Vous êtes ici

Pierre Gunther, Le lundi 28 juin 2021
En partenariat avec logo la meuse
Sponsorisé

72 heures dans la Meuse : entre art, nature, patrimoine et gastronomie

Campagne tranquille et vallonnée, la Meuse, à une heure seulement de Paris et Strasbourg, peut s’enorgueillir d’un riche patrimoine, d’une gastronomie variée et d’une nature généreuse. La preuve en 72 heures.
  • Un petit air de Canada au-dessus du lac de Madine © Jeanpierre - AdobeStock
    Un petit air de Canada au-dessus du lac de Madine © Jeanpierre - AdobeStock
  • Vue sur la ville basse de puis le belvédère des Grangettes © Demande Philippe - AdobeStock
    Vue sur la ville basse de puis le belvédère des Grangettes © Demande Philippe - AdobeStock
  • L'œuvre Saphira de Claudia Comte à Vent des Forêts © Sébastien Agnetti
    L'œuvre Saphira de Claudia Comte à Vent des Forêts © Sébastien Agnetti
  • La truffe se trouve aussi en Meuse © Artipair
    La truffe se trouve aussi en Meuse © Artipair
  • La Meuse est un fleuve, qui traverse le département pour rejoindre se jeter dans la mer du Nord à Rotterdam © Philippe Charles
    La Meuse est un fleuve, qui traverse le département pour rejoindre se jeter dans la mer du Nord à Rotterdam © Philippe Charles
  • La Basilique d'Avioth
    La Basilique d'Avioth
  • Le Musée de la Bière de Stenay, le plus grand d'Europe dédié aux traditions brassicoles © DR
    Le Musée de la Bière de Stenay, le plus grand d'Europe dédié aux traditions brassicoles © DR
  • Vignes sur les Côtes de Meuse © Artipair
    Vignes sur les Côtes de Meuse © Artipair
  • Les quais de Verdun, lieu de promenade agréable © Guillaume Ramon
    Les quais de Verdun, lieu de promenade agréable © Guillaume Ramon

On connait surtout la Meuse pour ses batailles féroces de la Première Guerre mondiale et ses champs. C’est tout ? Pas si sûr. Ce département de l’ancienne région Lorraine, l’un des moins peuplés de France, possède une nature préservée avec de nombreuses aires protégées dont une partie du Parc naturel régional de Lorraine, idéal pour s’essayer au tourisme vert et partir en famille. Discret et accueillant à l’image de ses habitants, la Meuse possède également un patrimoine Renaissance qui gagne à être découvert. Et saviez-vous que l’on peut s’y promener dans une forêt d’art contemporain, faire de la planche à voile, caver de la truffe et se balader dans les vignes ? À seulement 1 heure en TGV depuis Paris et Strasbourg, embarquement immédiat pour la Meuse.

 

VENDREDI

 

Arrivée | Poser ses valises pour le week-end

Notre sélection d’hébergements de charme dans la Meuse

  • Les Jardins du Mess : sur les bords de la Meuse en plein centre de Verdun, cet ancien mess des officiers, majestueuse bâtisse de briques et de pierres du XIXe siècle, a été reconverti en 2016 en un hôtel 4-étoiles de 40 chambres, avec restaurant et bar. L’été, on se promène dans son parc arboré, bordés par le canal du Puty et qui abrite les vestiges d’une tour du XIVe siècle. 
    22 Quai de la République, Verdun. 40 chambres, à partir de 128€ la nuit. Réserver les Jardins du Mess sur Booking.
     
  • Lodge Hôtel de Sommedieue Verdun : au cœur d’un grand parc de 12 hectares, parsemé de petits lac où les pêcheurs à la mouche du monde entier viennent taquiner la truite, le domaine propose 6 chambres confortables avec de grandes salles et une vue paisible sur les arbres. Le gros plus ? La table esprit lodge dans une grande longère avec cheminée et bar à whisky. Un domaine à seulement 20mn de Verdun et de la gare Meuse TGV.
    9 - 17 Rue du Parc, 55320 Sommedieue. 6 chambres, à partir de 120€ en basse saison. Réserver au Domaine de Sommedieue sur Booking.
  • La partie hôtel du Domaine de Sommedieue © Artipair
    La partie hôtel du Domaine de Sommedieue © Artipair

 

Réservez cet hôtel gratuitement et immédiatement en ligne !

