Vous êtes ici

Mathieu Belay, Le samedi 31 mai 2014
72 heures à...

72 heures à Venise : les meilleures adresses de la Sérénissime

Venise la Sérénissime attire toujours plus de touristes envoûtés par cette cité, au sens propre comme au figuré, extraordinaire. Pour que votre découverte de cette ville unique au monde soit à la hauteur de sa légende, retrouvez en exclusivité nos 72 heures de rêve dans la Cité des Doges.
  • Venise à la nuit tombante depuis le Londra Palace | © Mathieu Belay
    Venise à la nuit tombante depuis le Londra Palace | © Mathieu Belay
  • Gondoles | © Mathieu Belay
    Gondoles | © Mathieu Belay
  • Enfants jouant le Campo Santa Margherita | © Mathieu Belay
    Enfants jouant le Campo Santa Margherita | © Mathieu Belay
  • Canal dans Cannarregio | © Mathieu Belay
    Canal dans Cannarregio | © Mathieu Belay
Le motoscafo ou comment rejoindre avec classe et élégance son hôtel tout en profitant des beautés de la ville.

Tout semble avoir été dit, écrit, raconté au sujet de Venise, une ville enchanteresse qui fascine chaque année des dizaines de millions de visiteurs, subjugués par sa beauté stupéfiante. Pourtant, nombreux sont ceux qui semblent rester scotchés autour de la place Saint-Marc ou agglutinés autour du Rialto passant à côté de ses véritables trésors.
Nous vous proposons de vivre 72 heures placées sous le signe de la découverte et de la flânerie, du plaisir des sens et de l’épicurisme, des arts et des secrets. En somme, un week-end de rêve.

 

Jour 1 - Vendredi

11h – Prendre le bateau-taxi depuis l’aéroport

A moins que vous n’ayez le privilège de faire le trajet en Orient-Express depuis Paris via Innsbruck et Vérone, il y a fort à parier que vous arriviez à Venise par les airs. De l’aéroport Marco Polo, une multitude de solutions s’offrent à vous pour rejoindre le cœur de la ville. Notre préférée est évidemment le chic motoscafo (bateau-taxi). Ou comment rejoindre avec classe et élégance son hôtel tout en profitant des beautés de la ville. Comptez 110 € et 25 minutes de transfert.

11h30 – Faire le check-in à l’hôtel de ses rêves

Les beaux hôtels ne manquent pas à Venise. Vue carte postale et cocon romantique au fabuleux Londra Palace, enclave design arty au discret Ca’ Pisani ou fastueux palais au somptueux Aman Canal Grande, vous avez l’embarras du choix. 
Posez vos valises, crânez sur Instagram avec une photo de la vue de votre chambre et partez à l’assaut de la ville.

13h30 – Déjeuner en toute simplicité à l’Osteria da Codroma

Première halte gourmande à l’Osteria da Codroma (Dorsoduro 2540, Fondamenta Briati, Venezia) une cicchetteria historique et populaire posée au bord d’un canal dans les tranquilles ruelles d’un Dorsoduro vidé de ses touristes. L’occasion d’avaler un plat de pâtes rustique (les très bonnes Bigoli al torchio all’amatriciana cin cipolle du Tropea) et un café serré dans une ambiance chaleureuse et authentique. Si le soleil ne tape pas trop fort, la mini-terrasse (2 tables) permet de profiter des vues sur le canal.

15h – Se perdre dans les ruelles de San Polo

On reprend la route en empruntant le Fondamenta Soccorso en direction du quartier de San Polo. Une halte sur le Campo Santa Margherita, vaste place où aiment à se retrouver en terrasse étudiants et artistes (au Caffè Rosso entre autres), permet de prendre le pouls d’un Venise plus authentique et moins touristique.

Une fois San Polo atteint, on n’hésitera pas à se perdre dans les ruelles les moins passantes pour goûter à l’atmosphère intimiste et véritable d’un quartier malgré tout envahi par les touristes. San Polo s’avère également un lieu de choix pour les gourmands. On y trouve tour à tour la meilleure pâtisserie de la ville (Pasticceria Tonolo, Calle de San Pantalon), la chocolaterie la plus en vue (VizioVirtù Cioccolateria, San Polo, 2898/a) ou l’un des glaciers les plus inventifs (Gelateria Alaska, Calle Larga dei Bari, 1159).

