Vous êtes ici

Mathieu Belay, Le samedi 19 janvier 2019
Grand angle

Oman, les ambitions d’une destination qui n’en finit pas de monter

En inaugurant un nouveau terminal de classe mondiale à l’aéroport international de Mascate, le discret sultanat d’Oman réaffirme ses ambitions. Celles de s’imposer comme une destination touristique haut de gamme, authentique et durable au Moyen-Orient. Éclairage.
  • Le fort de Nizwa, lieu de visite incontournable de tout séjour dans le sultanat © YONDER.fr
    Le fort de Nizwa, lieu de visite incontournable de tout séjour dans le sultanat © YONDER.fr
  • Le très luxueux Al Bustan Palace, A Ritz-Carlton Hotel a récemment rouvert ses portes après une rénovation d'envergure © DR
    Le très luxueux Al Bustan Palace, A Ritz-Carlton Hotel a récemment rouvert ses portes après une rénovation d'envergure © DR
  • Vue depuis le fort de Nizwa, édifié au XVIIème siècle et haut lieu du tourisme omanais © YONDER.fr
    Vue depuis le fort de Nizwa, édifié au XVIIème siècle et haut lieu du tourisme omanais © YONDER.fr
  • Alila Jabal Akhdar © DR
    Alila Jabal Akhdar © DR
  • Visite de l'oasis de Birkat Al Mouz, non loin de Nizwa © YONDER.fr
    Visite de l'oasis de Birkat Al Mouz, non loin de Nizwa © YONDER.fr
Le nouvel aéroport est avant tout une « porte d’entrée » pour les touristes, toujours plus nombreux à venir visiter le sultanat.

À Mascate, un aéroport flambant neuf capable d’accueillir 20 millions de passagers par an

Le 11 novembre dernier, les autorités omanaises inauguraient officiellement l’aéroport international de Mascate (MCT) dans sa nouvelle forme. Tout un symbole pour le petit pays du Golfe (à peine 5 millions d’habitant), voisin du géant saoudien et des très actifs Émirats arabes unis, Dubaï et Abu Dhabi en tête.

« Cinq milliards de dollars ont été investis dans la construction de ce nouveau terminal » explique Mustafa Al Hinai, le CEO d’Oman Aviation Group. Cette nouvelle holding étatique chapeaute les activités aéroportuaires de tout le sultanat. Les aéroport d'un côté, à Mascate mais aussi à Salalah, la deuxième ville du pays dans le sud du territoire, ainsi que deux autres aéroports domestiques, la compagnie nationale Oman Air de l'autre. Il s’empresse de souligner que malgré sa large capacité d’accueil (20 millions de passagers par an, avec une extension potentielle à 56 millions annuels en cas de déploiement des phases 2 et 3), l’aéroport est avant tout une « porte d’entrée » pour les touristes, toujours plus nombreux à venir visiter le sultanat.

  • Vue aérienne du nouvel aéroport de Mascate © DR

Réservez cet hôtel gratuitement et immédiatement en ligne !

Le sultanat abrite 3,300 plages parsemées le long des 1,700 kilomètres de côtes tournées vers le Golfe d’Oman et la Mer d’Arabie.

 

« Pas l’ambition » de concurrencer les hubs régionaux

Pour Mustafa Al Hinai, malgré l’ampleur des nouvelles installations aéroportuaires (580,000 m2  de surface, 118 comptoirs d’enregistrement, des zones entières réservées aux passagers des classes Premium, des portes capables d’accueillir les A380 ou Boeing 747), il n’est pas question de venir concurrencer, au moins frontalement, les hubs de ses voisins du Golfe : Dubaï (Emirates), Abu Dhabi (Etihad Airways) ou Doha (Qatar Airways).

« Il n’y a ni gratte-ciels, ni rues luxueuses à Oman. Notre pays est tourné vers la nature » ajoute-t-il, précisant dans la foulée que le sultanat n’abrite pas moins de 3,300 plages parsemées le long des 1,700 kilomètres de côtes tournées vers le Golfe d’Oman et la Mer d’Arabie. « Oman est également le seul pays de la région qui a quatre saisons distinctes ». Entre la chaleur écrasante qui s’abat sur la capitale Mascate en plein été et les températures fraîches de la chaîne montagneuse des monts Hajar (où le djebel Shams,  « montagne du soleil », culmine à 3,009 mètres d'altitude), le contraste thermique peut se révéler saisissant.

