La rédaction Yonder, Le vendredi 15 décembre 1922
En partenariat avec logo république dominicaine
Sponsorisé

Pourquoi partir en février au soleil de la République Dominicaine ?

Vous souhaitez échapper au frimas et partir pendant les vacances de février sous le soleil ? Choisir la République Dominicaine, c’est l’assurance non seulement de profiter de la chaleur mais aussi de côtoyer ses traditions et d’explorer une nature exubérante. Et de multiplier les activités nautiques bien sûr. Voici notre itinéraire pour en grappiller, presque, l’essentiel en une semaine.
  • Playa Frontón © OT République dominicaine
    Playa Frontón © OT République dominicaine
  • Le Bistrot de l'hôtel Sublime Samana © Sublime Samana
    Le Bistrot de l'hôtel Sublime Samana © Sublime Samana
  • La ville coloniale de Saint Domingue © OT République dominicaine
    La ville coloniale de Saint Domingue © OT République dominicaine
  • La ville coloniale de Saint Domingue © OT République dominicaine
    La ville coloniale de Saint Domingue © OT République dominicaine
  • Carnaval à Santo Domingo © OT République dominicaine
    Carnaval à Santo Domingo © OT République dominicaine
  • Dunas de Baní © OT République dominicaine
    Dunas de Baní © OT République dominicaine
  • Isla de Los Pajaros dans le Parc National de Los Haitises © OT République dominicaine
    Isla de Los Pajaros dans le Parc National de Los Haitises © OT République dominicaine

Si la République Dominicaine s’étend sur  près de 50 000 km2 – plus de 5 fois la Corse -  son infrastructure routière permet désormais de découvrir facilement plusieurs régions en un seul voyage. Visiter la République Dominicaine n'a jamais été aussi facile ! Pour une première approche, un subtil mélange entre histoire et nature devrait vous convaincre que ses plages, pourtant magnifiques, ne constituent pas son seul attrait, loin s’en faut. A commencer par sa capitale, Saint-Domingue, dont la Ciudad Colonial a été classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Partir en février au soleil de la République Dominicaine est d’ailleurs idéal pour assister au carnaval. On s’échappe ensuite vers la péninsule de Samanà, pour confronter la luxuriance de sa nature à l’insolence de ses eaux cristallines, déflorer ses parcs nationaux, s’enfoncer dans la jungle et picorer des villages à l’habitat typique, le tout sur fond de bachata et de merengue. Autre atout, la République Dominicaine a su développer une gamme d'hôtels de luxe où les vastes resorts se frottent désormais à des établissements plus intimistes mais tout aussi chics.

  • Salto El Limón à Samaná © OT République dominicaine
    Salto El Limón à Samaná © OT République dominicaine

 

Que faire et que voir en République Dominicaine en une semaine ?

Si vous envisagez de partir au soleil en février en République Dominicaine, ne manquez pas ces étapes et activités incontournables.

  • Plonger dans la capitale Saint-Domingue, de sa zone coloniale au malecón puis prendre de la hauteur pour découvrir la vie quotidienne et rencontrer les Dominicains ;
  • Admirer le carnaval aux défilés colorés chaque dimanche de février et la première semaine de mars dans la capitale ;
  • S’aventurer dans le parc national Los Haïtises, à la flore incroyable, la faune endémique et les traces du passé émouvantes ;
  • Observer les baleines à bosse qui viennent se reproduire dans la baie de Samaná chaque hiver ;
  • Débusquer la plus belle plage de la péninsule de Samaná et admirer de fabuleux couchers de soleil. 
  • Carnaval Saint Domingue © OT République dominicaine
  • Calle Arzobispo Meriño © OT République dominicaine

 

Trois demeures, dont l’ancienne maison du premier gouverneur du pays, hébergent des chambres à la décoration coloniale ou plus contemporaine