16h30 – Flâner le long des canaux de Cannaregio

Après avoir traversé le Ponte degli Scalzi à deux pas de la gare, on quittera rapidement le Rio Terà Lista di Spagna, envahi de groupes d’estivants pour partir à la découverte du quartier juif de la ville, plus ancien ghetto d’Europe. On prend le temps de regarder les enfants jouer au ballon sur le Campo di Ghetto Nuovo, cœur vivant du quartier, et d’admirer les synagogues vieilles de cinq siècles avant de poursuivre la balade le long des grands canaux qui façonnent Cannaregio. Ormesini, Mori, Madonna dell'Orto, Misericordia, autant de fondamenta (quais) où il fait bon se promener sans avoir à subir les assauts répétés des vendeurs de souvenirs.

Réservez cet hôtel gratuitement et immédiatement en ligne !

  • Bateau-taxi sur le Grand Canal | © Flickr CC – DarkB4Dawn - https://flic.kr/p/7PtynQ
  • Vue ''carte postale'' depuis une Junior Suite du Londra Palace | © Londra Palace
  • Canal dans Canareggio | © Flickr CC – DarkB4Dawn - https://flic.kr/p/7NWeq5
  • Canal dans Canareggio | © Flickr CC - DarkB4Dawn - https://flic.kr/p/7Uvsra
Le Campo Santa Margherita permet de prendre le pouls d’un Venise plus authentique et moins touristique.

 

17h30 – Traverser la ville en deux temps, trois mouvements grâce aux  traghetti

Pour regagner le « centre », en l’occurrence le quartier San Marco, on fera comme les vrais vénitiens : on utilisera ses pieds et les traghetti, ces grandes gondoles qui permettent de traverser en un clin d’œil le Grand Canal (deux euros la traversée (0,70 € pour les résidents de la ville). Deux points de passage stratégiques pour rejoindre le Gritti Palace, notre prochaine étape, depuis Cannaregio : Santa Sofia, à côté de l’hôtel Ca’ Sagredo puis San Tomà pour rejoindre San Marco. 
A défaut d’avoir vraiment gagné du temps, vous aurez évité le très embouteillé itinéraire Strada Nuavoa- Rialto -San Marco.

18h – Siroter un cocktail sur le Grand Canal au Gritti

Un séjour à Venise sans un verre en terrasse sur Grand Canal ne serait pas complet. Pour cocher cette case obligatoire de tout séjour vénitien, la meilleure option reste l’iconique terrasse du Longhi Bar au Gritti Palace (Campo Santa Maria del Giglio, 2467), lieu de rencontre de la haute-société italienne depuis des décennies, toujours aussi spectaculaire. 
Alternative de choix, la terrasse du Bar Canale au Bauer (San Marco, 1413/d) un peu plus loin en direction de la place Saint-Marc : moins mythique, plus contemporaine, tout aussi confortable.

19h – Assister à un opéra à La Fenice

La Fenice, phénix en italien, renaît de ses cendres une troisième fois en 2003, sept ans après le tragique incendie qui la détruisit entièrement en 1996 et plus de deux siècles après l’incendie originel du théâtre San Benedetto. Certes l’endroit a un peu perdu de son cachet dans la bataille mais a tout de même su retrouver la splendeur qui a fait sa renommée dans le monde entier. 
Difficile d’imaginer plus somptueux et plus romantique pour emmener votre chéri(e) à l’opéra.

22h – Goûter à la cuisine raffinée de l’Osteria Alle Testiere

Après trois heures d’opéra, il y a fort à parier que vous ressortiez affamés. Direction le Campo Santa Maria Formosa pour rejoindre la table qui vous attend à l’Alle Testiere (Calle del Mondo Novo, 5801) ancien bacaro devenu l’une des tables les plus en vue de Venise. 
Bruno Gavagnin y sublime la cuisine vénitienne (incontournables fruits de mer et poissons), réinventant chaque jour son menu en fonction du marché, le tout dans une ambiance chic et décontractée. L’art d’être (très) bon sans faire compliqué est maîtrisé à la perfection par le chef et son acolyte Luca Di Vita qui officie en salle, prodiguant ses conseils avisés pour choisir les meilleurs vins.

Attention, pensez à réserver au préalable (une semaine à l’avance au minimum pour un soir de week-end), avec ses vingt-six couverts, Alle Testiere fait toujours le plein.

24h – Découvrir le quartier San Marco by night

En journée, le quartier San Marco se révèle vite irrespirable tant les touristes – et les groupes en particulier – y sont omniprésents. En fin de soirée, c’est une toute autre atmosphère qui enveloppe alors le plus touristique des sestiere vénitiens. Désertées par les passants, les ruelles sont propices à une visite décalée des canaux plongés dans le noir et de ses façades vieillies par l’air marin. Le silence qui règne alors apporte un supplément de magie à une ville qui n’en manque pourtant pas.

