Vous êtes ici

Adine Fichot-Marion, Le samedi 07 août 2021
En partenariat avec Baumanière Les Baux de Provence.
Sponsorisé

Où partir en week-end en novembre ? Suggestion d’escapade dans les Alpilles

On profite de la Provence et de sa météo clémente pour un week-end dans les Alpilles, à la découverte des Baux-de-Provence hors saison, des vignes, musées et de Baumanière, hôtel légendaire de la région et table 3-étoiles Michelin.
  • Baumanière, l'hôtel mythique des Baux-de-Provence et des Alpilles © DR
    Baumanière, l'hôtel mythique des Baux-de-Provence et des Alpilles © DR
  • La chambre 60 à Baumanière, infusée d'esprit provençal contemporain © Johan Meallier
    La chambre 60 à Baumanière, infusée d'esprit provençal contemporain © Johan Meallier
  • Paysage des Alpilles © Thibaut Marquis
    Paysage des Alpilles © Thibaut Marquis
  • La vue sur les vignes et les oliviers depuis le château des Baux-de-Provence © Jaakko Kemppainen
    La vue sur les vignes et les oliviers depuis le château des Baux-de-Provence © Jaakko Kemppainen
  • Les vignes du Château Romanin © DR
    Les vignes du Château Romanin © DR

Pour un week-end en novembre placé sous le signe de la détente, la Provence recèle mille et une occasions de découvertes variées en bénéficiant d’une météo encore agréable : les marchés de Gordes et de Saint-Rémy, l’Isle-sur-la-Sorgue, patrie des antiquaires, les Baux-de-Provence et les carrières de Lumière, l’abbaye de Sénanque, Avignon et le Palais des Papes… Sans oublier les vignobles de Châteauneuf-du-Pape, Vacqueyras, Gigondas… L’occasion aussi de (re)découvrir l’un des hôtels les plus emblématiques de France et de se régaler dans un restaurant triplement étoilé.

 

Où partir en weekend en novembre ? Aux Baux-de-Provence dans les Alpilles
 

À tout seigneur, tout honneur ! Pour un séjour vraiment hors du commun lors d’un weekend en novembre on établit ses pénates à Baumanière, le plus ancien membre de la collection Relais & Châteaux. Posé au pied des Baux-de-Provence, ce cinq-étoiles a vu défiler, depuis les années 1950, dans ses jardins provençaux tout le gotha : de la reine Élisabeth II au général De Gaulle en passant par Picasso, Hugh Grant ou Johnny Depp… À partir d’un vieux moulin délabré acquis en 1943 son créateur, Raymond Thuilier, a imaginé l’une des adresses mythiques de Provence. Il a conservé pendant plus de 30 ans les fameuses trois-étoiles Michelin. Aujourd’hui Jean-André Charial, l’aîné des trois petits-fils de Raymond Thuilier dirige Baumanière avec son épouse Geneviève, mettant en avant une tradition d’excellence jamais démentie. On y va pour découvrir la région, et, pourquoi pas, faire de grandes balades à vélo mais électrique, massif des Alpilles oblige. 

  • Baumanière © L. Parrault
    Baumanière © L. Parrault


L’hôtel offre 53 chambres et suites à l’élégance sans faille, réparties entre 5 bâtiments : l’Oustau, la bâtisse historique, la Guigou, idéale pour les familles nombreuses qui privatisent le mas et se l’approprient telle une maison de famille, le Manoir, une bastide du XVIIIe siècle dont la plupart des chambres ouvrent sur un jardin privatif ou sur une terrasse. Bon à savoir : la chambre 17 du Manoir est la plus grande du domaine avec une superficie de 75 m2 : hauts plafonds, poutres apparentes, points de vue sur les jardins de Baumanière et sur les rochers du village des Baux-de-Provence, on y trouve aussi bien des meubles et tableaux anciens que des créations signées Ingo Maurer, Paula Navone, Castellani & Smith… Le mas Flora et le mas Carita viennent compléter l’offre d’hébergement du lieu. Les trois piscines et le spa, affichant les marques Une Olive en Provence et Sisley, fort de cinq cents mètres carrés ouverts sur les jardins, de six cabines, d’un hammam… font de cet hôtel en Provence un lieu idyllique ! 

