Vous êtes ici

David Ukaleq, Le vendredi 10 juin 2022
Hôtels du mois

AEON au Sud-Tyrol, une retraite ultra-contemporaine dans un décor idyllique

Perchée sur le plateau de Ritten, au milieu de fermes ancestrales, aux portes des Dolomites, AEON est une nouvelle adresse entre hôtel design et B&B de luxe dans la région italienne du Sud-Tyrol.
  • La piscine extérieure de l'hôtel au coucher de soleil © AEON /  Hannes Niederkofler
    La piscine extérieure de l'hôtel au coucher de soleil © AEON / Hannes Niederkofler
  • AEON | Tous les espaces de l'hôtel sont traversés par une ligne qui les séparent en un côté bleu et un côté blanc. © DB|YONDER.fr
    AEON | Tous les espaces de l'hôtel sont traversés par une ligne qui les séparent en un côté bleu et un côté blanc. © DB|YONDER.fr
  • Le lobby / salle de petit déjeuner au rez-de-chaussée s'ouvre sur l'extérieur.  ©  AEON / Hannes Niederkofler
    Le lobby / salle de petit déjeuner au rez-de-chaussée s'ouvre sur l'extérieur. © AEON / Hannes Niederkofler
  • À l'étage, l'espace wellness reprend les mêmes éléments de design © DB|YONDER.fr
    À l'étage, l'espace wellness reprend les mêmes éléments de design © DB|YONDER.fr
  • La piscine de l'hôtel, à laquelle on accède de l'intérieur. © AEON / Hannes Niederkofler
    La piscine de l'hôtel, à laquelle on accède de l'intérieur. © AEON / Hannes Niederkofler
En juillet 2021, après des années de conception mais seulement six mois de travaux, cet hôtel de 15 chambres ouvre enfin aux visiteurs.

Le pitch | Un hôtel design perché près des Dolomites

C'est sur le plateau de Ritten, situé quelque 900 m au-dessus de Bolzano, et à l'extrémité d'une petite route serpentant au milieu de la forêt qu'a ouvert AEON l'été dernier. Ce véritable ovni hôtelier, qui semble s'être posé presque par hasard dans la clairière où se situe déjà une ferme vieille de plus de cinq siècles, est en réalité, et de manière plus plausible, arrivé à l'invitation des propriétaires des lieux.

  • L’architecture est contemporaine mais le bois de la façade rappelle les fermes environnantes. © ÆON / Hannes Niederkofler

    L’architecture est contemporaine mais le bois de la façade rappelle les fermes environnantes. © AEON / Hannes Niederkofler

L'histoire commence au début des années 1970 quand les grand-parents de Max Ramoser, directeur de l'établissement, rachètent la ferme à un parent et y installent un restaurant. Une entreprise rendue possible par la construction d'une route qui désenclave ce lieu resté jusqu'alors très isolé. Des appartements de vacances suivront et, plus de quarante ans plus tard, la famille Ramoser répond au souhait de la commune de construire un nouvel hôtel sur le même site. Une condition principale : que la structure soit en bois, pour respecter le caractère des lieux. Mais Max Ramoser et ses parents ont en tête quelque chose de plus ambitieux que ce qui est prévu initialement. Ils font appel au prestigieux cabinet d'architecture NOA, basé à Bolzano et qui a déjà réalisé plusieurs hôtels: le Silena, l'hôtel Hubertus et sa spectaculaire infinity pool suspendue au-dessus du vide, ou encore le Grawand, hôtel d'altitude dans les Alpes de l'Ötztal. En juillet 2021, après des années de conception mais seulement six mois de travaux, cet hôtel de 15 chambres ouvre enfin aux visiteurs.

 
  • A gauche le bâtiment abritant les suites, à droite les parties communes. Un couloir à peine visible sur cette image relie les deux. © ÆON / Hannes Niederkofler
    À gauche le bâtiment abritant les suites, à droite les parties communes. Un couloir à peine visible sur cette image relie les deux. © AEON / Hannes Niederkofler
 

    Réservez cet hôtel gratuitement et immédiatement en ligne !

