) et de plats marins et terrestres. Une viande à la broche est proposée chaque soir (traverse de porc, lapin, canard laqué, etc.). Il faut une volonté de fer pour garder de la place pour les desserts de Masami Waki. Côté vins, le sommelier propose plus de 205 appellations d’importations privées. Une cuisine moderne dans un cadre historique, des portions copieuses et savoureuses dans une salle magnifique.

  • Le Serpent © James Brittain


L'addition ? Entrées entre $14 et $19, pâtes et risottos entre $16 $ et $29, plats entre $29 et $36. Vin au verre à partir de $7,5.

Adresse : 257 Rue Prince / Tél : +1 514 316 4666, fermé le midi.
 

5. Le H4C

Table sélectionnée par la rédaction de YONDER

Quand deux architectes se lancent dans la restauration (Marc-André Vallée et Chantal Paradis de D3 Architecture), ils dessinent les contours d’une cuisine et d’un cadre soigné, très actuel avec une attention portée à l’espace et à la lumière. Dans un ancien bureau de poste de Saint-Henri (code postal H4C 2R9), le chef Dany Bolduc, ancien du Réservoir, signe une cuisine inspirée de ses voyages en Asie et en Europe avec une carte changeante aux saveurs audacieuses. La carte des vins qui laisse la part belle au Vieux-Continent, déroule ses dizaines de références, toujours prêtes à se marier au quasi de veau, asperges blanches, orpin et à la truite pissenlit sur les conseils avisés d’un serveur.

  • Le H4C © DR


L'addition ? Menu dégustation en 7 services à $115 avec accord mets et vins ($60) ; carte entre $18 et $50, vins entre $11 $ et $24 au verre et à partir de $47 la bouteille.

Adresse : 538 Place Saint-Henri / Tél : + 1 514 316 7234

Son chef, le jeune biélorusse Fiodar Huminski, Montréalais d’adoption, réussit avec brio à combiner saveurs et influences du monde entier dans sa carte courte.

 

B. LES MEILLEURES TABLES TENDANCES

6. LOV

Table testée et approuvée par la rédaction de YONDER

Pourquoi on y va ? Finie la cuisine végé et vegan surplombante, ici « on veut être inclusifs au lieu d’être exclusifs »; selon les mots de la cheffe Stéphanie Audet. Rendre la cuisine végétarienne et vegan accessible et attractive, c’est le pari que prend Dominic Bujold (Crudessence, Pizzeria No. 900) lorsqu’il ouvre LOV en décembre 2016 avec Stéphanie Audet, jeune cheffe originaire de Gaspésie et passée par Hawaï, la Californie et la France. Un vagabondage fructueux qui l’a formé à des techniques comme la fermentation, la germination et l’utilisation des supers aliments en s’inspirant des traditions locales et des techniques avant-gardistes healthy de la West Coast. Se positionnant entre le fast food haut-de-gamme et le restaurant gastronomique, le client se sentira chez lui dans cette salle de Jacinthe Piotte aux tons clairs, bois zens, plancher et grand comptoir en marbre.

  • LOV © Patricia Brochu
  • LOV © Sylvie Li

 

Côté cuisine, l’on veut prouver que végé rime avec gourmand. Les mac and cheese au kale et au fromage de courge s’accompagnent d’une tartine poire-panais, le burger Big Lov de frites au kimchi ou de gnocchis de patate douce au sarrasin et pesto chanvre-basilic. Les plats sont aussi bons que graphiques, car la cheffe sait que rendre les légumes sexys passe aussi par l’oeil. Et le restaurant applique ses principes avant la cuisine, en s'approvisionnant directement auprès de producteurs locaux ou en adaptant sa carte deux fois par an à la saison. Enfin, côté vin, la biodynamie est de mise avec une carte de Steve Beauséjour, et des cocktails originaux à base d’herbes et d’alcools produits en petites quantité.

LOV vise à démocratiser le végé avec de grandes ambitions : une deuxième adresse a déjà ouvert à Montréal, avant Toronto, New York, Los Angeles et Paris et Barcelone vers 2019.