Tout comme la différence entre les grandes étendues désertiques, évoquant les dunes du Sahara, est marquée avec la nature luxuriante de la région de Salalah pendant le kharif, la mousson estivale annuelle. « Du vert partout. De l'herbe grasse dans la plaine ourlée par l'océan Indien. Des baobabs et des tamaris en fleurs […]la province du Dhofar prend des allures de rêverie tropicale évoquant l'Afrique de l'Ouest écrit Le Figaro au sujet de cette région méconnue du Golfe, loin des immensités de sable imaginées.

  • Entrée du lounge Business et First Class de la compagnie nationale Oman Air © YONDER.fr
  • Décor oriental dans le lounge Business Class des autres compagnies (hors Oman Air) desservant l'aéroport © YONDER.fr

 

Aimen Ahmed Al Hosni, CEO d’Oman Airports, rappelle toutefois qu’ « Oman Air met beaucoup d’énergie à faire de Mascate un hub international », notamment entre l’Europe et l’Asie du Sud-Est ou le sous-continent indien. « 23% de nos passagers [environ 14,5 millions en 2017, NDLR] sont en transit. Ce chiffre est en constante augmentation ». Mais lorsqu’on lui demande si des objectifs ont été fixés sur la part de passagers utilisant Mascate comme hub à l'avenir, ce dernier se montre très clair. « Notre objectif, avec le ministère du tourisme et le gouvernement, est de faire en sorte qu’Oman soit la destination finale de nos passagers, afin qu’ils puissent découvrir ce que notre pays a à leur offrir. »

À lire également, notre reportage "On a testé la Business Class d’Oman Air entre Paris et Mascate"

Oman mise sur l’authenticité de sa culture millénaire, sa nature préservée ou sa météo clémente pour attirer les touristes.

 

De grandes ambitions pour le tourisme omanais

Le véritable enjeu est donc de booster le tourisme dans le pays. De près de 4 millions de visiteurs en 2017, le sultanat en vise 11 à 12 à l’horizon 2040. L’objectif est ambitieux mais Oman a bien des atouts à faire valoir auprès des voyageurs, qu’ils viennent des pays voisins, d’Inde ou d’Europe.

Alors que les métropoles de la région (Dubaï, Abu Dhabi ou Doha) ont fait de la course à la démesure (commerciale, culturelle, événementielle) leur marque de fabrique, Oman mise sur l’authenticité de sa culture millénaire, sa nature préservée (avec 309,000 km2 ,sa superficie est plus grande que celle de l’Italie !) ou sa météo clémente pour attirer les touristes. Lorsque l’hiver s’abat sur l’Europe, le climat reste des plus agréables à Mascate sur la côte omanaise avec des températures évoluant entre 22 et 27°.

  • Les dunes de sable du désert omanais dans la région d’Ach-Charqiya © DR


 

Les Français particulièrement séduits par Oman

De guère plus de 2,000 au début des années 2000 à plus de 50,000 en 2017, la progression du nombre de voyageurs français dans le sultanat d’Oman est spectaculaire. Les touristes hexagonaux représentent d’ailleurs aujourd’hui le plus gros contigent parmi les visiteurs occidentaux.

Les raisons de ce succès ? « La présence de clubs y est assurément pour quelque chose » explique le magazine des professionnels du tourisme Tourmag,rappellant que « les réservations auprès des TO ont progressé de 74% en 2017 ». «TUI a ouvert un Lookéa en 2016. Kappa Club a également choisi de s’y implanter ». Plus de 200 tour-opérateurs et agences de voyage sur-mesure proposent aujourd’hui Oman comme destination à leurs clients. Mais ce n'est pas tout, loin s'en faut.

  • Grande Mosquée du Sultan Qabus à Mascate, la capitale d'Oman © YONDER.fr
  • Fort de Nizwa © YONDER.fr

 

Le très chic Six Senses Zighy Bay, niché entre mer et montagnes, séduit autant par son cadre naturel époustouflant que par son luxe (villas avec piscines privées

 

L’offre de luxe au cœur du succès de la destination

Au delà des clubs ou des 5-étoiles sans grand charme qui peuplent les environs de Mascate, quelques adresses d’exception ont contribué à placer Oman sur la carte des grands voyageurs, avides d’expériences singulières et d’exclusivité.

