Vous êtes ici

Mélissa Leroux, Le mardi 15 décembre 2015
Restaurants

On a testé IDA, le restaurant aux accents italiens qui ravit la Rive Gauche

Denny Imbroisi a beau être passé dans de nombreuses cuisines de restaurants étoilés, cela ne l'a pas empêché de s'émanciper des codes gastronomiques en ouvrant son premier restaurant, une trattoria contemporaine qui met dans le mille. A vos fourchettes !
  • Dans le 15ème arrondissement, le chef Denny Imbroisi régale les amateurs de cuisine italienne © Maria Spera
    Dans le 15ème arrondissement, le chef Denny Imbroisi régale les amateurs de cuisine italienne © Maria Spera
  • A l'intérieur d'IDA, un décor moderne et chaleureux © Maria Spera
    A l'intérieur d'IDA, un décor moderne et chaleureux © Maria Spera
  • Le chef Denny Imbroisi © Maria Spera
    Le chef Denny Imbroisi © Maria Spera
IDA est ce que l’on pourrait appeler une trattoria franco-italienne des temps modernes.

Le contexte

Déjeuner le 20 novembre, deux convives.

Le pitch

Il y a plusieurs mois de cela Denny Imbroisi ouvrait son premier restaurant, IDA du prénom de sa sœur, pour le plus grand plaisir de la planète gastronome. IDA est ce que l’on pourrait appeler une trattoria franco-italienne des temps modernes. On y sert des plats gourmands et colorés aux accents bistronomiques basés sur la saisonnalité et la fraîcheur des produits. C’est donc plein d’entrain que nous sommes allés découvrir cette adresse.

Originaire de Calabre, Denny Imbroisi plonge dès le plus jeune âge dans le milieu de la cuisine, son père étant chef et propriétaire d’un restaurant. Il a fait ses classes auprès de grands chefs étoilés et multi-récompensés comme Mauro Colagreco (Mirazur à Menton), William Ledeuil (Ze Kitchen Galerie, Paris) ainsi qu’en tant que sous-chef auprès d’Alain Ducasse (Jules Verne, Paris) avant de voir aboutir son projet de restaurant.

Focaccia maison et huile d’holive au romarin.

 

Réservez cet hôtel gratuitement et immédiatement en ligne !

Denny Imbroisi a fait ses classes auprès de grands chefs étoilés : Mauro Colagreco, William Ledeuil ou encore Alain Ducasse.

Dans l’assiette

On commence ce déjeuner avec un assortiment d’antipasti dont une huile d’olive au romarin délicieusement parfumée dans laquelle on imbibe généreusement la mie dense d’une focaccia maison. Autant dire qu’elle n’a pas fait long feu et que nous avons veillé à garder cet élixir pour la suite du repas.

En entrée, on se laisse tenter par un encornet grillé, panais et condiment yuzu-citron. Le tout est accompagné d’un velouté de panais et peperoncino, un piment italien qui vient relever le goût et des pickles de radis noir pour le croquant. La tête de l’encornet servie en tempura est une pure gourmandise. De belles associations de saveurs et de texture pour cette entrée joliment exécutée.

Encornet grillé, condiment yuzu-citron et velouté panais-peperoncino.
Les pâtes faites à la main chaque matin par le chef sont servies al dente avec son jaune d’œuf coulant.

 

Pour le plat, le choix était déjà fait. On ne pouvait pas passer à côté des déjà cultes spaghetonni alla carbonara, la recette véritable, avec œuf et sans crème fraîche. Les pâtes faites à la main chaque matin par le chef sont servies al dente avec son jaune d’œuf coulant, une émulsion d’oignon, guanciale et de la joue de porc si fine et délicate qu’elle caresse le palais.

Sur les conseils de Denny Imbroisi, on casse le jaune qu’on mélange au tout pour se délecter de ces pâtes parfaites, notant à nouveau un habile jeu sur les textures avec ces grains de chapelure qui croquent sous la dent. On comprend dorénavant sa réputation.

Spaghettoni alla Carbonara.

 

Poitrine de veau confite 36h à basse température et grillé, carottes colorées crues et cuites, légumes racines et jus corsé. Un plat haut en couleurs.

 

 

Enfin, on termine ce repas avec un Capucc’IDA qui contrairement à ce que l’on pourrait croire n’a pas grand-chose à voir avec un cappuccino. Servi en trompe l’œil dans une tasse on plonge sa cuillère dans une espuma de café Lavazza pour découvrir un crémeux au chocolat Gianduja, du spéculoos et une glace noisette. Un dessert ultra gourmand qui vient à point clôturer ce repas.

Le Cappucc’IDA.

 

Le tiramisù revisité à la poire confite, marron glacé, mascarpone et boudoir au sirop de verveine, absolument divin.

 

Le chef vient lui-même servir les plats ajoutant ainsi à l’atmosphère chaleureuse des lieux.

Dans la salle

Une salle dans le style loft new-yorkais avec ces ampoules suspendues au-dessus de chaque table, ce carrelage noir et blanc dans l’esprit des azulejos et des photos de JR accrochées aux murs. Un cadre moderne donc mais qui évite l'écueil de la froideur.

Le service

Le service est souriant et attentionné donnant à IDA une ambiance décontractée et conviviale. Le chef vient lui-même servir les plats ajoutant ainsi à l’atmosphère chaleureuse des lieux.

L'addition

Au déjeuner, une sympathique formule comprenant un amuse bouche, entrée, plat, dessert est proposé à 30€. Au dîner comptez 42€ pour le menu traditionnel ou 65€ en carte blanche. Rien d'excessif donc.

Notre verdict

Un déjeuner placé sous le signe de la gourmandise. Denny Imbroisi remet au goût du jour la cuisine transalpine avec ses associations originales et justes côtoyant des plats plus traditionnels comme les fameuses spaghettoni alla carbonara que même Jean-François Piège a adoré. On réserve sans plus attendre, si ce n’est pas déjà fait et même si on habite pas dans le 15ème !

 

Pratique

IDA par Denny Imbroisi

117 rue de Vaugirard
Paris 15ème

Ouvert du lundi au samedi de 12h30 à 14h30 et de 19h30 à 22h30.

Réservations au +33 1 56 580 002 ou le site Web du restaurant

 

Crédit images : Mélissa Leroux pour Yonder.fr (sauf mention contraire)

Réservez cet hôtel gratuitement et immédiatement en ligne !