L'addition ? Plats et salades entre $14 et $18 ; entrées et snacks entre $4 et $9, sandwichs et burgers à $11. Cocktails à $11 et vin au verre à partir de $7.

Adresse : 464 Rue McGill / Tél : +1 438 387 1326
 

7. Le Bon Vivant

Table testée et approuvée par la rédaction de YONDER - Coup de cœur de la rédaction

Pourquoi on y va ? Pour sa cuisine simple et inventive et son accueil chaleureux dans un quartier de plus en plus dynamique. Son chef, le jeune biélorusse Fiodar Huminski (ancien de l'exigeante Taverne sur le Square), Montréalais d’adoption, réussit avec brio à combiner saveurs et influences du monde entier dans sa carte courte, gage de plats maîtrisés et de spéciaux du jour variés. Les ampoules à filament au dessus du bar éclairent la cuisine ouverte et l’équipe en plein coup de feu, qui sort des réinterprétations gourmets de plats classiques. Les goût se marient à la perfection, de manière créative, et font escale dans la même assiette par l’Asie, la Méditerranée ou la Californie. L’on peut commencer par les frites yakuza (une poutine réinventée au kimchi maison) à se damner, ou les ribs marinés à la coréennes, poursuivant avec un burger Gaspor (ferme de Saint-Jérôme), une pieuvre grillée ou un tartare de cheval vinaigrette au cognac. L’atmosphère est jeune, bo -enfant et la cuisine fait un sans faute du début à la fin.

  • Le Bon Vivant © DR


L'addition ? Snacks et salades entre $9 et $17, plats entre 20 $ et 35 $, ouvert tous les jours.

Adresse : 2705 Rue Notre-Dame O / Tél : +1 514 316 4585
 

8. Hoogan et Beaufort

Table sélectionnée par la rédaction de YONDER

Pourquoi on y va ? Direction l’est et le quartier de Rosemont la Petite Patrie, dans l’ancien complexe industriel Angus dédié à la construction ferroviaire. C’est ici qu’a ouvert Hoogan et Beaufort en décembre 2015. Le local, très lumineux, possède 70 places sous plus de huit mètres de plafond, avec des comptoirs faisant face à la cuisine centrale ouverte, où trône une imposante cheminée de cuisson. Mélange de brique, bois et métal, la jeune firme locale Appareil Architecture a su conserver l’histoire des murs en rendant l’espace moins intimidant. De chaque table, la cuisine est visible et l’on peut observer le chef, Marc-André Jetté, ancien des 400 coups, s’activant autour d’un menu, différent chaque semaine, dans lequel le légume tient une place de choix.
La carte des vins est fournie, et plus exceptionnel, celle des bières également, locales et artisanales surtout, et d’importation. William Saulnier, co-propriétaire et sommelier de formation en est un grand amateur. En menu de dégustation, six items ou à la carte, les gourmands composent leur repas selon le format entrée plat traditionnel ou en commandant une foule d'assiettes.

  • Hoogan et Beaufort © Alison Slattery


L'addition ? Entrée et plat autour de $20 $ le midi. Le soir, menu dégustation en cinq services à $70 et $45 pour l'accord mets et vins ou à la carte entrée / plat entre $40 et $50 le soir.

Adresse : 4095 Rue Molson / Tél : +1 514 903 1233

Avec une cuisine riche et savoureuse préparée avec amour par le chef Marc-Olivier Frappier [...] le premier restaurant de la team Joe Beef reste, après 10 ans de bons et loyaux services, la table préférée des Montréalais épicuriens.