  • Château d’Hattonchâtel : avec une histoire remontant à l’an 860, lorsque les évêques de Verdun construisirent leur hôtel de la monnaie sur ce promontoire rocheux dominant la vallée de la Woëvre, un séjour au château d’Hattonchâtel est une vraie remontée dans le temps. Démoli et reconstruit à plusieurs reprises dans un style gothique troubadour, il abrite de riches peintures et tapisseries, ainsi que 11 chambres spacieuses avec bains victoriens, réparties entre le château et une tour voisine. Les plus ? La vue imprenable, le jardin, et le restaurant gastronomique bien sûr.
    3 bis Rue De Château, Vigneulles-lès-Hattonchâtel. 11 chambres, à partir de 99€ la nuit. Réserver au Château d’Hattonchâtel sur Booking.
  • Château d’Hattonchâtel © Artipair
    Château d’Hattonchâtel © Artipair

 

  • Chambres d’hôtes La Bottée : dans le parc naturel régional de Lorraine, à deux pas du lac de Madine et des étangs de Lachaussée, La Bottée propose trois chambres d’hôtes dans une ancienne maison de vigneron. Poulailler, potager, utilisation de matériaux et d’artisans locaux, adhésion à des AMAP… les deux propriétaires Sandrine et Stéphane s’engagent dans une démarche écoresponsable complète. En plus, le petit-déjeuner maison fait l’unanimité.
    1 Place de Verdun, Viéville-sous-les-Côtes. 3 chambres, à partir de 75€ la nuit. Réserver aux Chambres d’hôtes La Bottée sur Booking.
     
  • Maison d'hôtes La Villa des Ducs : Stéphanie et Alexandre accueillent leurs hôtes dans une belle demeure de la ville basse de Bar-le-Duc, au bord de l’Ornain. Cinq chambres dont une suite pour 6 personnes, une bibliothèque où est servi le petit-déjeuner composé de produits locaux, une terrasse. Un avant-poste parfait pour explorer le sud de la Meuse.
    61 Boulevard Raymond Poincaré, Bar-le-Duc. 5 chambres à partir de 90€ la nuit. Réserver La Villa des Ducs sur Booking.
  • © Maison d’hôtes La Villa des Ducs
    © Maison d’hôtes La Villa des Ducs

 

Matin | Visiter Verdun et sa citadelle souterraine en immersion 

Ville d’histoire depuis plusieurs siècles, on se promène avec plaisir dans les ruelles du centre de Verdun animées de restaurants, de bars et de cafés. L’été, les berges de la Meuse se couvrent de terrasses et les gradins qui descendent vers l’eau sont le spot de pique-nique parfait. De l’autre côté du centre, on traverse les ponts pittoresque sur le canal du Puty, avant de longer le canal des Minimes qui se faufile entre les maisons et d’arriver au pont écluse Saint-Armand sur la Saint Vanne. Pas moins de cinq canaux traversent la ville, qui alimentaient moulins et tanneries aux siècles passés.

  • Les quais de Meuse à Verdun © Ekim — AdobeStock
    Les quais de Meuse à Verdun © Ekim — AdobeStock


Il est temps de quitter la ville basse et de grimper vers le Centre Mondial de la Paix. Depuis cet ancien palais épiscopal, on admire la vue sur la ville et la campagne environnante. À deux pas se trouve la cathédrale, l’une des plus vieilles d’Europe s’il-vous-plait. 