    • Baumanière — piscine © Matthieu Cellard
    • Baumanière — terrasse de l'Oustau © DR

     

    À l’Oustau de Baumanière, qui a retrouvé sa troisième étoile en 2020, on découvre le génie créatif de Glenn Viel.

    Ce qui fait la différence ? La table, bien sûr ! L’un des meilleurs restaurants de France : à l’Oustau de Baumanière, qui a retrouvé sa troisième étoile en 2020, on découvre le génie créatif de Glenn Viel. Le Breton régale ses hôtes de plats alliant tradition et créativité, parmi ses trouvailles, on citera ses « cailloux d’assaisonnement », des sortes de cubes à râper qui sont des concentrés de langoustines, champignons, légumes…, il extrait aussi le carotène des carottes pour les en saupoudrer et « exhauster » leur saveur. Sans oublier les procès de cuisson par inertie comme celle du foie gras inséré dans un céleri brulant, qui cuit ainsi. Bref ce chef engagé et passionné a mis au point quelques inventions géniales à découvrir d’urgence.

    • La salle de l’Oustau de Baumanière © G. Voinot
      La salle de l’Oustau de Baumanière © G. Voinot


    Sans oublier Brandon Dehan, le chef pâtissier de Baumanière élu Pâtissier de l’année 2020, un titre décerné par ses pairs dans le cadre des trophées du magazine Le Chef. On vote une mention très bien au menu « Tout légume » imaginé il y a plus de trente ans par Jean-André Charial en vrai précurseur de la tendance actuelle. Au deuxième restaurant, La Cabro d’Or, l’une des plus belles terrasses des Alpilles, dirigé depuis 2001 par le chef Michel Hulin, la cuisine se veut provençale et raffinée : noix de Saint-Jacques rôties, dos de loup à la plancha, selle d’agneau rôtie aux agrumes confits... 

    Baumanière Les Baux de Provence
    D27, Mas de Baumanière
    13520 Les Baux-de-Provence, France
    Tél : +33 (0)4 90 54 33 07 | Site Web de
    Baumanière

    • Oustau de Baumanière — entrée © DR
    • Oustau de Baumanière — chef Glenn Viel © DR

     

    Les Baux-de-Provence, l’un des plus beaux villages de France à visiter en novembre
     

    Perché sur un éperon rocheux, ce village chargé d’histoire possède un patrimoine architectural incroyable. Sa citadelle domine des sites naturels d’une extraordinaire beauté. Ne pas manquer le Château des Baux, une imposante forteresse datant du XIIIe siècle ou, dans un autre genre, le Musée Yves Brayer qui rassemble une centaine d’huiles, d’aquarelles et de dessins donnant un panorama général de l’œuvre de l’artiste. Le Musée des santons rassemble un nombre important de pièces de diverses collections. Point d’orgue d’une visite aux Baux : les fameuses Carrières de Lumières !

    • Les Baux-de-Provence © Jaakko Kemppainen
      Les Baux-de-Provence © Jaakko Kemppainen


    Leur cadre exceptionnel, fait d’immenses murailles rocheuses, est le lieu sur mesure pour ces projections qui plongent le spectateur dans un monde un rien fantastique. La singularité de cet espace a toujours stimulé la créativité des artistes : Gounod y créa son opéra Mireille et Jean Cocteau vint y tourner Le Testament d’Orphée en 1959. La transformation des carrières est confirmée en 1977 avec la création d’un nouveau projet, destiné à mettre en valeur l’espace. Elles sont alors baptisées « Carrières de Lumières ». La première exposition Gauguin, Van Gogh, sera suivie de Monet, Renoir… Chagall en 2013, Michel-Ange, Léonard de Vinci, Raphaël en 2015… Picasso en 2018, Dali en 2020… On s’y passionne, jusqu’au 2 janvier 2022, pour Cézanne, le maître de la Provence et Kandinsky, l’odyssée de l’abstrait.

