Vous êtes ici

Pierre Gunther, Le mardi 23 juin 2020
Grand angle

Route des vins de Châteauneuf-du-Pape à la Provence : les meilleurs hôtels et adresses

De Châteauneuf-du-Pape à la Route des vins de Provence, suivez notre itinéraire pour un road trip dans les vignobles. Pendant trois jours, découvrez les meilleurs hôtels, domaines, restaurants et sites à visiter dans la région, le temps d'un week-end épicurien.
  • Les vignes du Château de Beaucastel, propriété emblématique de l'appelation Châteaunef-du-Pape © Philippe Martineau
    Les vignes du Château de Beaucastel, propriété emblématique de l'appelation Châteaunef-du-Pape © Philippe Martineau
  • Le Prieuré, une adresse 5-étoiles à Avignon © Baumanière
    Le Prieuré, une adresse 5-étoiles à Avignon © Baumanière
  • Le vignoble du Château Romanin, sur les pentes des Alpilles © Lionel Moulet
    Le vignoble du Château Romanin, sur les pentes des Alpilles © Lionel Moulet
  • Baumanière : l'adresse mythique des Baux-de-Provence et son restaurant 3-étoiles, l'Oustau de Baumanière © L.Parrault
    Baumanière : l'adresse mythique des Baux-de-Provence et son restaurant 3-étoiles, l'Oustau de Baumanière © L.Parrault
  • Le Domaine de Trévallon sur le versant nord des Alpilles © Domaine de Trévallon
    Le Domaine de Trévallon sur le versant nord des Alpilles © Domaine de Trévallon
L’itinéraire débute par la route des vins de Châteauneuf-du-Pape, vignoble historique reconnu pour la qualité de sa production.

 

Deux hôtels sur les routes des vins de Châteauneuf-du-Pape et de Provence. Deux lieux mythiques, représentatifs de l’art de vivre à la française. Deux des meilleurs restaurants de Provence, l’Oustau de Baumanière aux Baux-de-Provence, récompensé d’une troisième étoile au Guide Michelin en 2020 et la table du Prieuré, à Avignon, portée par le talentueux chef étoilé Marc Fontanne. Deux vignobles des plus réputés d’où provient entre autres le nectar élu « meilleur vin du monde » par les critiques américains, mais aussi des pépites issues de vignerons engagés dans des pratiques d’agriculture raisonnée et durable. Cet itinéraire gourmand est passionnant à réaliser à plus d’un titre. Bon road trip !

 

Ce qu'il faut savoir avant de partir

L’itinéraire débute par la route des vins de Châteauneuf-du-Pape, vignoble historique reconnu pour la qualité de sa production. De nos jours, 3,200 hectares de vignes portent l’appellation et produisent 94% de vins rouges. Châteauneuf-du-Pape est également un terroir caractérisé par sa faible pluviométrie, un puissant mistral qui assainit les vignes, un magnifique ensoleillement et le travail d’hommes et de femmes passionnés par leur métier.

C’est ensuite l’appellation AOC Baux-de-Provence et le début de la route des vins de Provence que nous rejoindrons par les routes sinueuses des Alpilles. Au milieu de roches escarpées ou dans la plaine des Baux, certains des meilleurs vins de France sont à découvrir le long des routes de Provence.

 

Châteauneuf-du-Pape : faire la tournée des domaines | Vendredi, 1ère étape

La route des vins de Châteauneuf-du-Pape débute entre Orange et Avignon. Ces deux villes sont accessibles en TGV depuis Paris (3h25 pour Orange ou 2h40 pour Avignon). De là, nous vous conseillons de louer une voiture pour parcourir notre itinéraire en toute autonomie.
 

11h – Le Château de Beaucastel, propriété emblématique de Châteauneuf-du-Pape

À 12 minutes en voiture d’Orange et 30 min d’Avignon, le Château de Beaucastel est l’une des figures de proue de l’appellation Châteauneuf-du-Pape. Cultivé par la famille Perrin depuis trois générations, c’est l’un des trois seuls domaines de la région à vinifier les treize cépages de l’appellation. Pionniers de l’agriculture biologique, pratiquée dès 1950, et de la biodynamie, Jean-Pierre et François Perrin sont attentifs à préserver l’écosystème des vignes avec passion et à laisser la terre, les animaux et les astres transmettre le meilleur d’eux-mêmes au raisin.