Les passionnés d’histoire ne manqueront pas de visiter la Citadelle souterraine de Verdun, base logistique de grande ampleur pendant les combats de la Première Guerre mondiale. On grimpe à bord d’un petit wagonnet de 9 places auto-guidé qui nous emmène à travers les couloirs souterrains, par 7°C, à la rencontre de quatre soldats et de leur vie quotidienne, de la salle de commandement à la boulangerie. Pouvant accueillir jusqu’à 2000 hommes, la citadelle fut également le théâtre de la cérémonie du choix du soldat inconnu de l’Arc de Triomphe.

  • Projections, vidéos et effets lumineux enrichissent l’expérience dans les tunnels souterrains de la Citadelle © Grand Verdun Anne Schwab Nodée
    Projections, vidéos et effets lumineux enrichissent l’expérience dans les tunnels souterrains de la Citadelle © Grand Verdun Anne Schwab Nodée
     

Les anciens champs de bataille, défigurés par les obus et les mines dont on observe encore aujourd’hui les cratères, ont été replantés de millions d’arbres et sont désormais un musée à ciel ouvert. On peut découvrir l’histoire autrement en réservant une promenade guidée dans la forêt de Verdun, animée par un guide de l’ONF, qui présentera la mémoire des lieux à travers son patrimoine naturel. Les passionnés prolongeront l’expérience depuis les airs, en survolant les champs de bataille et les forêts en avion avec l’Aéroclub Robert Thiéry basé sur l'aérodrome de Verdun Sommedieue Le Rozelier. C’est sans doute le meilleur moyen de se rendre compte de l’ampleur des combats, alors que l’avion survole les milliers de croix blanches de l’Ossuaire de Douaumont.

  • Survol de l’ossuaire de Douaumont avec Philippe Charles aux commandes © Jean-Luc Kalusko
    Survol de l’ossuaire de Douaumont avec Philippe Charles aux commandes © Jean-Luc Kalusko

 

Midi | Déjeuner au restaurant Les Épices Curiens

À deux pas de Montmédy et aux portes de la Belgique, Les Épices Curiens, récompensé d’un Bib gourmand dans le Guide Michelin, propose un menu de la semaine et une carte qui change 6 fois par an, pleine de produits frais, twistés par l’utilisation d’épices lointaines. Par exemple, maquereaux et aubergine fumée avec kalamansi, filet de pintade fermière à la bière de Charmoy et samossa, filet de rouget grondin et coulis de crevette à la badiane. En dessert, pourquoi ne pas finir par une assiette de fromages locaux ou un baba, un dessert inventé en Lorraine, à la citronnelle.

Les Épices Curiens
3 Place de la Gare, 55600 Écouviez,
Site Web de 
Les Épices Curiens.

    • Ecrevisse © Les Epices Curiens
    • Mozzarella de bufflonne bio de Neufchâteau et pousses d’épinards - huile origan/citron confit - focaccia © Les Epices Curiens (Facebook)

     

    Rien de tel qu’une promenade digestive sur les remparts de Montmédy.

    Après-midi | Visiter Montmédy et le Musée de la Bière de Stenay

    En sortant du restaurant, rien de tel qu’une promenade digestive sur les remparts de Montmédy, à 10 minutes de voiture. Construite au XVIe siècle sous Charles Quint alors que la ville faisait partie des Pays-Bas espagnols, puis remaniée par Vauban, la citadelle domine la plaine de ses vieilles maisons aux volets colorés et de ses remparts, où s’installent les artistes peintres l’été venu. 

    • La citadelle de Montmédy © La Lorraine gaumaise - Michel Laurent
      La citadelle de Montmédy © La Lorraine gaumaise - Michel Laurent


    Quinze minutes d’une route entre forêts et prairies, et l’on retrouve la Meuse au village de Stenay. Après avoir flâné dans son joli port de plaisance, il est temps de visiter le Musée de la Bière, installé dans l'ancien magasin aux vivres de la Citadelle et transformé en malterie en 1879. C’est le plus grand musée d’Europe consacré aux traditions brassicoles, et entre vieilles machines, reconstitution de cafés Belle Époque ou de tripots des années 1960, c’est non seulement la fabrication mais aussi les arts qui se sont développés autour de la bière qui sont présentés. Dans le jardin, on découvre les épices et les plantes qui rentrent dans la composition de la bière, et la visite se termine en beauté dans la Taverne du Musée, où goûter les bières des brasseries et micro-brasseries meusiennes telles La Meuse, La Croix de Lorraine, La Bombarde ou la Chat’Loupe.