 

SUITE DES LES MEILLEURES TABLES TENDANCES : FOCUS SUR LA SUITE JOE BEEF

Trois restaurants incontournables devenus de véritables institutions. Une aventure dans laquelle se sont lancés l’équipe Frédéric Morin, David McMillan et Allison Cunningham il y a plus de 10 ans dans une Petite Bourgogne alors complètement résidentielle. Leur premier local d’abord, Joe Beef, qui a permis de mettre sur le devant de la scène la gastronomie montréalaise, et a impulsé une dynamique dans ce quartier, maintenant rempli de bars et de tables branchées le long du canal de Lachine. Un faux air de Brooklyn. Bientôt suivi de Liverpool House et de Vin Papillon, une histoire sans faute qui se perpétue d’année en année dans le classement des 100 meilleurs restaurants canadiens avec leurs restaurants qui pointent à la troisième, quatrième et vingt-cinquième place de l’affiche. Quasiment côte à côte le long de Notre-Dame Ouest, le quartier ‘Joe Beef’ est à ne pas manquer.
 

9. Joe Beef

Table sélectionnée par la rédaction de YONDER

Pourquoi on y va ? Un restaurant pour les viandards bons vivants et amoureux de bons vins. Avec une cuisine riche et savoureuse préparée avec amour par le chef Marc-Olivier Frappier, dans une salle chaude remplie d’antiquités, boiseries et grandes ardoises au mur, le premier restaurant de la team Joe Beef reste, après 10 ans de bons et loyaux services, la table préférée des Montréalais épicuriens. La côte de boeuf pour deux est un classique qui ne déçoit jamais, pour le reste, la carte change au fil des saisons tout en présentant les meilleurs morceaux de boeuf, porc, canards et autres gibiers dans leur plus simple appareil. Les écailles et coquillages ne sont pas en reste, une bonne partie de la carte leur étant dédiée, accompagnés de vins (beaucoup de grands noms français et petites bouteilles de vin bio) choisis par Vanya Filipovic. Une atmosphère chaleureuse et une cuisine opulente, comme en témoigne la salle qui ne désemplit pas.

  • Joe Beef © DR


L'addition ? Entrées entre $12 et $29, plats entre $29 et $49.

Adresse : 2491 Rue Notre-Dame Ouest / Tél : + 1 514 935 6504
 

10. Vin Papillon

Table sélectionnée par la rédaction de YONDER

Pourquoi on y va ? Un restaurant plus féminin que ses deux grands frères selon les mots la team Joe Beef, dont Vanya Filipovic a pris les rênes. Le chef de Joe Beef Marc-Olivier Frappier a imaginé un menu magistralement exécuté par Stéphanie Cardinal : de petites assiettes à partager ,où les racines et les feuilles cuisinées au beurre, à la graisse de canard et au bacon sont assez décadentes et attractives pour que le restaurant leur soit dédié.
Les légumes du marché et de saisons se laissent apprécier dans un style comfort food, tandis que les assiettes, des plus abordables aux plus dispendieuses, sont toujours succulentes. La salle agrémentée d’une magnifique terrasse ouvre dès 15h, prétexte à un apéro à coup de rasade de vin nature et bio et de bouchées tous les jours différentes.

  • Vin Papillon © DR


L'addition ?  Petits plats formule tapas, entre 7 et $15. La carte varie selon les produits en saison.

Adresse : 2519 Rue Notre-Dame Ouest / Tél : 514 439 6494

 

Mais aussi : Liverpool House, ambiance chalet en bord de mer et comptoir à huîtres. 

L'addition ? Entrées entre $9 et $19, plats entre $27 et $49
Adresse : 2501 Rue Notre-Dame Ouest / Tél : +1 514 313 6049

Classé 35ème meilleur restaurant du Canada en 2017, Le Filet accueille les convives dans un décor chic aux composantes métalliques

 

11. Pastaga

Table testée et approuvée par la rédaction de YONDER (partie Vieux-Port)

Pourquoi on y va ? Un seul nom pour deux restaurants : le premier ouvert en 2011 entre le Mile End et la Petite-Italie, et le tout nouveau côté Vieux-Port monté au printemps 2017, à la rencontre du Canal de Lachine et des bassins du Saint-Laurent. Martin Juneau, ancien de La Montée de Lait et chef multitâche (livre de cuisine, émission de télé et même publicité), décline dans sa salle simplissime une carte courte, chaude et froide, remplie de combinaisons aventureuses dans des plats de taille moyenne à partager et à multiplier. La cuisine est vitrée et une grande table permet même d’y manger et d’observer la brigade à l’œuvre. Ici, on milite clairement pour le vin nature, et la carte est assortie des conseils avisés de l’équipe.