    Un weekend de novembre, il fait encore beau et une balade dans les environs des Baux incite à filer visiter quelques domaines viticoles comme le domaine de Lauzières. Niché au creux d’un vallon préservé des Alpilles, au sud-est de la vallée des Baux-de-Provence, ce dernier s’étend sur 30 hectares de vignes, 25 hectares d’oliveraie et 16 de garrigue. Christophe Pillon, le propriétaire-récoltant, fournit une double collection d’huiles et de vins respectueux des méthodes naturelles.

      • Exposition immersive Renaissance aux Carrières des Lumières © Culturespaces - E. Venturelli
      • Saint-Rémy-de-Provence © Gerti Guizi

       

      On ne saurait faire l’impasse sur le château Romanin, l’un des plus réputés de l’appellation AOP Les Baux-de-Provence.

      Le Mas Sainte Berthe situé au pied du célèbre Château des Baux-de-Provence, s’étend sur 40 hectares de vignes. Classé en aire AOP Les Baux-de-Provence, le domaine produit des vins rouges, rosés et blancs. Depuis 35 ans le Mas Sainte Berthe s’est engagé dans une agriculture raisonnée de plus en plus respectueuse de l’environnement : suppression de la désinfection chimique des sols, vendange manuelle… En 2020, le domaine a démarré sa conversion en bio, une phase de transition qui permettra d’obtenir la certification dès le millésime 2023. Et, 8 hectares d’oliviers composés de 4 variétés locales complètent la culture de la vigne : 3 d’entre elles produisent l’huile d’olive AOP de la vallée des Baux-de-Provence et la tapenade du Mas, la quatrième la Picholine est idéale pour la dégustation. 

      Enfin on ne saurait faire l’impasse sur le Château Romanin, posé à quelques minutes de Saint-Rémy-de-Provence, l’un des plus réputés de l’appellation. Pionnier de la biodynamie depuis 1987, une orientation plutôt innovante à l’époque initiée par Jean-André Charial. À la suite du décès de son propriétaire, le domaine est vendu et M. Charial le quitte à regret ; il appartient depuis 2006 à la famille bordelaise Charmolüe. Quant au chai, véritable cathédrale souterraine, là aussi imaginé par Jean-André Charial, il mérite le détour. Aujourd’hui, c’est finalement au Domaine de Lauzières que le propriétaire de Baumanière se fait plaisir : une terre totalement isolée au milieu des Alpilles, cultivée 100% en bio et en biodynamie. Il y vinifie ses deux cuvées Affectif rouge et rosé. 

      • Le chais du Château Romanin © DR
        Le chai du Château Romanin © DR

       

      Carnets d’adresses aux Baux-de-Provence et dans les Alpilles

      • Musée Yves Brayer, Place François de Hérain, 13520 Les Baux-de-Provence

      • Musée des Santons, Place Louis Jou, 13520 Les Baux-de-Provence

      • La Cabro d’Or : Mas de Baumanière, 13520 Les Baux-de-Provence

      • Le Vallon De Valrugues & spa, 9 Chemin Canto Cigalo, Saint-Rémy-de-Provence

      • Moulin coopératif de Mouriès, 1 Chemin du Mas Neuf, 13890 Mouriès
        Une vraie caverne d’Ali baba pour les amateurs d’huiles de haut vol. Toutes les huiles proviennent du terroir de la Vallée des Baux-de-Provence. Les cinq variétés d’olives de la Vallée des Baux : la Salonenque, la Béruguette, la Verdale, la Grossane et la Picholine sont assemblées par Maître Moulinier. On y trouve aussi de la tapenade, du sel de Camargue, etc.

      Nous recommandons aussi