    Mais aussi ? Avec des enfants, on continue vers le sud, en s’arrêtant quelques minutes devant la pittoresque Église Notre Dame de Mont-devant-Sassey, avant d’atteindre le village des vieux métier d’Azannes. On y reconstitue quelques jours par an depuis plus de 35 ans les traditions populaires de la lorraine rurale et 80 métiers anciens ou disparus grâce à 400 bénévoles.

    Les Vieux Métiers à Azannes 
    Les 11, 18 et 25 juillet et 1er et 8 août 2021. 
    Site Web des 
    Vieux Métiers à Azannes.

    • Musée de la bière de Stenay © DR
      Musée de la bière de Stenay © DR

     

    Dîner | Au coin du feu ou en terrasse au Domaine de Sommedieue

    12 hectares de forêt, de prairies et d’étangs, des pêcheurs à la mouche venus du monde entier, un lodge datant de 1820 qui accueille 6 tables dans une atmosphère british avec fauteuil clubs en cuir, cheminée, bar à whiskys écossais et cave à cigares. Bienvenue au domaine de Sommedieue, où les fins gastronomes se régaleront d’une cuisine de saisons où les champignons cueillis sur le domaine, les poissons et le gibier sont la base des assiettes. L’été, le café se prend en terrasse sous le grand tilleul.

    Bon à savoir ? Le domaine propose des initiations à la pêche à la mouche entre 9h et 12h30 ainsi que l’accès au domaine pour l’après-midi. Un guide peut accompagner jusqu’à 3 personnes et le déjeuner est compris. Réservation 15 jours à l’avance.

    •  
    • L’espace lounge et bar avec cheminée au domaine de Sommedieue © Artipair
      L’espace lounge et bar avec cheminée au domaine de Sommedieue © Artipair

     

    Lodge Hotel du Domaine de Sommedieue
    9 - 17 Rue du Parc, 55320 Sommedieue. 
    Site Web du 
    Domaine de Sommedieue.

    SAMEDI
     

    Matin | Entre vin et truffe sur les Côtes de Meuse

    Tuber uncinatum ou mesentericum, pas besoin d’aller jusque dans le Périgord pour trouver des truffes. À la ferme truffière de Navi, on la récolte de début octobre à début janvier et on la présente lors de visites et d’ateliers culinaires. Ses arômes d’amande amère et de réglisse parfumeront les plats des entrées au dessert, et la ferme propose une gamme de produits tels que pétales et poudre de truffe lyophilisée, sel, crème, miel, terrine et rillettes parfumés. 

    • Récolte des truffes en Meuse © ferme truffière de Navi
    • Vendange dans la Meuse © Artipair

     

    En poursuivant le long des Côtes de Meuse, on découvre une campagne vallonnée, ponctuée de petites buttes et de vergers où poussent les mirabelliers. En plein cœur du Parc naturel régional de Lorraine, les crêtes des côtes de Meuse culminent à 400 mètres d’altitude. Leur sol argilo-calcaire et la présence d’un microclimat permettent à six vignerons et distillateurs de produire chaque année environ 200,000 bouteilles. Vins rouges, blancs ou gris de gamay et pinot, eau-de-vie de quetsche, mirabelle, cerise et poire, on se rend au Domaine de Muzy, créé en 1982 par Véronique et Jean-Marc Liénard, pour une dégustation de leurs cuvées en IGP Côtes de Meuse. Rejoints par leur fils Thibaud et son épouse Angélique, l’exploitation compte désormais 11,5 hectares de vigne et 15 hectares de vergers en agriculture bio. 