Pour l’antenne du Vieux-Port, ambiance plus décontractée à l'heure des sorties de bureau. Le côté snack-bar est mis en avant, avec une terrasse très agréable au bord de l’eau, entre les briques de Griffintown et les silos désaffectés style Kreuzberg. Les cocktails originaux se savourent sous les guirlandes d’ampoules avec l’impression de dériver sur une barge le long du Saint-Laurent.

  • Pastaga © DR


L'addition ? Plats entre $12,50$ et $16, desserts entre $7 et $9,50.

Adresse : 6389 Boul St-Laurent / Tél : 438 381 6389 - 400 rue de la Commune Ouest / Tél : +1 438 381 6389
 

12. Le Filet

Table sélectionnée par la rédaction de YONDER

Pourquoi on y va ? Amarré avenue Mont Royal, le Filet ouvre en 2011 avec derrière lui la même équipe que Club Chasse et Pêche et Le Serpent. Classé 35ème meilleur restaurant du Canada en 2017, il accueille les convives dans un décor chic aux composantes métalliques, par Annie Lebel de In Situ. Le service y est dit impeccable, courtois, la cuisine du chef Yasu Okazaki toute en finesse et originalité.
Influencé par ses origine japonaise et sa formation de cuisine française, le chef délivre un menu en trois temps - jeu, set et match sur la carte - dans lequel chacun pêche à sa guise des assiettes au format tapas où poissons et fruits de mer jouent le premier rôle. Jeu : huîtres garnies au jalapeno & érable, set : cardeau, yuzu, fenouil, bottarga et match : omble de l'arctique, sauce à l'oursin, romanesco.

  • Le Filet © DR


L'addition ? Entrée et plat entre $40 et $60, dessert à $10 . Vin au verre à partir de $10.

Adresse : 219, ave. Mont-Royal Ouest / Tél : +1 514 360 6060
 

13. Les 400 Coups

Table sélectionnée par la rédaction de YONDER

Pourquoi on y va ? Aux 400 Coups, pas de bêtises en cuisine ni en salle. Décor sobre et lumineux qui souligne les assiettes de cet établissement du Vieux-Montréal. On tombe vite dans le touristique dans cette partie de la ville, mais ici la réputation n’est plus à faire. Les cuisines sont un vrai vivier de talents : on y a vu, entre autres, passer Patrice Demers et Marie-Josée Beaudoin (maintenant Patrice Pâtissier), Marc-André Jetté (propriétaire du Hoogan et Beaufort) et Guillaume Cantin. Désormais, c’est Jonathan Rassi, chef d’origine libanaise, passé par la France et les Etats-Unis et aperçu dans Les chefs! (le Masterchef québécois) avant de venir préparer à Montréal des plats inventifs dans lesquel on retrouve un peu de Méditerranée. La présentation est remarquable, les assiettes sont de vrais compositions où légumes et produits de la mer tiennent une place de choix dans la carte d’été.

  • Les 400 Coups © DR


L'addition ? Menu dégustation à $75 et accord mets et vins à $45. À la carte, entrée et plat entre $25 et $50.

Adresse : 400 Rue Notre-Dame Est / Tél : +1 514 985 0400

Le chef Mineho Okunishi est parti à la recherche du meilleur ramen du Japon et est revenu avec cette variante du Hakata, une région au nord de l’île de Kyushu.