Jour 1 – Bienvenue à Saint-Domingue
 

21 h – Faire son check in à l’Hodelpa Nicolás de Ovando

Après 9h30 de vol depuis Paris, il ne reste qu’à avaler la demi-heure de trajet depuis l’aéroport international Las Americas de Saint-Domingue. La voiture se faufile jusqu’à la ville coloniale de la capitale classée au Patrimoine mondial de l’Unesco et s’arrête devant l’hôtel Hodelpa Nicolás de Ovando, un établissement gorgé d’histoire. Impossible de se garer dans cette zone préservée mais le voiturier s’occupe de tout. Trois demeures, dont l’ancienne maison du premier gouverneur du pays, hébergent des chambres à la décoration coloniale ou plus contemporaine. Leur sobriété n’enlève rien au confort attendu d’un 5 étoiles ni au charme des vieilles pierres. Le voyage a été long pour partir en République dominicaine ? Plongez dans la petite piscine extérieure avant de savourer un mojito, la spécialité du bar maison. Enfin l’ambiance un poil ampoulé du restaurant 1502 vous offrira votre premier repas dominicain.

  • Hodelpa © 2022 Hoteles del País SRL
    Hodelpa © 2022 Hoteles del País SRL

 

Hodelpa Nicolás de Ovando
94 clés, à partir de 250€ la nuit.
C. Las Damas, Santo Domingo 10210, République dominicaine

Site web 

L’alternative chiquissime ? Loger à l’hôtel Casa del XVI qui allie luxe et intimité également au cœur de la zone coloniale. 21 chambres et 5 maisons du XVIe siècle, idéales en famille.

  • © Casas XVI
    © Casas XVI

 

Jour 2 – Saint-Domingue de Colomb à Gualey


9 h – Découvrir  la zone coloniale

Avec le décalage horaire, vous vous lèverez certainement tôt. Parfait pour commencer à visiter la République Dominicaine en arpentant la fameuse zone coloniale au calme. Votre hôtel est niché dans la calle de las Damas, la plus ancienne rue de la ville. On y découvre, entre autres, la maison des Jésuites vestige d'un des plus vieux édifices de la ville. Et toutes les demi-heures heures on assiste à la relève de la garde du Panthéon national où reposent, depuis 1958, les dépouilles des héros de la nation. De la forteresse à la Maison du Cordon, première maison en pierre et à la cathédrale Sainte-Marie consacrée première cathédrale métropolitaine alliant styles gothique et Renaissance espagnole en passant par  l’hôpital Saint-Nicolas-de-Bari premier dispensaire du Nouveau Monde, cet ensemble est un pur joyau.

  • Palacio Nacional © OT République dominicaine
    Palacio Nacional © OT République dominicaine

 

Vous aimez traîner dans les musées ? Celui de las Atarazanas Reales, un ancien dépôt de matériaux de construction comporte une très belle collection d'armes, de vaisselle, de monnaies, de bijoux dont une grande partie fut découverte lors de fouilles sous-marines en 1976 dans les eaux territoriales. Enfin, on n’oubliera pas, enfin, de s’attarder devant les ruines impressionnantes du monastère de Saint-François détruit par un  tremblement de terre au XVIIe siècle. Chaque dimanche soir depuis vingt ans il devient la scène d’un concert de merengue et de son qui attire aussi de nombreux locaux.

Le conseil en plus ? Il est possible de parcourir la ville coloniale à vélo. En 1h30 vous pourrez découvrir plus de lieux et profiter des commentaires historiques de votre guide francophone.

  • Parque Colon © Tim Philippus
  • Santo Domingo © OT République dominicaine

 

12 h – Faire un tour au mercado Modelo

Plongez dans l'animation de l'avenue Mella pour faire un saut rapide au Mercado Modelo. Ce marché modèle, construit en 1942,  tient plus du bazar artisanal. Dans une débauche de couleurs, vous seront proposés sculptures en bois, peintures naïves haïtiennes et autres souvenirs à bas prix. Mais pour l’achat de bijoux d’ambre et de larimar, préférez les magasins officiels qui vous gratifient d’un certificat d’authenticité !

