Vous êtes ici

La rédaction Yonder, Le samedi 14 juin 2014
72 heures à...

72 heures à Londres

Depuis les Jeux Olympiques de 2012, Londres semble être plus que jamais la nouvelle capitale du monde surpassant ses rivales de toujours que sont New York et Paris. On vous fait traverser la Manche pour 3 jours dans la bouillonnante capitale britannique.
  • Scène de rue sur la passante Oxford Street  © Mathieu Belay
    Scène de rue sur la passante Oxford Street © Mathieu Belay
  • Vue de la City au crépuscule | © Flickr CC - Richard.Fisher - https://flic.kr/p/9kEybN
    Vue de la City au crépuscule | © Flickr CC - Richard.Fisher - https://flic.kr/p/9kEybN
  • Le Tube à la station Old Street | © Flickr CC - Annie Mole - https://flic.kr/p/4GexkE
    Le Tube à la station Old Street | © Flickr CC - Annie Mole - https://flic.kr/p/4GexkE
  • Le très bucolique parc Hampstead Heath au nord de la ville | © Flickr CC - [Duncan] - https://flic.kr/p/dPdAut
    Le très bucolique parc Hampstead Heath au nord de la ville | © Flickr CC - [Duncan] - https://flic.kr/p/dPdAut

On connaissait Londres la grande place financière, ville d’art et de théâtre, haut-lieu de la vie nocturne et capitale du shopping. La mégalopole britannique s’affirme désormais comme the place to be en matière de mode et de gastronomie, venant titiller Paris sur ses terres, mais est aussi à la pointe des tendances pour ses coffee shops trendy, son offre shopping toujours plus importante, ses marchés pour foodies ou ses ambitions architecturales.

Et à vrai dire, jamais dans son histoire, Londres n’a semblé aussi animée, aussi vivante, aussi excitante que maintenant. Pour profiter un maximum de votre escapade outre-Manche, Yonder a préparé pour vous le programme d’un week-end de rêve, consacré à la découvertes des meilleures adresses de la ville, entre bonnes tables, bars branchés, marchés hype et shopping tendance.

Jour 1 - Vendredi

 

11h – S’amuser à reconnaître les personnalités britanniques à la National Portrait Gallery

La Tate Modern ? Vue et revue. Le British Museum ? On pourrait y passer deux jours entiers. La National Gallery ? Trop classique. Rendez-vous est donc pris derrière le célèbre musée de Trafalgar Square pour découvrir son annexe, très populaire parmi les britanniques, nettement moins parmi les étrangers, consacrée aux portraits des plus célèbres sujets de Sa Majesté, de Shakespeare à David Beckham, en passant par Virginia Woolf, Winston Churchill, Paul McCartney, The Smiths ou encore Richard Branson. L’occasion de jouer à un Qui est-ce ? grandeur nature dans les allées du musée.

12h30 –  Goûter à la bistronomie locale chez Arbutus

Direction Soho un peu plus au nord pour le déjeuner. A deux pas de Soho Square, Arbutus (63-64 Frith St) s’est imposé comme une adresse qui compte pour les gourmets londoniens. Ici dans un cadre chic mais décontracté, Anthony Demetre propose sa vision de la bistronomie : une cuisine sans sophistication excessive, gourmande, précise et surtout très accessible. Comptez £10 le plat du jour, £20 pour le menu du marché entrée/plat/dessert. Ce qui fait de l’Arbutus l’un des étoilés Michelin les plus abordables d’Europe.

Alternatives dans le quartier : les poissons crus de Ceviche (17 Frith St) et les côtes de porc de Pitt Cue Coe (1 Newburgh St) pour lesquelles les Londoniens sont prêts à patienter plus d’une heure dans le froid.

14h – Se balader dans l’élégante Marylebone

En guise de balade digestive, on prendra la direction du nord-est. Soho encore et toujours, puis l’incontournable Oxford Street où des milliers de passants battent le pavé à la recherche des bonnes affaires chez Primark et Topman. On ne se laisse pas happer par la fièvre acheteuse, on tient bon en passant devant Selfridge’s et on pique vers la droite en direction de Marylebone. Méconnu des touristes, Marylebone offre la vision d’un Londres chic et élégant, à la limite de l’image d’Epinal. Autour de Marylebone High Street et de Baker Street, on navigue entre les boutiques branchées, les pubs intimistes, les cafés cosys. Tout au long de la balade, des rues piétonnes bordées d’immeubles cossus, de jolis squares et les fameux mews londoniens donnent au quartier des allures de décor romanesque.