    L'imposante porte d'entrée, située sur la facade arrière du premier, est décorée du logo d'AEON, une version stylisée du blason de la famille Ramoser.

    AEONComment est l’hôtel ?

    Première surprise : les portes en métal massives qui s'ouvrent lentement pour laisser passer notre voiture, bien que l'hôtel ne soit pas dissimulé derrière une haute palissade mais se trouve au milieu des champs ! Le parking qui leur succède est lui aussi inhabituel : il prend la forme d'un impeccable tunnel traversant ce qui ressemble à une butte de terre recouverte d'herbe. Il fait ainsi disparaître les véhicules du paysage tout en les mettant à l'abri du soleil ou des intempéries.

    L'hôtel lui-même consiste en deux élégants bâtiments. L'imposante porte d'entrée, située sur la façade arrière du premier, est décorée du logo de l'hôtel — ÆON —, une version stylisée du blason de la famille Ramoser, accompagné de l'année — 1464 — à laquelle il remonte. En dépit de cette référence à un passé lointain, le décor qui nous attend de l'autre côté est, comme l'architecture, très contemporain, voire futuriste. Comme on va le voir, il se démarque toutefois des tendances actuelles par des choix originaux, comme celui de la moquette des couloirs, et plus généralement de la large utilisation de textiles qui contrastent avec la rigueur géométrique du bâtiment. 

     
    • Ambiance intime dans le lobby, qui sert également de salle de petit-déjeuner.  © ÆON
      Ambiance intime dans le lobby, qui sert également de salle de petit-déjeuner. © AEON

      Préparer votre voyage ? Organisez votre  séjour dans des destinations exceptionnelles  en toute sérénité avec notre agence partenaire Eluxtravel et bénéficiez de services ultra premium :

      Le design intérieur, également le travail du cabinet AOA, a une personnalité bien marquée.

      AEON | Comment sont les chambres ?

      Le vaste espace des 15 chambres et suites — pas moins de 35 et 60 m2 respectivement — n'est interrompu par aucune porte ni cloison, si ce n'est la salle de bain des suites, et les toilettes des chambres. Ce qui est parfois une astuce pour « gagner de la place » dans des chambres aux dimensions modestes correspond ici à un véritable parti pris esthétique et fonctionnel.

      Le design intérieur, également le travail du cabinet AOA, a une personnalité bien marquée. À commencer par cette ligne qui court sur toute la longueur des chambres et divise l'espace entre un côté beige et un côté bleu. D'où est venue cette idée ? Max Ramoser nous explique que ses parents étaient en faveur d'un design contemporain relativement classique et discret tandis qu'il souhaitait plus d'originalité. Le différend a été résolu en séparant les chambres en deux ! Sans le concours de designers talentueux, une idée à la genèse aussi fantaisiste aurait aisément pu aboutir à quelque chose de bancal et maladroit. Mais le résultat est particulièrement réussi. 

      • Le lit de jour, apparemment suspendu au plafond, est, comme le reste de la chambre divisé en un côté bleu et un côté blanc. © ÆON
        Le lit de jour, en apparence suspendu au plafond, est, comme le reste de la chambre, divisé en un côté bleu et un côté blanc © AEON
       

      C'est ainsi que le côté bleu accueille des éléments plus surprenants tels que l'épais tapis habillant le mur, qui donne à l'ensemble un accent presque rétro-futuriste. Ou encore le miroir convexe, dont l'usage ne manque pas d'ajouter un élément mystérieux et fascine toujours autant depuis qu'il s'est répandu dans les années 1400 : le fameux Mariage des époux Arnolfini de Jan van Eyck nous vient toujours à l'esprit.