    Domaine de Muzy
    Ouvert jeudi, vendredi et samedi de 9h à 11h45 et de 14h à 18h (rdv conseillé)
    3 rue de Muzy, 55160 Combres-sous-les-Côtes
    Site Web du 
    Domaine de Muzy.

     

    Midi | Déjeuner à l'Hôtel Restaurant du Lac de Madine à Heudicourt-sous-les-Côtes 

    Porté par la famille Drapier depuis plus de 50 ans, cet hôtel restaurant à deux pas du lac éponyme offre une halte gourmande sur sa grande terrasse en été, ou au coin du feu, dans les chic salles en bois clair. À l’accueil, les sœurs Aurélie et Christelle, tandis qu’en cuisine officient Serge Deloyer, le mari d’Aurélie et son neveu Nicolas Herbin (passé par l’Ami Fritz d’Ottrott et Olivier Nasti à Kaysersberg). La cuisine est traditionnelle et raffinée, de saison, avec par exemple un filet de sandre, une caille désossée farcie aux mirabelles ou le fameux soufflé glacé à la mirabelle. Les vins régionaux vifs, Côtes de Meuse, Côtes de Toul, auxerrois, accompagnent les assiettes.

    • Hôtel Restaurant du Lac de Madine — Forêt Noire © DR
    • Hôtel Restaurant du Lac de Madine — Salle © DR

     

    Hôtel Restaurant du Lac de Madine
    22 Rue Charles de Gaulle, Heudicourt-sous-les-Côtes.
    Site Web du 
    restaurant du Lac de Madine.

    Mais aussi : 

    • L’ESAT des Etangs de Lachaussée : en bordure du grand étang de Lachaussée, zone humide classée Réserve Naturelle Régionale, cette auberge propose une restauration de type bistrot à base de poisson, mais aussi régionale (feuilleté et accras, goujonnettes de carpe frite, pâté lorrain), en terrasse ou dans la salle. Les randonneurs qui font le tour de l’étang peuvent emporter des paniers pique-nique préparés par le personnel de l’ESAT. À noter, le magasin de l’ESAT où faire ses emplettes de produits élaborés sur place par des personnes en situation de handicap : feuilleté, tourte parmentière et lasagnes de poisson, filets de carpes fumées, boudin blanc de carpe, terrines diverses…
      E.S.A.T / A.P.F des Étangs de Lachaussée, 3 rue du château, Lachaussée. Site Web du Domaine.

     

    Après-midi | Explorer le lac de Madine en kayak ou à vélo

    La météo annonce du soleil ce week-end, voilà les Lorrains qui foncent au lac de Madine pour profiter de ses grandes plages engazonnées où se baigner et faire un barbecue. Plus grand lac artificiel de la région, il n’y a pourtant rien de plus naturel que cette vaste étendue d’eau au cœur du Parc naturel régional de Lorraine. D’ailleurs, on peut y observer plus de 200 espèces d’oiseaux depuis la passerelle sur pilotis de la Pointe aux Chènes, avec sa vue sur le lac, l’île Verte et l’île du Bois Gérard. 

    • Lac de Madine © PhotoGranary - AdobeStock
      Lac de Madine © PhotoGranary - AdobeStock


    Les plus sportifs iront faire un tour du côté du club de voile et de la base de loisir pour louer un kayak, un paddle, un canoë, ou s’initier à la planche à voile et au catamaran. On longe les rives plantées de jonc, on se perd dans les méandre aux reflets changeants et l’on s’approche des petits îles qui parsèment le lac avant de se mettre à l’eau. Les marins d’eau douce pourront se lancer dans le tour du lac à vélo, une promenade d’environ 3 ou 4 heures, et aller jusqu’à la butte de Montsec pour admirer le panorama.