  • Petite échoppe dans un village © OT République Dominicaine
    Petite échoppe dans un village © OT République Dominicaine


 

13 h – Déjeuner face à la mer

Le malecón, c’est cette promenade de quinze kilomètres qui longe la mer des Caraïbes et qui donne son nom à cette adresse. Clairement, on y vient plus pour la vue que pour une expérience gastronomique. Mais il y a moyen de déjeuner simplement, en testant un plat typique, le mofongo – purée de bananes plantain frites à l’ail - accompagné d’un jus de zapotier.

Le conseil en plus ? Si vous vous demandez que faire en République Dominicaine un dimanche en février : impossible de manquer les défilés du carnaval sur le malecón. Une ambiance bon enfant, des masques effrayants, pour un condensé de l’ensemble des carnavals du pays.

  • Mofongo © Adobestock
    Mofongo © Adobestock


 

14 h – Partir à la rencontre des habitants de Gualey

Saint-Domingue possède un métro depuis quelques années. Celui que vous empruntez jusqu’au terminus de la ligne Rouge (Linea Roja). Direction la favela de Gualey, l’une des plus importantes de la Caraïbe en survolant en téléphérique une forêt et le fleuve Ozama. Une association de jeunes habitants, la Fondation Desarrollo de Gualey Fadeco, organise des visites guidées qui témoignent du dynamisme de ce quartier : l’entrelacs de ruelles souvent pentues exhibe des maisons décaties, pointe ces gamins qui se défient en break dance, révèle cette jeune fille qui fait la coquette chez le coiffeur. Un autre monde,  pauvre mais enjoué, sur fond de merengue et de bachata. Et si vous êtes curieux, goûtez donc une empanada : la street food n’a pas dit son dernier mot !
 

19 h – Regarder le ciel à la nuit tombée

Si on peut faire l’impasse sur la visite du phare de Colomb, à la nuit tombée jetez un œil à cet imposant édifice cruciforme en béton élevé à l'emplacement de la fondation de la ville. Visibles à des kilomètres à la ronde, cent-quarante-neuf rayons dessinent une immense croix blanche dans le ciel. Gardé par des militaires, y repose la supposée dépouille de l’amiral entourée d’une collection d’objets amérindiens.

  • Faro Colón © OT République dominicaine
    Faro Colón © OT République dominicaine


 

20 h – Dîner au Nanc’a, pour des plats terre et mer

Une fois n’est pas coutume le bâtiment historique qui abrite ce restaurant n’a rien de colonial même s’il se situe dans la zone éponyme. Érigé en 1914, il a bénéficié d’une minutieuse restauration. Nanc’a ? Cela signifie centre en langue arawak, et c’est dans un décor moderne et une atmosphère tamisée, que vous dégusterez une cuisine tout en produits frais, où terre et mer se croisent volontiers sur la carte. La soupe à l’oignon y est réputée tout autant que la viande. Pour rester dans une tonalité locale, on préfèrera ce loup de mer escorté de légumes ou ce ceviche à la patate douce et au maïs rôti.
 

22 h – Aspirer quelques volutes

Amateurs de cigares, faites un détour par l’Arturo Fuente Cigar Club, du nom du plus important producteur local. Mais à condition d’être élégamment vêtu : shorts et tee-shirt, sandales et chaussures de tennis sont à bannir si vous souhaitez pénétrer dans l’antre. Dans une décoration de cuir, de velours et  de bois quelque peu éclectique,  on accompagne ses volutes d’un cocktail au son, certains soirs, de groupes de jazz ou de bossa.

Bon à savoir ? Du 19 au 24 février 2023, et chaque année, le festival Procigar met en lumière l'industrie du cigare en République dominicaine en organisant des  visites de champs de tabacs et des ateliers de confection de cigares les plus exclusifs, des dîners et des dégustations.