15h30 – Découvrir les audaces architecturales de la City

Retour à la station Bond Street pour attraper la Central Line. Prochain arrêt : l’imposante Cathédrale Saint-Paul en lisière du quartier financier de la City. C’est ici que l’on débutera une balade dédiée aux ambitieux buildings qui ont fait de Londres l’une des capitales mondiales de l'architecture.

Si notre Architec-tour à la City permet de passer en revue tous les édifices les plus remarquables des environs, une heure trente suffira à découvrir les bâtiments emblématiques  du quartier : The Gherkin (30 St Mary Axe) de Sir Norman Foster mais aussi le classique Lloyd’s Building (1 Lime St) de Richard Rogers, également à l'origine de la conception du 122 Leadenhall ou les récents Pinnacle (Bishopsgate Tower) et 20 Fenchurch Street, le fameux « talkie-walkie » qui reflète les rayons du soleil jusqu’à en faire brûler les Jaguar 

Méconnu des touristes, Marylebone offre la vision d’un Londres chic et élégant, à la limite de l’image d’Epinal.

17h30 – S’accorder une pause dans un coffee shop tendance

On saute dans le Tube à la station Bank pour ressortir une station plus loin à Old Street. Bye-bye la finance, bonjour les start-ups. Le rond-point d’Old Street a été renommé Silicon Roundabout en raison de la proximité d’un grand nombre de sociétés du Web. C’est au Shoreditch Grind (213 Old St) que l’on s’arrêtera pour goûter l’un des meilleurs cafés de l’East End, entourés des geeks du quartier venus reprendre des forces pour la fin de la journée, à grand coup de caféine.

Les amateurs d’hôtels branchés pourront quant à eux faire une pause dans les lobbys très animés du Hoxton Hotel (81 Great Eastern St) ou du plus récent Ace Hotel (100 Shoreditch High St), deux établissements parmi les plus tendances de la capitale britannique.

18h – Ecumer les boutiques branchées de Shoreditch et Hoxton

Une fois à Shoreditchl’establishment bobo est désormais bien installé, on en profitera pour faire les boutiques du quartier. Du mall éphémère BOXPARK aux concept stores The Goodhood Store, Present et JSC Store en passant par l’archi-mode Hostem ou l’emporium design SCP East, les bonnes adresses ne manquent pas.

20h - Dîner dans un extravagant cabinet de curiosités

Après une bière dans le quartier (pourquoi pas au Hoxton Hotel si vous n’y êtes pas déjà passé pour un café plus tôt dans l’après-midi) on prendra la direction d’un restaurant nommé, en français dans le texte, Les Trois Garçons (1 Club Row). Dans un ancien pub victorien, trois français – Michel, Hassan, et Stefan – revisitent la gastronomie française tradi dans un stupéfiant décor baroque façon cabinet de curiosités où se côtoient tigre empaillé, singe frondeur et fastueux lustres. Si la cuisine n’est pas aussi originale que le cadre – le défi était de taille - , on mange bien, même très bien chez ces trois garçons dans le vent.

22h – Goûter aux meilleurs cocktails de la ville au Nightjar

On finit de dîner et on retourne à Old Street pour aller frapper à la porte du Nightjar (129 City Rd), une institution dans le petit monde de la mixologie british. Dans ce bar régulièrement cité parmi les meilleurs bars à cocktail du monde et recommandé par les barmen des plus prestigieux palaces de la ville, on vient siroter des créations époustouflantes, écouter du jazz live et se détendre, confortablement installé dans un fauteuil. Car ici, et cela fait partie de l’esprit du lieu, hors de question de rester deboutt, chacun doit avoir sa place. Ce qui explique qu’il faille parfois attendre un moment avant d’avoir une table.

En cas d’échec à la porte, pas de panique. Un peu plus loin à Angel, le 69 Colebrook Row surnommé the bar with no name est lui aussi considéré comme l’un des meilleurs bars du monde pour la qualité de ses cocktails. Ni trop cher, ni trop exclusif, c’est l’alternative idéale au très confidentiel Nightjar.

24h – Faire la tournée des bars à Angel

Les alentours de la station Angel sur la Northern Line sont devenus depuis quelques années l’un des points de chute favori d’une jeunesse qui aime s’amuser mais qui n’est ni hipster, ni clubber, ni bling-bling. Ici, on vient enchaîner les bières, puis les vodka-redbull, dans des pubs où la musique résonne fort.