Vous pouvez vous promener parmi les 100 hectares de vigne, vendangées chaque année à la main. C’est le meilleur de chaque parcelle que l’on retrouve dans les vins de la famille Perrin, une combinaison exceptionnelle de puissance, de structure, d’élégance et de fraîcheur. Une gamme cohérente et de très beaux millésimes à la clé.

  • Le chai du Château de Beaucastel © Philippe Martineau
    Le chai du Château de Beaucastel © Philippe Martineau


 

Château de Beaucastel
Visites sur rendez-vous uniquement.
Du lundi au jeudi : 9h – 12h / 14h – 18h (17h le vendredi)

Chemin de Beaucastel, 84350 Courthezon
Tél. : +33 (0) 4 90 70 41 15
Email :
contact@beaucastel.com
Site Web du Château de Beaucastel

On ne peut rêver de vin plus représentatif des Châteauneuf-du-Pape que la cuvée annuelle du Clos des Papes.

 

13h – Déjeuner à La Mère Germaine

Fondée en 1922 par Germaine Vion, ex cuisinière à l'Élysée, cette institution de Châteauneuf-du-Pape a rouvert ses portes en juin 2020, reprise par un couple d’amoureux de la région, Monsieur et Madame Strasser.

En cuisine, Camille Lacome, 30 ans, compose une cuisine très personnelle, basée sur des produits coup de cœur comme le pigeon de la Lance du producteur Stéphane Durand, le cochon du Ventoux ou un onglet de bœuf fumé et cuit brûlé au chalumeau dont le chef s’est fait une spécialité. Le tout sera bien entendu arrosé d’un Châteauneuf-du-Pape rouge du Domaine la Millière, propriété des Strasser. Pour le dessert, c’est du côté de la tradition que se tourne Agathe Ricou, 28 ans, avec les millefeuilles, Paris-Brest ou déclinaisons de fruits exécutées avec la précision et le brio d’une pâtissière passée par de très grandes maisons (Le Clarence aux côtés de Christophe Pelé ou la Tour d’Argent de Philippe Labbé). Son compagnon n’est pas en reste, ayant également aiguisé ses lames à la Tour auprès de Philippe Labbé et dans le deux étoiles Michelin, Le Neuvième Art à Lyon.

  • En attendant son ouverture le 18 juillet 2020, la Mère Germaine nous chatouille le palais avec d’alléchantes photographies © DR
    En attendant son ouverture le 18 juillet 2020, la Mère Germaine nous chatouille le palais avec d’alléchantes photographies © DR

 

La Mère Germaine
3 rue de Commandant Lemaîutre,
84230 Châteauneuf-du-Pape
Tél : +33 (0)4 90 22 78 34

 

15h – Le Clos des Papes, élu « meilleur vin du monde », dernière étape de la route des vins de Châteauneuf-du-Pape

À cinq minutes à pied du restaurant, vous trouverez un domaine à ne manquer sous aucun prétexte. Le Clos des Papes, l’un des plus anciens de l’appellation, est dirigé par la famille Avril depuis sa création, promesse d’une qualité constante et d’une tradition maintenue. Paul Avril est désormais aux commandes du domaine, alors que son grand-père a œuvré à la naissance de l’appellation. Contrairement aux deux châteaux précédents, ici, on ne produit qu’une seule cuvée, en rouge comme en blanc, qui se maintient année après année comme l’un des meilleurs Châteauneuf-du-Pape. La cuvée 2005 a même été nommée « meilleur vin du monde » par The Wine Spectactor, le magazine américain de référence du vin et sa culture.

On ne peut rêver de vin plus représentatif des Châteauneuf-du-Pape que la cuvée annuelle du Clos des Papes. Les vignes de 32 hectares se répartissent en 24 parcelles aux sols et microclimats très différents, certaines tournées vers la puissance, d’autres vers la finesse. Le vin, estampillé bio, est donc l’expression de l’ensemble du domaine. Riche et profond, il exprime l’ensemble des facettes de l’appellation. Une belle conclusion à cette journée consacrée à Châteauneuf-du-Pape.

  • Le Clos des Papes © DR
  • Paul Avril, dont le père a participé à la naissance de l'appellation © Jean-Paul Pelissier / Reuters

 

Le Clos des Papes
13, avenue Pierre de Luxembourg, 
84230 Châteauneuf-du-Pape,
Tél. : +33 (0)4 90 83 70 13
Site Web du
Clos des Papes.