  • ©Arturo Fuente Cigar Club
  • ©Arturo Fuente Cigar Club

 

Cet ancien village de pêcheurs déroule près de trente kilomètres de plages plus belles les unes que les autres

Jour 3 – Départ vers la péninsule de Samaná


9 h – Un parc à dévorer… des yeux

Ce matin, route vers le nord-est de la République Dominicaine sur la péninsule de Samaná. Faites donc un crochet par le parc national Los Tres Ojos situé à un quart d’heure de voiture à peine de la capitale. Et évitez les tongs : plus de trois cents marches s’enfoncent dans cette grotte qui dévoile, entre stalactiques et stalagmites trois lacs, les fameux Trois Yeux, aux teintes incroyables. Poissons, et chauve-souris, fougères endémiques et pétroglyphes taïnos : le lieu est ensorcelant, et l’on ne s’étonne guère que les Indiens l’utilisassent pour des cérémonies religieuses. Trois yeux ?  Pas vraiment, car un quatrième bassin, découvert ultérieurement se révèle lui, en pleine lumière.

  • Los tres Ojos © OT République dominicaine
    Los tres Ojos © OT République dominicaine

 

12 h – Faites une petite halte à Las Terrenas

Las Terrenas, c’est un improbable petit bout de France. Cet ancien village de pêcheurs déroule près de trente kilomètres de plages plus belles les unes que les autres. Dans les années 1980, un Français, Jeannot, tombe amoureux du site, s’y installe. Une poignée de Gaulois le rejoint ouvrant qui de modestes chambres, qui une table en bord de plage ravitaillée par les pêcheurs du coin. La communauté s’est bien agrandie et internationalisée. Une flopée d’hôtels du plus modeste au plus chic, des boutiques colorées, des restaurants à foison, de la musique, beaucoup de musique, et désormais même un lycée français ! Et l’heure de l’apéritif fleure autant le punch que le pastis.

  • Playa Cosón à Las Terrenas © Raul de los Santos
    Playa Cosón à Las Terrenas © Raul de los Santos

13 h – Déjeuner à l’Élysée

Enfin pas tout à fait. Mais il se trouve qu’un ancien chef de l’Elysée, Gérard Prystaz est venu s’installer ici, à Las Terrenas. Il a ouvert l'hôtel Atlantis et bien sûr un restaurant où il s’amuse avec les produits et les saveurs locales comme cette daurade au lait de coco ; il plonge aussi dans la culture française, en témoigne ce confit de canard aux pommes sarladaises. Ne reste plus qu’à vous installer à l’ombre du kiosque en bord de mer et à déguster.
 

14 h – Check-in au Sublime Samana Hotel

Dix minutes, c’est le temps qu’il vous faut pour arriver à votre hébergement. Pour cadre, une ancienne cocoteraie qui déploie cet hôtel 5 étoiles. Un lobby tout en rondeurs, une nature tout en couleurs et cette vaste suite à la décoration caribéenne et contemporaine. Une partie salon flanquée d’une kitchenette, une salle de bains en marbre, un large balcon : avec 98 m2, il y a de quoi s’installer.

Le conseil en plus ? Les hôtels en République Dominicaine, surtout dans les régions les plus touristiques, cochent souvent la case grand luxe. Dans la péninsule, le choix est plus restreint mais plus varié, allant du petit établissement de charme au très grand resort.

  • © Sublime Samana
    © Sublime Samana

 

Sublime Samana Hotel
26 clés, à partir de 615€ la nuit.
Bahía de Coson, ramal viva, Las Terrenas 32000, République dominicaine

Site web
 

16 h – Direction Playa Cosón

Et quelle plage ! Un sable fin, immaculé, des palmiers échevelés, Playa Cosón compte parmi les plus belles sinon du pays, du moins de la péninsule. Cette partie est privée pour que vous puissiez en profiter en toute tranquillité. Et si l’envie de bouger vous démange, le club de sports dispose de kayaks, de paddles, et même de boogie boards.