Deux hôtels en particulier ont pavé la voie à ce rayonnement international. Le très chic Six Senses Zighy Bay, niché entre mer et montagnes, séduit autant par son cadre naturel époustouflant (1,6km de plage privée) que par le luxe de ses installations (villas avec piscines privées). L’élégance de son architecture inspirée des villages omanais traditionnels et son approche durable du luxe complètent le tableau Pour les fins connaisseurs de l'hôtellerie moyen-orientale, l'établissement est l'un des plus beaux joyaux de la région. Les clients occidentaux, désireux d'échapper au gigantisme de la voisine Dubaï (à moins de deux heures de route) sont ravis. 

  • Une villa avec piscine privée au Six Senses Zighy Bay © DR

 

Seconde propriété à avoir apporté à Oman un rayonnement inédit auprès des voyageurs les plus exigeants, l'Alila Jabal Akhdar. Listé par nos soins parmi les 100 plus beaux hôtels du monde, il est l’un des hôtels les plus spectaculaires et les plus atypiques de la région. Perché à 2,000 mètres d’altitude, il combine influences locales, design contemporain et confort 5-étoiles pour un résultat éblouissant, salué par la presse comme par le public depuis son ouverture en 2014.

Depuis, d’autres établissements ont suivi cette voie. Dans un esprit proche du Alila Jabal Akhdar, l’Anantara Al Jabal Al Akhdar Resort (inauguré en 2016) permet également une immersion luxueuse au milieu des montagnes omanaises. Là encore, les vues depuis l'hôtel sont à couper le souffle.
 

  • Terrasse avec vue au Anantara Al Jabal Al Akhdar Resort © DR

 

Par la même enseigne, Al Baleed Resort by Anantara est le premier établissement de très haut standing (136 clés dont 90 villas avec piscines privatives) a avoir ouvert ses portes dans la région de Salalah à l'extrême sud du pays. Situé entre une longue plage de sable fin et un lagon d’eau douce, la proximité du site archéologique d’Al Baleed inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO permet de combiner détente (infinity pool, tables aux saveurs d'Asie et d'Orient, Spa somptueux) et découvertes culturelles.

Et pourquoi pas s'offrir une parenthèse de luxe après un itinéraire de découverte des plus beaux déserts et canyons du pays, comme en propose le spécialiste du « voyage à pied » Terres d’Aventure ?

  • Kempinski Hotel Muscat Oman © YONDER.fr
  • Spa au Al Baleed Resort Salalah by Anantara © DR

 

 

De retour à Mascate

De retour dans la capitale et avant de ne reprendre un vol depuis son nouvel aéroport rutilant de, les voyageurs séjournant à Oman seraient bien inspirés d’admirer la Grande Mosquée du Sultan Qabus. Elle est avec la Mosquée Cheikh Zayed d’Abu Dhabi, parmi les mosquées modernes les plus prodigieuses du monde. Passer la soirée à l’Opéra royal de Mascate fait également partie des nouveaux must de tout séjour chic omanais.
 

  • Opéra royal de Mascate © DR

 

Pour séjourner à Mascate, deux adresses sortent du lot. L’opulent Al Bustan Palace, prestigieuse propriété dans le giron de l’enseigne Ritz-Carlton (à partir de 450€ la nuit), il a récemment rouvert ses portes après une rénovation de fond en comble, trente-trois ans après sa construction. Il est unanimement considéré comme la référence du luxe dans la capitale omanaise.

Quant à The Chedi Muscat (à partir de 400€ la nuit), il est le 5-étoiles récent ayant fait la plus forte impression auprès des spécialistes de l'hôtellerie omanaise. Au cœur d’un gigantesque domaine de 8,5 hectares en bord de mer, cet hôtel membre des Leading Hotels of the World, il mélange habilement architecture traditionnelle, influences asiatiques et touches contemporaines. Son vaste Spa (1,500m2) a la réputation de valoir à lui seul le séjour !

Réservez cet hôtel gratuitement et immédiatement en ligne !

  • Spa au Al Bustan Palace, A Ritz-Carlton Hotel © DR
  • Spa au Al Bustan Palace, A Ritz-Carlton Hotel © DR

 

Y aller

La compagnie nationale Oman Air dessert quotidiennement l'aéroport international de Mascate (MCT) depuis Paris-CDG à bord d'appareils dernière génération (actuellement Boeing 787-8).

Vols AR depuis Paris-CDG à partir de 697€ en classe Économique et 2,439€ en Business Classs (découvrez ici notre test de la Business Class d'Oman Air).

Ces prix peuvent être encore plus attractifs pendant les périodes promotionnelles :495€ en Éco ; 1,928€ en Business