24h30 – Boire un dernier verre au B Bar

Avant de regagner leurs pénates, les noctambules feront une halte au B Bar, le bar du Bauer (ouvert uniquement l’hiver) où se presse la jet-set internationale, venue siroter un cocktail au son d’un DJ, l’un des seuls en ville, qui pousse la soirée jusqu’à 3h du matin. Pendant la Biennale comme le Canarval, le B Bar devient l’épicentre de la vie nocturne vénitienne. 
Le Caffè Centrale (San Marco Piscina Frezzeria, 1659B) et son ambiance lounge contemporaine – cocktails, DJs, iPad en guise de carte - est l’autre point de chute des oiseaux de nuit dans les alentours.

  • Traversée du Grand Canal en traghetto | © Mathieu Belay
  •  La terrasse du Longhi Bar au Gritti Palace | © Gritti Palace
  • Intérieur de La Fenice | © Teatro La Fenice / Michele Crosera
  • Entrée côté canal du Caffè Centrale à la nuit tombée | © Caffè Centrale
Le silence qui règne alors apporte un supplément de magie à une ville qui n’en manque pourtant pas.

 

Jour 2 - Samedi

9h – Prendre le café sur la place Saint-Marc

Réveil matinal pour s’offrir l’un des cafés les plus chers au monde (12€ la cappuccino) sur les mythiques terrasses de la place Saint-Marc. Le Caffè Florian et le Gran Caffè Quadri, les deux institutions de la célèbre place, cumulent à eux deux près d’un demi-millénaire d’ouverture et ont accueilli tout ce que la planète compte d’artistes de Stendhal à Woody Allen en passant par Marcel Proust. Arriver légèrement avant 9h permet d’échapper à la foule et de savourer la magie de l’endroit.

10h30 – Faire le marché au Rialto

Venise ville-musée abandonnée aux seuls touristes ? Le sentiment est fréquent, les environs du célèbre pont du Rialto donnant même l’impression que Venise n’est plus que la caricature d’elle-même. Pourtant, à quelques encablures de là, le marché du Rialto est la preuve vivante que la Sérénissime n’est pas que un décor pour touristes en mal de gondoles. 
Ici, depuis près de 1 000 ans, le vénitien vient s’approvisionner en poissons frais (au Pescheria), en fruits et légumes (à l’Erbaria) ou en viandes (au Beccaria) avant de retourner en cuisine. Ambiance haute en couleurs et authenticité garantie.

12h30 – Manger à la bonne franquette à l’Osteria Ai 4 Feri

Il y a fort à parier que ce tour au marché vous aura ouvert l’appétit. Pour le déjeuner, direction le Campo San Barnaba dans Dorsoduro pour rejoindre l’Osteria Ai 4 Feri (Calle Lunga S. Barnaba), une adresse sans prétentions qui décline avec gourmandise tout que l’on a vu un peu plus tôt sur les étals de la Pescheria du marché du Rialto. On ne saurait que trop recommander les délicieuses spaghetti alle vongole ou les savoureux poissons au four, spécialités de la maison.

14h – Se passionner pour l’art dans les musées de Dorsoduro

Après cet intermède gourmand, on débute l’après-midi dans l’extrémité est du quartier de Dorsoduro. Les ruelles se font plus chics, les touristes plus rares. Les galeries d’art et les grands musées pullulent dans ce coin de la ville prisé de la bonne société vénitienne. Vous attendent au choix la Gallerie dell'Accademia (peinture vénitiennes du du XIVème au XVIIIème siècle, dont quelques chefs-d'œuvre de Bellini, Giorgione, Tintoretto, Véronèse), la Collection Peggy Guggenheim (art moderne) et sa fameuse terrasse sur le Grand Canal ou l’ambitieuse collection d’art contemporain François Pinault, désormais visible à la Punta della Dogana dans les anciennes douanes de la ville, spectaculairement réaménagées par Tadao Andō.

  • Poissons au marché du Rialto | © Flickr CC - .and+ - https://flic.kr/p/6QQM4w
  • Intérieur de la Punta della Dogana où est hébergée la Collection François Pinault | © Flickr CC – aglet - https://flic.kr/p/gqsX83

 

Un décor bucolique aux allures de petit paradis qui ravira les amateurs de tables romantiques.