  • Playa Cosón © OT République Dominicaine
    Playa Cosón © OT République Dominicaine

 

20 h – Dîner au Bistro

Une atmosphère feutrée, de grandes baies vitrées ouvrant sur la terrasse et des tables en bois : Le Bistro, l’un des deux restaurants du Sublime Samana offre une carte… bistronomique qui entremêle saveurs caribéennes et méditerranéennes avec, en vedette un poisson extra frais.

Jour 4 – Du parc National Los Haitises à l’histoire de la péninsule


8 h – Santa Bárbara de Samaná, nous voilà !

Ce matin direction le port de Samaná, à 1 h de route de votre hôtel et l’une des portes d’entrée au parc national Los Haitises, l’un des plus spectaculaires du pays… Et donc des plus visités. Los Haitises, c’est plus de 200 km2 de mangroves et de palétuviers, de grottes et d’îlots rocheux. Un monde fantastique et mystérieux avec des air de baie d’Halong que l’on butine en bateau. À ses paysages variés s’ajoute une faune tout aussi conséquente : pélicans, vautours, albatros, colibris et coticas, ce perroquet endémique. On frôle de hautes falaises coralliennes, on passe sous des lacis de verdure.

  • Isla de los Pájaros © OT République dominicaine
    Isla de los Pájaros © OT République dominicaine

 

Un des trésors du parc ? Ses grottes, autrefois refuges des indiens Taïnos qui ont marqué leur passage. Accessible par une petite plage, la grotte Arena dévoile ainsi des têtes sculptées surveillées par les nombreuses chauve-souris qui y ont élu domicile. La grotte de la Linea est hérissée de pictogrammes : oiseaux, chauve-souris, baleines, une émouvante répétition de tout ce que l’on voit toujours aujourd’hui. Après le déjeuner, servi sur une petite plage, vous rentrerez au port.

  • Parque Nacional Los Haitises © Tim Philippus
    Parque Nacional Los Haitises © Tim Philippus

14h – Réviser son histoire

Cet après-midi, on s’instruit. D’abord en faisant le tour de Santa Bárbara de Samaná. Bárbara, c’était le nom de l’épouse du roi Ferdinand IV et Samaná,  - d’origine phénicienne - celui du chef qui accosta ici. Au XVIIe siècle, pendant la colonisation française, il fut même question qu’elle devienne la capitale de l’île et soit baptisée… Port-Napoléon. On s’intéresse à la Churcha, première église évangélique afro-wesleyenne érigée en 1800 mais aussi au musée des épaves.

  • La Churcha © OT République dominicaine
    La Churcha © OT République dominicaine

 

Après  quarante minutes de route, au pied de la cordillère, la tranquille cité portuaire de Sánchez collectionne les maisons victoriennes délicatement ouvragées. Elle est si paisible qu’on a peine à imaginer qu’il y a près de 70 ans son port bourdonnait d’une incroyable activité : les cargos se croisaient dans la rade, chargeant et déchargeant leurs denrées pour être acheminées, en train, dans le reste du pays. Les transatlantiques y faisaient même escale.
 

17 h 30 – Buller de bien-être au spa

Le réconfort après le sport : que diriez-vous d’un massage au Coconut Whispers Spa de votre hôtel. À deux dans une cabine nichée dans la jungle ou, pourquoi pas, dans un coin discret de la plage, bercés par la brise océane. Les soins à privilégier ? À la noix de coco, bien sûr.

  • Coconut Whispers © Sublime Samana
    Coconut Whispers © Sublime Samana

 

20 h – Plonger dans une ambiance franco-dominicano-italienne

Passer une soirée à Las Terrenas, c’est entendre la langue de Molière à tous les coins de rue sur fond de merengue et de bachata; et si vous dinez au Dieciocho, vous ferez un détour par l’Italie. Le plat de pâtes aux fruits de mer vous laisse indifférent ? Testez ce steak en croûte d’herbes ou ce fritto misto de poissons. Les prix sont presque parisiens, la déco locale et sans chichi mais oui, la table est bonne et le service charmant.
 