    Après-midi | Goûter à la madeleine de Commercy

    Après tant d’énergie dépensée, il est temps de recharger ses batteries et de goûter à Commercy. Pourquoi ici ? Car c’est dans cette petite ville, qui fût l’une des résidence du duc de Lorraine et roi de Pologne Stanislas Leszczynski, que l’on inventa la petite madeleine. La base est toujours la même — farine, beurre, sucre et œufs, levure et zeste de citron — mais chaque fabricant possède son petit secret. On la trouve aujourd’hui au chocolat, à la mirabelle ou aux amandes chez La Boîte à Madeleine ou À la cloche Lorraine, l’occasion de ramener des cadeaux de voyage aux gourmands.

    • L’usine de dragée Braquier à Verdun © Guillaume Ramon
      L’usine de dragée Braquier à Verdun © Guillaume Ramon


    Bon à savoir ? La Meuse est une terre de sucreries : rochers de Saint-Mihiel, Jeannettes de Vaucouleurs, confiture de groseille épépinée à la plume d’oie dont raffolait, dit-on, Alfred Hitchcock, on peut même visiter l’usine Braquier, qui fabrique la fameuse dragée de Verdun.

     

    Soir | Dîner chez Quentin Pierre au château d’Hattonchâtel

    On fait étape dans le petit village d’Hattonchâtel, perché sur un promontoire rocheux pour s’arrêter au château d’Hattonchâtel, endommagé lors de la Première Guerre Mondiale et reconstruit grâce à la bienfaitrice américaine Belle Skinner. Son architecture gothique troubadour si particulière se prolonge dans la salle du restaurant « À la table du château », voûtée avec candélabres et cheminée en pierre. 

    Derrière le piano, le jeune chef Quentin Pierre, seulement 23 ans, que l’on a déjà remarqué lors de son passage dans l’émission Objectif Top Chef en 2016. Originaire de Verdun, il s’inspire des ingrédients de saison et de terroir local. La truite et le saumon, les pigeons, les fruits et légumes, les produits laitiers et le porc, tout vient de Meuse. Au menu par exemple gravlax et œufs de truite au coulis d’épinard et noix de cajou, foie gras de canard en terrine - oignons brûlés et confits, saumon de fontaine à la crème de pois et choux fleurs rôtis. Si jamais le sommeil vous gagne après de telles agapes, pas de panique, le château fait aussi hôtel.

    À la table du château 
    3 bis Rue du Château, Vigneulles-lès-Hattonchâtel
    Site Web du restaurant 
    À la table du château.

    DIMANCHE
     

    Matin | Découvrir la galerie à ciel ouvert de Vent des Forêts

    Après un café sur les quais de Meuse à Verdun ou dans un petit village sur la route, il est temps d’aller marcher en forêt. Mais pas n’importe laquelle, direction Vent des Forêt, une galerie d’œuvres contemporaines à ciel ouvert qui se découvre à pied, à cheval ou à vélo. Entre forêt dense et champs de céréales, des sculptures et installations dialoguent avec la nature depuis 1997, installées par des artistes français et internationaux. Plus d’une centaines d’œuvres se découvrent au hasard de 45km de sentiers balisés qui se renouvelles chaque année. Le chemin Court-Circuit de une heure donne un aperçu sur des éléments naturels —un bosquet de tremble remarquable, les racins d’un hêtre — et des œuvres comme ce tronc de merisier décorés de faïence traditionnelle slovaque par Katarina Kudelova, ou la balançoire fantastique en résine Ad Agio For Swings (Vent des Cheveux) par Tom Volkaert, incrustée de reliefs en fonte, verre et aluminium.

    • L’œuvre "Rubato" d’Amandine Arcelli de 2018 © Elisa Bertin
      L’œuvre "Rubato" d’Amandine Arcelli de 2018 © Elisa Bertin

    ​​​​​​

    Prolonger l’expérience ? En dormant une nuit dans une « maison sylvestre » de la designer Matali Crasset, sans électricité ni eau courante. Un moment hors du commun en plein cœur de la forêt. 