Après avoir fait la tournée des bars du coin en suivant votre instinct, suivez la foule qui fait la queue devant The Old Queen’s Head (44 Essex Rd). Danse survoltée et atmosphère conviviale propice aux rapprochements sont garanties jusqu’à la fermeture des lieux à 2h.

Trois français – Michel Hassan, et Stefan – revisitent la gastronomie française tradi dans un stupéfiant décor baroque façon cabinet de curiosités.

Jour 2 - Samedi

 

10h – Rencontrer les foodies locaux au Maltby Street Market

Ne faites pas comme tout le monde en passant votre samedi matin au Borough Market et poussez jusqu’à Bermondsey, le quartier dont tout le monde parle en ce moment. Chaque week-end se tient au cœur de Bermondsey, le désormais célèbre marché de Maltby Street, simplement nommé le Ropewalk, qui prend place sous les voies ferrées qui transpercent le quartier. C’est ici que se retrouvent les foodies de la ville qui ne jurent plus que par ce marché intimiste où les stands de street food font saliver les gourmands.

Si vous n’avez pas très faim, contentez-vous d’un bon café chez Monmouth Coffee Company, une institution londonienne, ou chez le sympathique Coffee, mate ?, le spot préféré des autochtones.

12h15 – Se régaler de tapas chez José

Il y a fort à parier que les effluves du Maltby Street Market vous auront mis en appétit. Si vous avez encore un petit creux, filez vite chez José (104 Bermondsey St) un fantastique comptoir à tapas ouvert par le talentueux José Pizzaro. Au menu, un décor façon bar de quartier soigneusement négligé et des tapas aussi rustiques que savoureuses, dignes des meilleurs spots barcelonais ou madrilènes. Le tout à arroser de vin espagnol, M. Pizzaro s’étant fait une joie de sélectionner de formidables crus ibériques pour accompagner les assiettes de Jamón Ibérico et de patatas bravas.

On arrivera tôt pour être sûr de trouver une place, José n’acceptant aucune réservation à l’avance.

14h30 – Faire du lèche-vitrine dans Mayfair

Après ce passage dans le sud-est trendy de la ville, retour dans le très chic Mayfair pour une session lèche-vitrines et shopping placée sous le signe de la mode et de l’art.

La plupart des marques de luxe mondialement connues sont confortablement installées sur Old Bond Street et New Bond Street. Mais plutôt que d’enchaîner les visites des mêmes sempiternelles enseignes, on préfèrera se concentrer sur les spots spécifiquement londoniens : Dover Street Market (17-18 Dover St), le concept store ultra fashion de Rei Kawakubo, le fondateur de Comme des Garçons, la pépinière de jeunes talents Wolf & Badger (32 Dover St), la demeure dédiée à l’élégance masculine imaginée par Alfred Dunhill (2 Davies St) ou la librairie d’art de Damien Hirst, Other Criteria (36 New Bond St).

Côté marques, on ne ratera pas les spectaculaires flagship stores de Abercrombie & Fitch (7 Burlington Gardens), Victoria’s Secret (111 New Bond St) et Burberry (121 Regent St) ou la sympathique boutique de Penhaligon’s (20A Brook St) pour sentir aussi bon qu’un Lord. 

On finira le tour du quartier par une visite des galeries d’art parmi les plus réputées d’Europe, comme David Zwirner (24 Grafton St), antenne londonienne du célèbre marchand d’art contemporain new-yorkais, ou Pace (6 Burlington Gardens), autre émanation d’une galerie de Chelsea.

Si votre soif de shopping n’a pas été étanchée, direction Knightsbridge pour atteindre le temple ultime de la consommation à l’anglaise : Harrods. De passage dans le quartier, on ne manquera pas non plus Cutler & Gross, les papes des lunettes fashion.

C’est ici que se retrouvent les foodies de la ville qui ne jurent plus que par ce marché intimiste.

16h30 - Se mettre au vert dans Hyde Park

Que l’on vienne de Mayfair ou de Knightsbridge, Hyde Park semble être la seule issue raisonnable pour échapper un moment à l’agitation de la ville.

En fonction de la saison et de ses envies du moment, on optera au choix pour une simple balade dans le parc, pour une session bronzette sur le Serpentine Lido, la plus centrale des « plages » londoniennes, ou pour un interlude culturel avec la visite de la déjà fameuse Serpentine Gallery imaginée par Zaha Hadid.