 

C. LES MEILLEURES ADRESSES CASUAL

14. Yokato Yokabai

Table testée et approuvée par la rédaction de YONDER - Coup de coeur de la rédaction

Pourquoi on y va ? Pour ses ramens tonkatsu supérieurs préparés avec un bouillons d’os de porc cuit pendant 12 heures. Le chef Mineho Okunishi est parti à la recherche du meilleur ramen du Japon et est revenu avec cette variante du Hakata, une région au nord de l’île de Kyushu. Ici la carte ramen va droit au but : bouillon tonkatsu ou miso, porc ou poulet, supplément algue, oeuf et oignon. Petit frère de Imadake et Ichi Go Ichi E, l’izakaya a décidé de se concentrer sur un plat unique et réussit à atteindre la perfection d’un bouillon crémeux, presque sirupeux, qui concentre tous les sucs du porc, d’une viande onctueuse déposée en lamelles sur le ramen et de nouilles maison fabriquées au sous-sol. Quatre petites bouchées entrées ou accompagnement se partagent la vedette pour nous mettre en appétit si nous ne l’étions pas déjà : les racines de gobo semi-épicées, le poulet karage croustillant enveloppé de sa sauce sésame-gingembre, une petite salade et un chashu-don. Attablés dans l’atmsophère du Japon rural, le voyage gustatif commence.

  • Yokato Yokabai © DR

 

Le conseil en + ? Notoriété grandissante et sans réservation promettent un espace qui ne désemplit pas. Pensez à venir tôt, ou tard.

L'addition ? Ramen à $13, extra entre $3 et $5,5.

Adresse : 4185 Drolet / Tél : +1 514 828 9991
 

15. Junior Filipino

Table testée et approuvée par la rédaction de YONDER

Junior, c’est un restaurant jeune, vitaminé, à la déco colorée un peu bric à brac. C’est l’affaire d’une bande d’amis, les frères Flores, l’importateur de vin David Pendon et Julian Somera, tous les quatre d’origine Philippines et désireux de faire connaître de façon moderne leur culture gastronomique éclipsée par les autres pays d’Asie du Sud-Est. L’atmosphère est très personnelle, on a l’impression de s’être fait inviter chez les chefs.
Chacun d’eux vient avec les recettes de sa famille et de sa région, témoignant de la diversité de l’archipel, dans l’ambiance carinderia, la cantine de rue typique des Philippines. En plat, il ne faut pas passer à côté de l’adobo (viande braisée) manok, un poulet mijoté à la citronnelle, au lait de coco et gingembre de la région de Visayas. Détour par le nord du pays avec le pinakbet, légumes du jour sautés à la pâte de crevette, ou le sinigang, soupe de crevette au tamarin. Le poulet afritada témoigne lui des influences espagnoles qui marquent l’île. Sur les tables, des sauces multicolores invitent à customiser son plats selon ses envies, bien que la reine des sauces reste la Mang Tomas All Purpose Sauce, l’équivalent de notre ketchup Heinz.

  • Junior Filipino © Martin H. Nguyen
  • Junior Filipino © Martin H. Nguyen

 

L'addition ? Entrées de $6$ à $11 ; plats entre $8$ et $14 ; desserts à $7.

Adresse : 1964 Rue Notre-Dame Ouest / Tél : +1 514 944 8636
 

16. HÀO

Table testée et approuvée par la rédaction de YONDER - Coup de cœur de la rédaction

Pourquoi on y va ? Pour les buns, les buns, et les buns ! Un petit comptoir asiatique lumineux qui rappelle les restaurants de coin de rue microscopiques en Asie. Ici, les frères et soeur William, Charles et Rachelle, d’origine philippine, préparent une cuisine du coeur, simplissimement bonne. Stagiaire chez Joe Beef et Liverpool House, William rêvait d’ouvrir son propre restaurant. Charles qui a étudié le design se charge du local, blanc, simple, épuré, avec deux comptoirs pour commander et pour manger. Le menu tient dans un mouchoir de poche : buns à l’épaule de porc bio braisée à la sauce soja, oignon, ail et huile de sésame, sa version végé et les deux salades d'accompagnement (kimchi et concombre). On aime également les dumplings en soupe dans un bols. Le local va bientôt s’agrandir nous glisse Claire. En attendant, on se réjouit des petits pains vapeurs moelleux à souhait et de leur garniture aigre-douce juteuse que l’on mange avec les doigts.

  • HÀO © DR


L'addition ? Buns au porc à $9,15 $ et végé à $8,25. Salade et dessert à $3,50.