    Vent des Forêts
    Espace Rural d’Art Contemporain – Mairie,
    Mairie 21 rue des Tassons, Fresnes-au-Mont.
    Accès gratuit, conseillé de mars à septembre. 
    Nuit en cabane à partir de 85€ pour 4.
    Site Web de 
    Vent des Forêts.

     

    Midi | Déjeuner au Château des Monthairons

    Sur la route qui mène de Verdun vers la forêt d’Argonne, cette hostellerie 4 étoiles sis dans une demeure néo-renaissance avec ses clochetons, ses tourelles et 14 hectares de parc, est également une étape gastronomique. Le chef Benoît Thouvenin, fils des propriétaires fondateurs, offre le meilleurs de la Meuse dans une cuisine classique — queues de langoustines rôties ; filet de canette, mirabelles et son verjus ; pigeonneau de Malaumont cuit rosé ; parfait glacé à la dragée de Verdun — saupoudrée d’inventivité. Côté vin, la vallée de la Meuse est à l’honneur, tout comme les régions voisines de la Champagne, de la Lorraine et de l’Alsace. 

    Hostellerie du Château des Monthairons
    26 route de Verdun, Les Monthairons,
    Site Web de l’
    Hostellerie du Château des Monthairons.

      Bar-le-Duc garde les traces de son riche passé dans une architecture datant de la Renaissance, magnifiquement conservée.

      Après-midi | Découvrir le patrimoine Renaissance de Bar-le-Duc

      Capitale du puissant duché de Bar longtemps indépendant, Bar-le-Duc garde les traces de son riche passé dans une architecture datant de la Renaissance, magnifiquement conservée. C’est notamment dans la ville haute, sur la place Saint-Pierre et dans la rue des Duc de Bar que se trouvent des hôtels particuliers avec des façades sculptées, pilastres et gargouilles, témoins de la fortune des propriétaires de l’époque. Dans l’église Saint-Etienne, gothique avec des détails Renaissance, on admire les œuvres du sculpteur lorrain Ligier Richier, « Le Christ en croix avec les deux larrons » et « Le Transi », glaçant squelette qui brandit son cœur dans sa main gauche. Le Belvédère des Grangettes est un mirador sur la ville basse ou coulent l’Ornain et le Canal de la Marne au Rhin.

      • La Place Saint-Pierre et la cathédrale de Bar-le-Duc © Guillaume Ramon
        La Place Saint-Pierre et la cathédrale de Bar-le-Duc © Guillaume Ramon

       

      Bon à savoir ? À travers des descriptifs et des photos, l’application « Bar-le-Duc cité Renaissance » est la compagne idéale pour visiter Bar-le-Duc et le pays barrois en autonomie.

       

      Soir | Notre carnet d’adresses gourmandes pour dîner à Bar-le-Duc

      • La Meuse Gourmande : Derrière un portail sculpté en pierre se cache une cours verdoyante et une ancienne maison de chanoines du XVIIIe siècle, aujourd’hui restaurant offrant une vue dégagée sur la ville basse. Ambiance calme et intimiste, menu simple où les souvenirs de voyage de Franck Damien, le chef, se mêlent aux traditions meusiennes. 
        1 Rue François de Guise, Bar-le-Duc. Site Web de La Meuse Gourmande.
         
      • Le Grill de la Tour : à quelques mètres de la Tour de l’Horloge, l’un des derniers restes des fortifications médiévales de Bar-le-Duc, on a immédiatement envie de pénétrer dans cette vieille maison de guingois. Le Grill de la Tour accueille ses hôtes dans deux salles en pierre de taille et poutres apparentes où brule sans cesse une cheminée, et sur la terrasse aux beaux jours. Andouillette, faux-filet, côte de bœuf… le tout au feu de bois bien sûr.
        15 rue du Baile, Bar-le-Duc. Site Web du Grill de la Tour.
      Pratique

      Plus d'informations sur le site officiel de l'office de tourisme de La Meuse ! et de Bar-le-Duc Sud Meuse.

      Nous recommandons aussi