22 h – Eh bien, dansez maintenant !

Tout le monde vous glissera cette adresse : tenu par une Française, le Mosquito Art Bar avec sa vue sur la mer, ses cocktails colorés, sa déco rustique-chic et ses DJ entraînant ou ses chanteurs live est le lieu où finir la soirée.

  • © Mosquito Bar Instagram
    © Mosquito Bar Instagram

Jour 5 – Aventure, sport et cocotiers


7 h 30 – Baleines en vue

Le transfert est généralement assuré depuis votre hôtel. Mais vous pouvez aussi prendre votre voiture afin de  poursuivre vos découvertes cet après-midi. Quelle bonne idée de partir en février sous le soleil dominicain ! Car c’est à cette période de l’année que plus de 3000 baleines à bosse s’installent dans la baie de Samaná de mi-janvier à fin mars pour mettre bas. C’est à Santa Bárbara de Samaná que vous embarquez à bord d’une lancha  après avoir enfilé un gilet de sauvetage. Le guide se lance dans de minutieuses explications. Après une migration de  quelques 25 000 km depuis l’Arctique, les cétacés se mettent à l’abri dans ce sanctuaire soigneusement surveillé. Le nombre de bateaux sur le site est réglementé, de même que la distance – à 80 mètres des groupes – respectée. Pas question de les perturber. Et si, par chance, un mâle décidait de sauter pour séduire sa belle, ou une femelle de jouer avec son petit — qui mesure déjà 4 mètres et pèse près de 800 kilos ! — vous n’aurez plus qu’à immortaliser ce moment.

  • © Tim Philippus
    © Tim Philippus


 

13 h – Déjeunez 100% dominicain

Un déjeuner sur le pouce en rentrant au port ? Ballena Blanca, à deux pas de la marina, ne paye pas de mine, mais ce bar-restaurant s’avère une adresse 100 % locale. Il faut s’avoir patienter, tout est fait à la minute, pour goûter poulpe à la créole ou lambi à l’ail en passant par le mofongo aux crevettes.


14 h 30 – Débuter en kite surfs

Le kitesurf ? C’est ici qu’il a été démocratisé, lorsque l’un de ses inventeurs français s’est installé à Las Terrenas en 1999. Et tout le monde vous le dira, Playa Cosón est l’un des meilleurs spots pour débuter. De préférence l’après-midi lorsque le vent commence à se lever. Votre moniteur privé vous attend.

  • Kitesurf © OT République Dominicaine
    Kitesurf © OT République Dominicaine


 

19 h –  Sunset cocktail

Un petit quart d’heure de trajet depuis votre hôtel pour rejoindre la fameuse plage des Pêcheurs — l’épique retour des barques est à elle seule un spectacle — bardée de cabanes coloriées. Le  Sunset n’a pas eu à chercher loin son nom : et c’est ici, à n’en pas douter qu’il faut venir siroter un délicieux cocktail maison en admirant le coucher du soleil. On peut y dîner aussi, à la dominicaine : chaises et tables de bois blanc, les pieds dans le sable.

  • Las Terrenas © Adobestock
    Las Terrenas © Adobestock


 

20 h – Dîner au XO Las Terrenas

Vous n’aurez pas à aller bien loin, le XO Las Terrenas est juste à côté. La déco est un poil plus chic, hétéroclite juste ce qu’il faut. La mer s’invite forcément au menu, de ces petits crabes farcis à ce vivaneau grillé. Mieux vaut réserver surtout si vous souhaitez être au plus près de la plage.

 

Jour 6 – Que d’eau !