18h30 – Siroter un cocktail au très chic Connaught Bar

Il est temps de revenir à la civilisation après cette mise au vert temporaire. Et quel meilleur moyen pour cela que d’aller siroter un cocktail au très chic bar du Connaught (16 Carlos Pl), l’un des palaces de référence en ville ? Jeunes femmes perchées sur des Louboutin, messieurs en costumes impeccablement taillés (probablement faits sur mesure à Savile Row), l’élégance est de mise dans ce bar d’hôtel où même les serveuses semblent sortir tout droit d’un défilé de mode.

On commandera alors l’un des cocktails imaginés par Agostino Perrone, le mixologiste en chef de la maison, élu à raison meilleur barman du monde et créateur des petites merveilles servies ici.

19h30 – Aller au théâtre comme un vrai Londonien

Légèrement enivré par les cocktails du Connaught, on grimpe dans un cab en direction du West End, le célèbre quartier des théâtres londoniens. Les alentours de Leicester Square et Covent Garden comptent des dizaines – si ce n’est des centaines – de salles de spectacles où se pressent chaque soir des autochtones avides de représentations théâtrales. L’occasion de vérifier que l’on est bien au pays de Shakespeare mais surtout de passer un bon moment devant un show tel que The Book of Mormon. Ce musical écrit par les auteurs de South Park connaît un succès retentissant depuis son arrivée dans le West End en 2013.

22h – Dévorer les grillades japonaises les plus modes chez Roka

Oubliez les sushis et dites bonjour au robatayaki, sorte de barbecue traditionnel japonais dans lequel tous les aliments, viandes, poissons et légumes sont lentement mais sûrement cuits devant les invités par le maître robata. Roka (37 Charlotte St) est l’adresse idéale pour se familiariser avec cette cuisine nippone authentique et gourmande. Le décor imaginé par l’agence tokyoïte Super Potato contribue à renforcer l’atmosphère très hype de ce restaurant adulé des producteurs, journalistes et autres attachés de presse qui peuplent le quartier.

23h30 – Se mêler à la faune branchée de Fitzrovia à The EDITION

Le dîner achevé, on reste dans le quartier des media de Fitzrovia pour se mêler aux fashionistas qui déambulent d’un bar branché à l’autre. Deux points de chute incontournables pour s’offrir une coupe de champagne ou un whisky. Première option, le @ au Sanderson, le boutique hotel historique de Ian Schrager et Philippe Starck, repaire depuis près de quinze ans des plus jolies filles du coin. Second choix, le Berners Tavern, bar ultra tendance de The EDITION la toute nouvelle collaboration entre Schrager, encore lui, et le groupe américain Marriott où se réunissent les beautiful people londoniens.

24h30 – Faire la fête jusqu’au bout de la nuit à la Fabric

Berlin est peut-être devenue la capitale européenne du clubbing underground avec sa scène techno et minimale d’un dynamisme sans équivalent, Londres reste LA métropole européenne dont la vie nocturne est la plus intense. Il suffit de jeter un coup d’œil à la liste des soirées sur Resident Advisor pour comprendre à quel point elle peut encore se targuer d’être la capitale de tous les clubbers.

Les anglais savent faire la fête et n’importe quel soir de week-end sera là pour vous le prouver. Dans les superclubs que sont le Ministry of Sound ou le Pacha, dans les clubs plus intimistes de Shoreditch (Plastic People, XOYO, Village Underground) ou dans les temples techno underground que sont Egg ou la Fabric, la qualité des soirées est au rendez-vous.

Pour s’immerger à plein dans la culture du clubbing à l’anglaise, c’est d’ailleurs dans ce dernier club que l’on ira passer le restant de la nuit en dansant jusqu’au petit matin. Déco réduite à son strict minimum, soundsystem ultra puissant, caissons de basse placés sous le sol, programmation techno pointue, on ne fait pas semblant à la Fabric (77A Charterhouse St).

Déco réduite à son strict minimum, soundsystem ultra puissant, caissons de basse placés sous le sol, on ne fait pas semblant à la Fabric.

Jour 3 - Dimanche

 

10h – Se relaxer dans un spa somptueux

Après une nuit d’excès, rien de tel qu’une matinée au spa pour une séance détox bien méritée. Hammam, sauna, piscine, jacuzzi, massages, tout est bon pour remettre son corps d’aplomb. On choisira pour cela d’aller au Espa Life at Corinthia (Whitehall Pl), au Berkeley Health & Club Spa (Wilton Pl) ou au Dorchester Spa (53 Park Lane), trois spas d’hôtels de luxe parmi les plus beaux du pays.