 

Mais aussi ?

Le Château de Vaudieu : à seulement dix minutes en voiture de Beaucastel, Vaudieu est sans doute le château le plus majestueux de Châteauneuf-du-Pape. Le bâtiment historique, édifié en 1767, domine un domaine de 70 hectares séparé en 32 parcelles de vignes amoureusement cultivées par Laurent Brechet et sa famille. Chaque parcelle occupe un terroir particulier, dont les raisins sont vinifiés et élevés séparément jusqu’à l’assemblage. Laurent Brechet ne conserve que les plus belles grappes pour la cuverie, gage de qualité et de cuvées prestigieuses comme « Val de Dieu » et « Clos du Belvédère ».

Lors de la dégustation, vous en apprendrez plus sur les assemblages du Château, dominés par le grenache. La cuvée « Amiral G. », composée à 100% de grenache noir, rend hommage au fondateur du château, l’Amiral de Gérin. Ce cépage racé porte la signature des vins de Châteauneuf-du-Pape. Les autres cépages, eux, construisent en bouche un relief aromatique complexe.

Château de Vaudieu
501 Route de Courthézon, 84230 Châteauneuf-du-Pape
Tél. : +33 (0) 4 90 83 70 31

Site Web du Château de Vaudieu.

 

Le Domaine Saint-Préfert d’Isabel Ferrando : encore un peu de temps ? N’hésitez alors surtout pas à faire un crochet par le Domaine Saint-Préfert, une propriété qui monte et dont les vins s’affichent désormais à la carte des meilleurs restaurants étoilés. Le terroir de Saint-Préfert se trouve sur le versant sud du village de Châteauneuf-du-Pape, très solaire, drainé et chaud. Quelques-unes des parcelles du domaine sont situées juste en dehors de l’appellation, séparées par un simple chemin de terre, et produisent le Clos Beatus Ille. Ce vin rouge 85% grenache, 15% cinsault est vendu sous l’appellation Côtes-du-Rhône mais c’est un vrai petit Châteauneuf déclassé en bouche !

Domaine Saint-Préfert
425, chemin Saint-Préfert, 84 230 Châteauneuf-du-Pape
Tél : +33 (0) 4 90 83 75 03
Site Web du
Domaine de Saint-Préfert.

 

18h – Arriver à Avignon et poser ses valises au Prieuré Baumanière

HÔTEL PARTENAIRE, TESTÉ ET APPROUVÉ PAR LA RÉDACTION

Les ruelles de Villeneuve-lès-Avignon, pittoresque village médiéval face à la Cité des Papes de l’autre côté du Rhône, cachent un jardin soigné et apaisant, entourant l’hôtel Le Prieuré Baumanière, 5-étoiles et Relais & Châteaux. Sans aucun doute, l’un des plus beaux hôtels d’Avignon, idéal pour profiter de la cité papale sans subir les nuisances du centre-ville et du tourisme de masse. Les trois bâtisses de cet ancien couvent abritent un véritable havre de paix, avec un jardin de curé, des treilles de glycine centenaires, une superbe piscine extérieure, et une multitude de recoins où se reposer en toute quiétude. Dans les chambres et les suites, la décoration contemporaine se marie au patrimoine et exprime véritablement la définition de l’art de vivre à la française.

Dehors, on a l’impression de se trouver à la campagne avec la vigne vierge escaladant les façades et les volets verts.

Mais Le Prieuré Baumanière est également l’un des meilleurs restaurants de la région, distingué d’un macaron Michelin depuis 2010. Le jeune chef Marc Fontanne, qui a grandi dans une famille d’agriculteurs, a reçu en héritage le goût des produits frais et de qualité. Dans la salle ornée d’une cheminée d’époque ou sur la terrasse du restaurant, le chef met en avant les valeurs de Baumanière, une cuisine de goût, ensoleillée, s’appuyant sur des producteurs locaux. Six jardinières alimentent en herbes fraîches la table de Marc Fontanne. Un prélude naturaliste à un repas célèbrant les beaux produits de terroir tels que le pigeon ou le rouget poêlé et écailles croustillantes, fenouil braisé aux olives et jus d'arête lié au foie. À noter, le « Menu du jardin », 100% végétal, et réalisé à partir de légumes provençaux.
 