 

16h30 – Manger une glace en terrasse sur le Zattere

Arpenter les allées d’un musée et décrypter le sens des œuvres les plus absconses (si vous avez choisi la Collection Pinault) mérite bien une récompense. 
L’historique Gelateria Nico (Fondamenta Zattere al Ponte Longo, 922) ouverte depuis 1937 sur la fameuse promenade du Zattere est le lieu rêvé pour s’offrir une glace en terrasse face au canal de la Giudecca. Les étudiants, les vénitiens et vrais connaisseurs de la ville aiment à se balader sur ce quai aux airs de front de mer, relativement épargné du tourisme de masse.

17h30 – Enchaîner les spritz et prosecco dans les bacari

La fin de journée se profile, et avec elle sonne l’heure de l’apéro. Et à Venise, qui dit apéro, dit bacaro. Les bacari sont les bars traditionnels vénitiens dans lesquels on vient boire, le plus souvent debout au comptoir ou dans la rue, un verre de vin de prosecco ou un spritz. Le tout généralement accompagné de cicchetti, les tapas locales. 
Plutôt que de se fixer sur une seule adresse, il est généralement admis – par les locaux comme par les spécialistes de la discipline – de se lancer dans un bacari tour. On enchaînera les sauts de puce d’un bacaro à l’autre, ne commandant jamais plus d’un verre dans chacun d’entre eux dans l’espoir être encore d’attaque pour le dîner. Premier stop incontournable à la Cantinone Già Schiavi (Fondamenta Nani, 992) – techniquement une enoteca et non un bacaro mais peu importe - où chaque fin d’après-midi se masse une foule de locaux venus lever le coude sur les bords d’un joli canal de Dorsoduro.

On poursuivra le tour dans San Polo où All’Arco (San Polo, 436), les Cantina Do Mori (San Polo 429) et Do Spade (San Polo 859-860) attirent une foule bigarrée de touristes – souvent italiens – et d’autochtones. On n’hésitera pas non plus à s’arrêter ici et là au gré de ses envies, le bacari tour ne saurait être réussi sans un minimum de spontanéité.

19h30 – Dîner sur l’île de Mazzorbo

Pour se remettre de ce marathon alcoolisé, rien de tel que le grand air du large. C’est sur le Fondamenta Nuove qu’il conviendra d’attraper la ligne LN direction l’île de Mazzorbo. 25 minutes suffisent pour atteindre cette petite île voisine de Burano où se cache Venissa Ristorante Ostello (Fondamenta di Santa Caterina, Mazzorbo) l’un des rares restaurants de la région récompensés d’une étoile par le Guide Michelin. Au programme, une cuisine savoureuse, sophistiquée juste ce qu’il faut, servie dans un cadre idyllique fait de vignes et potagers. 
Un décor bucolique aux allures de petit paradis qui ravira les amateurs de tables romantiques.

Moins exclusif mais tout aussi chic, l’Île de Giudecca et ses somptueuses terrasses sont chaudement recommandées pour un dîner en amoureux. Au Harry’s Dolci, annexe du légendaire Harry’s Bar, à I Figli delle Stelle ou encore au Cip’s Club – au sein du mythique hôtel Cipriani – l’ambiance est élégante, les vues exceptionnelles.

  • La foule amassée pour l'apéro devant la Cantinone Già Schiavi sur le Fondamenta Nani (Dorsoduro) | © Mathieu Belay
  • La terrasse du Cip's Club à l'hôtel Belmond Cipriani | © Belmond Hotel Cipriani

 

La ville bondée de touristes n’est alors plus qu’un lointain souvenir. Ici, le temps semble s’être arrêté.

 

Jour 3 - Dimanche

10h30 – Aller à la messe à la Basilique Saint-Marc

Dimanche matin. Après avoir profité de la matinée pour récupérer de la soirée épicurienne de la veille, on prendra le chemin de l’église pour assister à une messe italienne traditionnelle. Avec plus d’une centaine de lieux de cultes chrétiens répartis dans les six sestiere, les options sont nombreuses, mais c’est évidemment dans l’imposante Basilique Saint-Marc que nous vous recommandons de profiter de ce moment de recueillement. 
Peut-on rêver d’une meilleure occasion de découvrir cette basilique célébrissime, emblématique du style vénéto-byzantin et symbole de l’époque triomphante de la Sérénissime ?