A moins que l’on opte plus simplement pour une session running au Battersea Park ou pour des longueurs dans la plus grande piscine du Royaume-Uni à Tooting Bec Lido.

11h30 – Bruncher au Modern Pantry

Difficile de quitter le spa pour regagner le monde réel ? On reprend en douceur en allant bruncher au Modern Pantry (47-48 St John's Square), une cantine contemporaine cachée dans une jolie maison Géorgienne, juste derrière le très branché Zetter Hotel. Cadre lumineux, service souriant et comfort food absolument sensationnelle (les pancakes fourrés à la ricotta, yummy !) en font l’un des spots favoris pour bruncher des Londoniens, très connaisseurs en la matière.

13h30 – Avaler un bon café avant d’attaquer l’après-midi

Au Workshop Coffee ou ou Look mum no hands !, deux coffee-shops éminemment sympathiques dans Clerkenwell, à deux pas du Modern Pantry. Une dose de caféine bienvenue pour enchaîner avec la dernière après-midi du week-end.

Hampstead, un quartier cossu du nord de Londres connu pour son atmosphère campagnarde digne d’un roman de Jane Austen.

14h – Se balader à Hampstead

On quitte pour quelques heures le centre de la ville pour se diriger vers Hampstead, un quartier cossu du nord de Londres connu pour son atmosphère campagnarde digne d’un roman de Jane Austen. Déambuler dans les ruelles pavées serpentant à flanc de collines garantit un dépaysement certain à une demie-heure seulement de l’agitation d’Oxford Circus.

On complétera cette balade bucolique par une visite de la Fenton House, somptueuse demeure du XVIIème siècle entourée de très beaux jardins à l’anglaise ou une promenade dans Hampstead Heath, vaste parc sur les hauteurs de la ville où les Londoniens aiment à musarder. L’été, le vaste bassin du Parliament Hill Lido et les Hampstead Heath Ponds attirent ceux qui voudraient piquer une tête pour se rafraîchir.

16h30 – Se récompenser d’un afternoon tea fastueux au Claridge’s

Impossible de quitter Londres sans s’être soumis au moins une fois au traditionnel afternoon tea à l’anglaise. Bien plus qu’un simple thé, l’afternoon tea tel qu’il a été défini par les grandes maisons de la ville est un moment à part dans la journée de la bourgeoisie locale. Pour faire un festin de thé, jus de fruit frais, pâtisseries, scones, muffins et finger sandwiches salés et même champagne, on réservera une table dans la Reading Room du Claridge’s (49 Brook St), l’un des plus beaux endroits que l’on puisse imaginer pour profiter de cet art de vivre so british.

18h30 – Reprendre l’Eurostar à St-Pancras

L’heure est venue de retraverser la Manche. Direction la gare internationale de St-Pancras pour reprendre l’Eurostar en direction de Lille, Calais ou Paris. Si vous avez séjourné au Renaissance St Pancras, c’est le moment de profiter de l’Eurostar VIP Transfer Service qui permet de passer les formalités administratives et de sécurité en un clin d’œil. A peine le temps de s’en rendre compte que l’on est déjà monté à bord.

Bye-bye London…

Londres en chiffres

- 135 : le temps en minutes pour rallier Londres depuis Paris en Eurostar

- 300 : le nombre de théâtres

- 1 572 : la superficie en kilomètres carrés de la ville (15 fois Paris intra-muros)

Londres en chiffres

- 8 170 000 : le nombre d'habitants à Londres, la plus grande ville d'Europe (hors Russie)

- 27 000 000 : le nombre de touristes visitant Londres chaque année, plaçant la capitale britannique au coude à coude avec Paris

Y aller

- La capitale britannique est desservie depuis Paris environ 16 fois par jour en Eurostar (2h15 à 2h30 de trajet)

- Des vols directs desservent également Londres au départ de l'ensemble des grandes villes françaises :

o Paris : plus de 30 vols quotidiens assurés par Air France, British Airways et Easyjet

o Nice  : 18 vols quotidiens : BA, Easyjet et Monarch

Y aller

o Marseille : 6 vols quotidiens : BA, Easyjet et Ryanair

o Toulouse : 4 à 6 vols quotidiens : BA, Easyjet

o Bordeaux :4 à  6 vols quotidiens : BA, Easyjet et Ryanair

o Lyon : 4 à 6 vols quotidiens : BA et Easyjet

o Nantes : 2 vols quotidiens : AF et Easyjet