Le Prieuré Baumanière
À partir de 190€ la nuit.
Menu dégustation au tarif de 98€ hors boissons.


7 Place du Chapitre, 30400 Villeneuve-lès-Avignon
Tél : +33 (0)4 90 15 90 15
Site Web du
Prieuré

Préparer votre voyage ? Organisez votre  séjour dans des destinations exceptionnelles  en toute sérénité avec notre agence partenaire Eluxtravel et bénéficiez de services ultra premium :

  • La table du Prieuré en été © Johan Meallier
  • Le chef Marc Fontanne du Prieuré à Avignon © Le Prieuré

 

Impossible de ne pas faire étape à l’Oustau de Baumanière, table provençale légendaire.

 

Avignon & Les Baux-de-Provence | Samedi, 2e étape

10h – Admirer la vue sur Avignon depuis le Fort Saint-André

Après un copieux petit déjeuner au Prieuré, prenez un peu de hauteur en vous promenant jusqu’au Fort Saint-André, qui domine Avignon et la vallée du Rhône. À seulement dix minutes de marche, ce château du XIVe siècle juché en haut d’une colline, offre depuis ses deux tours jumelles une vue panoramique sur le Palais des Papes, le mont Ventoux et les Alpilles. Il accueill également e des expositions de dessin et d’art contemporain. Vous pouvez continuer notre itinéraire par une visite d’Avignon ou prendre le volant pour profiter d’une après-midi de détente à Baumanière, l’un des plus beaux hôtels de France.

 

12h – Visiter la Cité des Papes

Le Palais des Papes étant parfois fort encombré de touristes, nous vous conseillons vivement de le visiter entre midi et deux, à l'heure de la pause déjeuner. De votre côté, vous pourrez acheter une légère collation à emporter pour supporter les prochaines étapes de votre programme gourmand. Comptez 1h30 à 3h de visite pour le Palais en lui-même et poursuivez par une balade dans les ruelles de la cité papale. Le Pont d’Avignon vaut évidemment aussi un détour, à cinq minutes du Palais.

Bon à savoir ? Réservez en ligne vos billets à l’avance pour éviter l’attente.

  • Le Palais des Papes à Avignon © proslgn - stock.adobe.co
    Le fameux Pont d'Avignon et Palais des Papes en arrière-plan © proslgn - stock.adobe.co

 

 

17h – Faire son check-in à Baumanière, hôtel légendaire des Baux-de-Provence

HÔTEL PARTENAIRE, TESTÉ ET APPROUVÉ PAR LA RÉDACTION

Depuis Avignon, plongez plein sud pour arriver sur les contreforts de la chaîne des Alpilles. Comptez 40 minutes pour rejoindre l’un des plus beaux villages de France, les Baux-de-Provence, et le mythique hôtel Baumanière. Membre historique Relais et Châteaux et adresse 5-étoiles, Baumanière est l’endroit idéal pour profiter d’une après-midi de farniente en pleine nature. Le magnifique jardin de 20 hectares et les trois grandes piscines extérieures offrent de nombreux coins tranquilles. Vous pouvez également réserver un soin au spa. Lieu intime de 500 m², il donne sur un patio arboré et un jardin aromatique.

Côté chambres, si l’envie d’une sieste vous prend, l’hébergement compte une villa privatisable, la Guigou, un mas du XVIIe siècle, un manoir du XVIIIe siècle et deux mas Provençaux. Chaque chambre est unique, décorée avec élégance par Geneviève Charial. Certaines disposent d’une grande terrasse surplombant le parc, d’où admirer les reliefs escarpés et sauvages des Alpilles. L’incarnation d’un luxe très français, entre tradition et modernité.

  • Baumanière, sous les pitons rocheux des Baux de Provence © L. Parrault
    Baumanière, sous les pitons rocheux des Baux de Provence © L. Parrault

 

Le conseil en plus ? Profiter de la fin d’après-midi pour visiter le village des Baux-de-Provence, l’un des plus pittoresques de France, où assister au spectacle des Carrières de Lumière tous les jours entre 9h30 et 19h entre avril et octobre (ouvert de 10h-18h tous les jours le reste de l’année).

