Vous êtes ici

Mathieu Belay, Le mercredi 01 avril 2015
Openings

Le Grand Pigalle, boutique hotel tendance par les créateurs de l’Experimental à SoPi

Décidément SoPi (pour South Pigalle) n’en finit plus de muer. Alors que les bars à cocktails s’y installent à la pelle, les créateurs de l’Experimental Cocktail Club, speakeasy historique de Montorgueil, innovent en y installant leur premier boutique hotel.
  • La décoration du Grand Pigalle, signée Dorothée Meilichzon, est l'un des atouts majeurs de cette nouvelle adresse tendance.
    La décoration du Grand Pigalle, signée Dorothée Meilichzon, est l'un des atouts majeurs de cette nouvelle adresse tendance.

On connaissait des garçons  de l’Experimental Cocktail Club leur passion pour les cocktails et leur virtuosité en matière de mixologie. En témoignent les ouvertures incessantes de bars aux quatre coins de Paris mais aussi à Londres, New York (en plein Lower East Side) et même Ibiza.

Ce que l’on ne savait pas – il y a encore quelques semaines – c’est que Romée de Goriainoff, Olivier Bon et Pierre-Charles Cros, trois amis d’enfance devenus ambassadeurs de la mixologie à la française avaient prévu de mettre leur savoir-faire en termes d'hospitalité au service d’un… hôtel ou plus exactement un « bed & beverage ».

C'est pourtant chose faite. L’Experimental Group compte désormais une nouvelle adresse, plus parisienne que jamais, dans le quartier en pleine mutation de SoPi. Et contre toute attente, ce n’est pas un bar que l’équipée a inauguré en cette fin mars pluvieuse, mais un boutique hotel classieux et contemporain, y multipliant les initiatives originales et sympathiques, pile dans l’esprit du quartier.

On liste les 9 choses à retenir au sujet de cette nouvelle adresse parisienne qui risque de faire parler d’elle dans les prochaines semaines. Et bien entendu, on vous fait visiter le lieu en images.

Ce qu’il faut retenir

  • Les intérieurs de l’hôtel imaginés par Dorothée Meilichzon, créatrice de l’agence parisienne Chzon, célèbrent l’esprit bohème de Pigalle dans un décor tout à la fois chic et low key, élégant et décontracté. Moulures originelles, papiers peints vieillis, motif géométriques omniprésents des matériaux rarement usités dans les hôtels comme le laiton ou l’acajou donnent à l'hôtel un cachet indéniable.
     
  • Des uniformes signés French Trotters à la literie luxueuse, digne d’un 5-étoiles, venue tout droit de Bretagne, en passant par les produits de soins spécialement développés par Ramdame Touhami dans les ateliers de Buly, le Made in France est à l’honneur au Grand Pigalle.
     
  • SoPi, Pigalle, Henry Monnier, Grand Pigalle ou Sous les Toits, les 37 chambres du Grand Pigalle se déclinent en cinq formats romantiques et intimistes, de 15 à 30 mètres carrés environ. Des espaces compacts donc, mais suffisamment bien agencés pour ne pas apparaître étouffants.
     
  • Téléphone à cadran, interrupteurs à l’ancienne, lampes en laiton, et absence de toute trace visible de technologie contemporaine (à l’exception notable des TV, habilement dissimulées derrière des miroirs et du contrôle de la climatisation), le décor aux accents vintage vise une certaine forme d’intemporalité. Plutôt malin alors que nombre d’hôtels design sont démodés quelques mois après leur ouverture.
     
  • Comme dans les grands hôtels, un turndown service sera proposé aux guests pour préparer le lit avant le coucher et y déposer une confiserie signée Jacques Genin.
     
  • Au rez-de-chaussée, pas de lobby mais un vaste espace de vie à mi-chemin entre le bistrot chic (pour l’ambiance) et un bar à vin italien (pour la carte qui propose plus de 200 références de vins, italiennes pour la plupart). Un lieu destiné à vivre de tôt le matin à tard le soir et, qui, à n’en pas douter, séduira les Parisiens avides de bonnes adresses dans le quartier.
     
  • Les chambres des étages supérieures, et notamment les Junior Suite Sous les toits du sixième étage offrent de jolies vues sur la Butte Montmartre et le Sacré Cœur. « So cliché »  diront les grincheux, les autres apprécieront le décor de carte postale.
     
  • Clin d’œil au Grand Budapest Hotel dont l’ascenseur affichait une couleur rouge éclatante, l’hôtel de la rue Victor Massé a peint du sol au plafond ses toilettes en rouge. Détonnant !
     
  • Autres éléments qui montrent que le sens du détail a été poussé à son paroxysme pour un hôtel de cette catégorie : le fameux signe Do Not Disturb prend la forme d’une ampoule incandescente à éteindre lorsque l’on s'en va ; les capsules « Nespresso-compatibles » sont produites à partir d’un café équitable ; le mini-bar est rempli de cocktails faits maison (la grande classe) et une DS (la vraie, celles des années 50) remise à neuf est mise à disposition des clients pour naviguer vers les bars estampillés Experimental.
     

La visite en images

Têtes de lit en tissu, literie luxueuse (dont des draps en satin), éclairage tamisé : les chambres du Grand Pigalle sont très confortables.

Têtes de lit en tissu, literie luxueuse (dont des draps en satin), éclairage tamisé : les chambres du Grand Pigalle sont très confortables

Têtes de lit en tissu, literie luxueuse (dont des draps en satin), éclairage tamisé : les chambres du Grand Pigalle sont très confortables

Sur le bureau en acajou, des équipements vintage.

Sur le bureau en acajou, des équipements vintage

 

Motifs géométriques et cheminées font également partie de la décoration des chambres.

Motifs géométriques et cheminées font également partie de la décoration des chambres

 

Les salles de bain mettent à l’honneur des faïences traditionnelles.

Les salles de bain mettent à l’honneur des faïences traditionnelles

 

Un ananas doré, clin d’œil à l’univers des cocktails, souhaite la bienvenue aux voyageurs sur chaque porte.

 

Un motif « martini » orne l’épaisse moquette de l’escalier, un hommage de plus à l’univers des créateurs du Grand Pigalle.

 

Au rez-de-chaussée, le bar à vin offre un cadre chic et décontracté pour boire un verre ou grignoter un morceau.

 

Tamisé et intimiste en soirée comme le montre ces images, le bar est baigné de lumière pendant la journée.

 

C’est par une ouverture octogonale, un leitmotiv du décor, que l’escalier menant aux chambres se dévoile derrière le bar.