Adresse : 255 Rue Rachel E.

 

17. Satay Brothers

Table testée et approuvée par la rédaction de YONDER

Pourquoi on y va ? Chez Satay Brothers, c’est encore une histoire de famille. Deux frères d’abord, Mat en cuisine et Alex, une mère ensuite, singapourienne, qui depuis leur enfance les éduque à la cuisine bigarrée de cette ville-état, véritable mosaïque culturelle et gustative de l’Asie. La cuisine des frères Satay tire son inspiration de la Malaisie et de la Thaïlande, de l'Indonésie, de la Chine et de l'Inde. Élevés dans le quartier de Saint-Henri, ils ouvrent leurs premiers vingt-places rue Saint-Jacques avant le local actuel de 80 places, qu’ils abandonnent l’été pour un stand au Marché Atwater.

En cuisine, les ingrédients variés permettent une palette de goûts et de sensations infinies. La spécialité, les satés bien sûr, brochettes de poulet, porc ou crevette, toujours tendres et juteuses servis avec une sauce à l’arachide. Envie de piquant, la salade de papaye verte relevée qui s’oppose à la fraîcheur du fruit ou les nouilles mee goring tombent à pic. Les buns au flanc de porc marinés apportent de la douceur à la bouche avant l’explosion d’épices que représente le sandwich au porc grillé servi avec concombres, feuilles de moutarde et mayonnaise aux cinq épices - combinaison d'anis, de cannelle, de poivre de Sichuan, de girofle et de fenouil.

  • Satay Brothers © DR


L'addition ? Plats entre $5 et $15. L’été, se renseigner sur les horaires d’ouverture de leur stand au marché Atwater.

Adresse : 3721 Notre Dame Ouest / Tél : +1 514 933 3507
 

18. Dinette Triple Crown

Table testée et approuvée par la rédaction de YONDER - Coup de cœur de la rédaction

Pourquoi on y va ? Ouvert depuis de nombreuses année, la Dinette Triple Crown (du nom d’une course de cheval au Kentucky) est un petit comptoir à l’air de diner des années 20, où le chef Colin Perrin originaire du Kentucky et sa femme Nicole Turcotte préparent une cuisine du Sud des Etats-Unis. Vous pourrez rester au comptoir ou profiter des longues tables de la salle à manger adjacente qui invitent à partager les à côtés du menu.
Mais la raison pour laquelle le restaurant est si populaire, c’est à cause des paniers pique-nique en osier, nappe vichy et pots massons, préparés en cuisine afin de s’installer dans le parc de la Petite Italie en face. Sur un coin d’herbe, le grand sud américain dans l’assiette. D’abord, un des meilleurs poulets frits de la ville (vraiment). Pour les viandes, on trouve aussi du porc effiloché et du brisket fumé (poitrine de boeuf), disponibles en plats ou en sandwichs. L’on complète avec des à-côtés comme le pain au babeurre, les patates pilées, les patates douces rissolées, les fèves pinto, légumes verts, salade de choux ou les merveilleux hushpuppies (croquettes de maïs). Les sauces sont délicieuses, certains à-côtés varient selon les semaines, la formule pique-nique est super pour l’été et on aime l’ambiance Deep South américain. On y revient sans hésiter malgré l’attente.

L'addition ? Formule deux ou trois pièces de poulet frit avec trois à côtés à $16 et $18. Sandwichs et salades à $11 ou $12.