 

20h – Dîner à l’Oustau de Baumanière, « trois-étoiles » de légende

Si les nourritures terrestres sont le thème de ce séjour en Provence, impossible de ne pas faire étape au mythique restaurant de l’Oustau de Baumanière, ouvert en 1945 et unique 3 étoiles Michelin de l’arrière-pays provençal. Cette table pointue propose une cuisine moderne et inspirée faisant la part belle aux créations du chef Glenn Viel, ainsi qu’une carte de spécialités historiques qui ont fait la réputation des lieux. À signaler, un délicieux menu dégustation 100% légumes dont la plupart proviennent du potager bio de Baumanière.

Dès le dîner, vous pouvez commencer votre découverte des vins de Provence en demandant à goûter « L’Affectif », la cuvée de Jean-André Charial. Le propriétaire de Baumanière, également vigneron passionné, applique à ses vignes la même philosophie de respect de l’environnement qu’en cuisine. Il participe, dans les années 1980, à la création du Château Romanin, pionnier de la biodynamie (lire plus bas à ce sujet) avant de se tourner vers l’AOC « Baux-de-Provence » qu’il ambitionne de faire devenir la première appellation viticole totalement biologique de France. Sur les treize vignerons que compte l’appellation, seuls douze s’accordent et le projet tombe malheureusement à l’eau. Écarté de Romanin suite au décès du propriétaire, Jean-André Charial exprime aujourd’hui sa passion pour le vin avec le Domaine de Lauzière où il crée en 2001 les cuvées « L’Affectif » rouges et rosées, en biodynamie, sous l’AOC « Baux-de-Provence ». Dans le verre, les vieilles vignes de grenache, de syrah et de mourvèdre expriment des arômes de mûre, pruneau, sureau et de fruits noirs qui se marient à la perfection à la cuisine de l’Oustau.

  • Oustau de Baumanière - en cuisine © DR
  • La tonnelle qui mène à l'Oustau © Jean-Pierre Gabriel

 

La terrasse de La Cabro d’Or est sans doute le plus bel endroit des Alpilles pour un déjeuner en terrasse.

 

Sur la route des vins de Provence | Dimanche, 3e étape

10h – S'arrêter au Château Romanin, pionnier de la biodynamie en Provence

Après un bon petit déjeuner, il est temps de se lancer sur la routes des vins de Provence et découvrir la diversité du terroir des Alpilles. À 18 km de Baumanière se trouve le Château Romanin, sur le versant nord du massif, entre Saint-Rémy-de-Provence et Eygalières. Fondé par Jean-André Charial et Pierre Peyraud en 1987, le domaine a été l’un des premiers à fonctionner en biodynamie. Sa cave creusée à même la falaise est un bijou d’architecture, une cathédrale de pierre avec croisées d’ogives et colonnes dont l’emplacement tient compte de la ronde des astres, des solstices d’été et d’hiver et du magnétisme terrestre. Revendu à la famille bordelaise Charmolüe en 2006, le domaine produit des vins rouges, blancs et rosés certifiés Biodyvin ou Demeter.

La star du Château est Le Cœur de Romanin, un vin rouge dont l’encépagement varié (syrah, mourvèdre, cabernet Sauvignon et grenache) donne une belle palette aromatique, autant au nez (chocolat noir, café, cuir, cerise et fruits noir) qu’en bouche où le vieillissement en fût et foudre de chêne apporte richesse et complexité. Pour résumer, une dégustation immanquable, autant pour les yeux que le palais.

  • Romanin - vignoble © Château Romanin DR
  • Romanin - chais © Château Romanin DR

 


Château Romanin
Dégustation du lundi au samedi, de 10h à 13h et de 15h à 18h.
Visite guidée de la cave uniquement sur réservation.

Route de Cavaillon, 13210 Saint-Rémy-de-Provence
E-mail : accueil@chateauromanin.fr
Tél : +33 (0)4 90 92 69 57

 

13h – Déjeuner en terrasse à La Cabro d’Or

Retour à Baumanière. La terrasse de La Cabro d’Or, second restaurant du domaine, est sans doute le plus bel endroit des Alpilles pour déjeuner en terrasse. Rafraîchi par les tranquilles clapotis des fontaines, la vigne vierge et la douce odeur des mûriers, la vue sur les éperons rocheux des Baux est inégalable.