12h30 – Se régaler de poissons crus à l’Ostaria Boccadoro

Après la nourriture spirituelle, retour aux plaisirs de la chair. On traversera San Marco vers le nord pour atteindre le très tranquille Campo Widman. A deux pas de l’agitation du Rialto, cette placette accueille l’Ostaria Boccadoro (Campo Widman, 5405A) le restaurant du généreux et inspiré Luciano Orlandi. Signe qui ne trompe pas, en ce dimanche midi nombreuses sont les familles vénitiennes venues s’installer sur la vaste terrasse de cette authentique ostaria
On commencera par goûter les entrées froides du jour (daurade crue servie en carpaccio et accompagnée de fraises, pétoncles) proposées par le chef avant d’enchaîner, si l’appétit est là, sur le primi piatti (les gnocchis et les taglioni nera à l’encre de seiche sont réputées dans toute la ville) puis le secondi piatti poissons (un excellent turbot) avant de finir en beauté avec un tiramisu, un café bien serré et un limoncello maison. On quitte les lieux aussi repus qu’heureux.

  • Pétoncles à l'Ostaria Boccadoro | © Ostaria Boccadoro
  • Street art dans le quartier de Castello | © Mathieu Belay
  • Ruelle tranquille dans Castello | © Mathieu Belay
  • Façade dans Castello | © Mathieu Belay

 

14h30 – Découvrir le Venise caché du Castello

On profitera d’être à deux pas du Fondamenta Nuove pour faire une promenade digestive sur ce quai qui fait face à l’Isola di San Michele, l’île-cimetière de la ville. Une balade qui amène naturellement vers l’Ospedale SS. Giovanni e Paolo, un peu plus loin vers l’est. L’occasion de constater qu’à Venise, les ambulances aussi, prennent la forme de hors-bords. 
Retour ensuite dans les ruelles de Castello en direction de l’Arsenale. La ville bondée de touristes n’est alors plus qu’un lointain souvenir. Ici le temps semble s’être arrêté. ça et là, quelques vieilles dames, des voyageurs égarés, un bar à semi-ouvert sont les seuls indices nous rappelant que la vie continue.

15h30 – Prendre le soleil au Lido

Retour sur le Riva Cà di Dio face au bassin Saint-Marc pour attraper à l’arrêt Arsenale l’une des nombreuses lignes de vaporetto qui se dirige vers le Lido, fin cordon littoral qui s’étire sur une douzaine de kilomètres, séparant l’Adriatique de la lagune. 
Une fois sur place, on n’hésitera pas à louer une bicyclette pour découvrir cette île célèbre pour accueillir chaque année début septembre le fameux festival de la Mostra. Les élégantes villas, la fameuse plage de Venise et les palaces historiques (l’Excelsior et le Quattro Fontane) du tournant du siècle ne sont alors plus qu’à une portée de pédales !

Autre possibilité lorsque le calendrier le permet : la visite de célèbre Biennale d’art contemporain qui prend place à l’Arsenale et dans les pavillons du Giardini.

18h30 – Reprendre le vaporetto pour l’aéroport

La fin du week-end approche, il est temps de reprendre le chemin de l’aéroport Marco Polo. Pour un dernier baroud d’honneur, empruntez la Linea Arancio de la compagnie Alilaguna, qui relie la place Saint-Marc à l’aéroport via le Grand Canal. Une dernière occasion d’admirer les somptueux palais qui le bordent. Au revoir Venise, nous reviendrons très vite.

Réservez cet hôtel gratuitement et immédiatement en ligne !

  • Les fameuses capanne (cabanes de plages) du Lido | © Flickr CC – arturjjg - https://flic.kr/p/naKa3u
  • Bateau sur le Grand Canal vue depuis le vaporetto en direction de l'aéroport | © Mathieu Belay

 

Aller à Venise

- Venise est desservie 5 à 6 fois par jour par Air France depuis Paris CDG ; jusqu'à, 4 fois par jour par Easyjet en saison depuis Paris ORY et Paris CDG et 1 fois par jour depuis Paris ORY (1h40 de vol, à partir de 90€ AR) par Transavia

- Des vols directs relient également Venise depuis Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Nantes, Nice et Toulouse

Aller à Venise

- Un train de nuit opéré par Thello relie quotidiennement Venise depuis Paris Gare de Lyon en 13h30 (à partir de 70€ AR en couchettes partagées).

- La compagnie Venice Simplon Orient Express relie régulièrement Venise depuis Paris Est pour un trajet d'exception via Innsbruck et Vérone (20h de trajet, à partir de 2 000 € par personne)

Aller à Venise

- Un train de nuit opéré par Thello relie quotidiennement Venise depuis Paris Gare de Lyon en 13h30 (à partir de 70€ AR en couchettes partagées).

- La compagnie Venice Simplon Orient Express relie régulièrement Venise depuis Paris Est pour un trajet d'exception via Innsbruck et Vérone (20h de trajet, à partir de 2 000 € par personne)