Adresse : 6704 rue Clark / Tél : +1 514 272 2617

  • Dinette Triple Crown © 5 Services
  • Dinette Triple Crown © 5 Services
  • Dinette Triple Crown © 5 Services

 


 

19. Bar Furco 

Table testée et approuvée par la rédaction de YONDER

Pourquoi on y va ? Ouvert en 2012 dans un ancien entrepôt de la Fur & Company, le Furco est le bar chéri des cadres du quartier pour les 5 à 7, avec une carte inventive et changeante pour les petits et les gros appétits.
Avec Simone Chevalot (anciennement de la Buvette Chez Simone) et Jean-François Gladu (Baldwin) aux commandes, ce nouveau venu dans cette rue désertée par la scène gastronomique avait tout pour réussir le paris du ‘bar où l’on peut bien manger’. La cheffe Joëlle Trottier signe des assiettes pleines de fraîcheur et de beaux produits, qu’elle réinvente en fonction des arrivages, à déguster idéalement en prenant un verre de la carte d’importation élaborée par Philippe Chin, de Satay Brothers. Côté ambiance, c’est le designer et co-propriétaire Zébulon Perron qui s’inspire de l’architecture et de l’histoire du lieu pour créer un espace aux volumes ambitieux, où le temps et ses marques n’ont pas été effacés mais utilisés pour conserver le côté brut, mais chaleureux et convivial.

  • Bar Furco © DR


L'addition ? Plats entre 16 $ et 28$, assiettes de charcuterie et fromage à $24 et $20. Cocktails à $11 et $12 et verre de vin à partir de $10.

Adresse : 425 rue Mayor / Tél : +1 514 764 3588
 

20. Café Le Parvis

Table testée et approuvée par la rédaction de YONDER

Pourquoi on y va ? Fort de son succès, l’équipe du Furco a ouvert le Café Parvis, à côté de son grand frère. Zébulon Perron encore au décor, ce dernier a choisi d’adoucir le look industriel à la peinture écaillée et aux trous dans les murs par des baies vitrées qui occupent toute la devanture, des plantes vertes suspendues au plafond et un comptoir en bois chaleureux.
Le Parvis complète le Furco, plus festif et nocturne, par son ouverture dès 7h du matin en proposant viennoiseries, pâtisseries et café du micro-torréfacteur montréalais Kittel. Le partage est toujours le mot d’ordre au Parvis, quand les pizzas à la romaine et les salades sont faites pour être commandées et goûtées en groupe. La garniture mise sur les produits locaux et sur l’originalité, toujours présente comme pour la pizza pieuvre, olives marocaines, poivrons rouges, pois chiches, labneh au citron, ou la salade udon, tempeh, daïkon, chou nappa et concombre, basilic thaï, coriandre, sésame, vinaigrette au beurre d’arachide et lait de coco.

  • Café Le Parvis © DR


L'addition ? Pizza entre $6,5 et $8,5 et salades entre $7,5 et $26 selon la taille.

Adresse : 433 Rue Mayor / Tél : +1 514 764 3589

 

D. BONUS : OÙ MANGER LA MEILLEURE POUTINE DE MONTRÉAL ?

Il est maintenant temps d’aborder la question à un million de dollars canadiens : où manger la meilleure poutine de Montréal ? Plat emblématique du Québec, mélange de frites et de fromage couic-couic arrosé de sauce brune, difficile de rater la recette et de manger une poutine pas bonne pantoute. Toutefois, et afin de dépasser la guerre entre La Banquise et Poutineville (qui proposent chacun de la poutine la plus simple à la plus exotique), voici les trois locaux où prendre une poutine sans faux-pas.

  • Patati Patata (4177 Boul St-Laurent) : dans un dix mètres carrés qui ne paie pas mine, ouvert jusqu’à deux heures du matin toute la semaine, la patatine oignons poivrons et champignons est idéale après une soirée au beau bar Darling à deux pas.
  • Ping Pong Club (5788 Boul St-Laurent) : ce bar du Mile End aux airs de Biergarten d’été propose une poutine deluxe que vous pourrez éliminer avec un match de tennis de table entre amis.
  • Rotisserie Ramados (115 Rue Rachel E) : une rôtisserie portugaise où savourer sa poutine avec un quart de poulet grillé juteux à souhait.
72 heures à Montréal

Notre correspondant sur place, installé dans la plus grande ville québecoise pour six mois, a déniché pour nous les meilleures adresses de Montréal.

Que voir et que faire (en sortant des sentiers battus), où manger, où sortir, où dormir, il répond à tous ces questions essentielles qui vous permettront d'optimiser votre séjour sur place.