7 h 45 – Cascade El Limón

Chaussures de marche ? Checked. Maillot de bain et serviette ? Aussi. Le trajet depuis votre hôtel ne dure qu’une demi-heure jusqu’au ranch. Modeste le ranch.  Mais c’est bien à cheval que l’on s’enfonce dans l’épaisse forêt pour une balade de trente minutes, dévoilant une faune et une flore particulièrement exubérantes : caféiers et manguiers, palmiers royaux et bananiers bordent le sentier. Affutez votre regard pour observer ici l’esclave-palmiste ou encore le pic d’Hispaniola, deux oiseaux endémiques. On abandonne les chevaux pour descendre, à pied et en quinze minutes jusqu’à cette fameuse cascade : El Limón, une paroi haute de cinquante mètres d’où coule un voile d’eau, puissant en cette saison. On se baigne dans le bassin, on se glisser derrière ce rideau pour entrevoir l’entrée d’une grotte. Rafraîchissement assuré.

  • Cascade El Limón © OT République Dominicaine
    Cascade El Limón © OT République Dominicaine

 

Le conseil en plus ? Il est également possible de faire l’excursion à pied. Comptez alors 45 minutes de marche dans la jungle. Mais cela permet de s’arrêter pour observer la faune et la flore. Et de se passer de guide. Seul inconvénient on croise de nombreux cavaliers et l’on doit traverser un ou deux gués !
 

12 h – Déjeuner au Palapa

Votre hôtel dispose bien sûr d’un restaurant de plage. Un jus de fruits exotiques fraîchement pressés ou une noix de coco tout juste ouverte, un ceviche tout léger et pourquoi pas une langouste grillée ?

  • Le Palapa © Sublime Samana
    Le Palapa © Sublime Samana


14 h – Faire la tournée des plages

La péninsule de Samaná cultive les plages paradisiaques. Et les excursions ne manquent pas pour vous emmener sur les plus belles, en voiture ou par la mer. A condition d’aimer marcher, nous vous conseillons de la jouer plutôt solo pour plus de tranquillité. En 1h50 depuis votre hôtel – 1 h de moins si vous logez dans un hôtel à Samaná - vous voilà à La Boca del Diablo. N’oubliez pas crème solaire, chapeau et bouteilles d’eau pour affronter les ¾ d’heure de marche qui vous séparent de Playa Frontón : une falaise haute de 90 mètres ourlée d’un ruban de sable dorée, l’éden c’est ici. Moins inaccessible et plus fréquentée, Playa Rincón est à 2 h de votre hôtel. Eaux d’une incroyable limpidité et altiers palmiers, elle a été classée parmi les dix plus belles plages du monde. Au retour, on ne manque pas de passer par l’observatoire de Punta Balandra qui permet, si la chance est de votre côté, d’apercevoir des baleines depuis la terre ferme.

  • Playa Frontón © OT République dominicaine
    Playa Frontón © OT République dominicaine

 

Le conseil en plus ? Ne rentrez pas trop tard, la nuit tombe vite dans les Caraïbes, les routes sont mal éclairées et pourtant très fréquentées.
 

19 h – Un dernier coucher de soleil

Qui se lasserait d’un ciel flamboyant au-dessus de l’océan ? Un fond de musique, un ginger Mojito à la main, et une brise légère qui fait chanter les vagues.
 

20h30 – Dîner aux chandelles

Pour votre dernier soir, misez sur un dîner romantique : c’est forcément aux chandelles et sur la plage du Sublime Samaná Hotel, pour mieux écouter le clapotis des vagues et contempler la voûte étoilée. Vous pouvez même adapter le menu à vos souhaits culinaires.

  • Le Bistrot © Sublime Samana
    Le Bistrot © Sublime Samana

 

Jour 7 — Vol retour Saint-Domingue - Paris

 

Adieu la plage, bonjour Saint-Domingue : il vous faudra un peu moins de deux heures pour arriver à l’aéroport international Las Americas.

Pratique

Les incontournables de la destination, et bien d'autres découvertes, sont à retrouver sur godominicanrepublic.com

Suivre la destination sur Facebook et Instagram