Découvrez la cuisine régionale de terroir de Michel Hulin, qui met à l'honneur légumes de saison et produits locaux. L’hiver, la truffe noire de Provence est à l’honneur, dans une fine pâte à beignet avec topinambour au crémeux de truffe noire. Le taureau se décline ici en carpaccio (on l’a dégusté et il est divin !) ou dans le plat « signature » du chef, la pièce noire de taureau bio de Maussane maturée puis cuisinée au sautoir. Et comme la Méditerranée n’est qu’à quelques dizaines de kilomètres, vous pouvez également vous laisser tenter par le dos de loup rôti en croûte de riz noir Vénéré, racine braisée aux parfums d'agrumes, sabayon léger comme une « maltaise »…

  • La Cabro d'Or - Cuisine © DR
  • La Cabro d'Or - Jardin biologique © BR

 

 

15h – Le Domaine de Trévallon

Domaine viticole français incontournable, mondialement célèbre, le Domaine de Trévallon est une étape obligatoire sur la route des vins de Provence. À 8 km de Baumanière, il se rejoint en 15 min par l’étroite départementale D27 serpentant entre les pins d’Alep et les chênes liège. Le domaine est une histoire de famille. Les parents de l’actuel propriétaire, Éloi Dürrbach, s'installent dans les Alpilles dans les années 1950. La mère, qui tissait pour Picasso, participe à la confection de la tapisserie Guernica. Sa vente permet au couple d’acheter la garrigue, futur terrain du domaine de Trévallon. 17 hectares de vigne sont alors plantés, exposés au nord, et exploités dès le début en agriculture biologique. C’est dans les années 1980 que Trévallon commence à faire parler de lui alors que l’Oustau de Baumanière le propose à la carte.

Anecdote notoire, au moment de la création de l'AOC Baux-de-Provence en 1993, le domaine utilise alors une trop grande proportion de cabernet sauvignon dans ses assemblages, ce qui lui vaut d'être déclassé en « Vin de Pays » ! Il devient un « simple » IGP Alpilles et accède au statut de mythe. Vinifié en grappes entière, les vins sont élevés jusqu’à deux ans en foudre et acquièrent des arômes d’épices, de garrigue et de truffe noire. C’est le « Pétrus de Provence » !

Le conseil en plus ? S'y prendre tôt pour réserver sa visite du domaine, car il n’est ouvert qu'en semaine du 29 juillet au 14 octobre, pour des groupes de quatre personnes maximum ! N’hésitez pas à demander à l’avance au concierge de Baumanière un coup de pouce pour réserver la visite de Trévallon si vous séjournez à l’hôtel.

  • Domaine de Trevallon - étiquette © René Dürrbach
  • Domaine de Trevallon © Hervé Hôte

 


 

Domaine de Trévallon
67 avenue Notre-Dame du Château, 13103 Saint-Étienne-du-Grès.
Tél : +33 (0)4 90 49 06 00
Site Web du
Domaine de Trévallon.

 

Mais aussi, sur la Route des vins de Provence :

Le Mas de la Dame : quand l'AOC Les Baux-de-Provence naît en 1995, il n'en faut pas plus aux deux sœurs Anne Poniatowski et Caroline Missoffe pour se décider à reprendre le domaine fondé par leur arrière grand-père. Les 57 hectares de vigne, d'un seul tenant et exposés sud, sont certifiés bio par Ecocert et produisent une gamme très diversifiée de vins, du blanc en IGP Alpilles ou Baux-de-Provence avec macération comme la cuvée La Stèle aux rouges complexes assemblés en grenache, syrah, cabernet-sauvignon et mourvèdre.

Bon à savoir ? Cité par Nostradamus dans l'une de ses prédictions ou immortalisé par Van Gogh dans l'une de ses œuvres, ce mas provençal typique, aux origines séculaires, est une adresse légendaire des Alpilles.

Chemin Départemental 5,
13520 Les Baux de Provence
Tél. : +33 4 90 54 32 24
Site web du
Mas de la Dame.

 

Le Domaine Hauvette : si vous avez le temps nécessaire, ce domaine vaut également un détour. Il compte parmi les meilleurs vins biologiques français qu’on retrouve sur de nombreuses tables étoilées et c’est aussi l’un des stars de l’appellation.

Quartier Haute Galine
2946 Ancienne Voie Aurelia, 13210 Saint-Rémy-de-Provence
Tél : +33 (0)4 90 92 03 90