      Si on n'a pas la curiosité de pousser les rideaux on ne remarquera ni les téléviseurs accrochés au mur, ni la fenêtre latérale (dans les chambres situées sur le côté de l'hôtel), pas plus que les vitres de la salle de bain. Pourtant la cohérence de la décoration est telle qu'on ne soupçonne même pas qu'ils puissent aussi avoir une fonction utilitaire. Ils contribuent certainement à l'impression de légèreté de l'ensemble, comme le lit de jour en apparence suspendu à des cordes ou cette étagère fixée au plafond qui ressemble à une table défiant la gravité. 
      • AEON | Une étagère qui ressemble à une table défiant la gravité, comme la lampe voisine. © DB |YONDER.fr
      • AEON | Pour se rendre à la piscine ou à l'espace wellness, des peignoirs qui reprennent les coloris de l'hôtel. © DB|YONDER.fr

       

      Les suites (ou chambres) du rez-de-chaussée raviront celles et ceux qui veulent profiter du grand air en toute intimité, avec leur coin jardin et jacuzzi privé. 

      Et le reste de l'hôtel ? 

      Les parties communes sont toutes situées dans le premier bâtiment. Le rez-de chaussée est entièrement occupé par la salle de petit déjeuner, qui s'ouvre sur le jardin. Ici aussi, on retrouve la division beige-bleu mais cette fois dans le sens vertical. Le premier étage est un vaste lounge panoramique qui invite à chiller sur l'une des banquettes, entre deux baignades dans la superbe infinity pool s'avançant au-dessus de la terrasse : le point d'orgue de cet espace de détente.

      Nul doute que l'expérience de NOA avec les projets précédents a ici joué un rôle. En rapport avec les dimensions de l'hôtel, il s'agit plus d'une piscine de relaxation même si quelques mouvements de brasse sont possibles. Qu'il est agréable d'y siroter un tonic au coucher du soleil ! À moins que l'on ne préfère se tremper dans le jacuzzi situé sur le rooftop. À ce propos, notons au passage que les chambres au rez-de-chaussée disposent d'un jacuzzi extérieur.

      • La belle piscine suspendue, signée, comme le reste de l’hôtel, par le cabinet d’architecture NOA. © DB / Yonder
        La belle piscine suspendue, signée, comme le reste de l’hôtel, par le cabinet d’architecture NOA. © DB|YONDER.fr
      •  
       

      La chambre à booker ? 

      Les amateurs d'espace et de lumière opteront pour la suite en duplex occupant le centre du bâtiment, avec une immense surface vitrée. Les suites (ou chambres) du rez-de-chaussée raviront celles et ceux qui veulent profiter du grand air en toute intimité, avec leur coin jardin et jacuzzi privé. 

      Bon à savoir ?

      L'adresse est réservée aux adultes.

      Ce qui fait la différence ?

      Un design à la fois audacieux et relaxant, dans le cadre paisible et authentique d'anciens domaines agricoles.

      C'est où ? 

      À 30 min dans les montagnes qui entourent Bolzano, ville de la province du Tyrol du Sud, au nord de l'Italie, et porte d'entrée de la chaîne des Dolomites. On l'atteint en environ deux heure en train ou de voiture depuis les aéroports d'Innsbruck et Vérone ; comptez trois heures depuis Venise. 

      Ce qu'il faut retenir ? Un B&B de luxe plus qu'un hôtel traditionnel 

      Attention toutefois à ne pas se méprendre sur la nature d'AEON. Si la surface et l'aménagement des chambres et suites sont ceux d'un luxueux cinq étoiles, il ne s'agit pas d'un hôtel full service mais bien plutôt d'un B&B de luxe. Un choix revendiqué par Max Ramoser, qui n'a par exemple pas souhaité avoir de restaurant. Après tout, les clients peuvent aller au Lobishof voisin, qui sert une cuisine traditionnelle d'excellente facture. Et il s'attend aussi à ce que sa clientèle aille explorer les environs et dîner dans les restaurants des villes voisines. De même il n'y a pas de spa : l'hôtel vend des produits haut-de-gamme de la marque Team Dr Joseph mais il faudra les utiliser soi-même !
       
      • Petit-déjeuner dans la salle du rez-de-dechaussée. © ÆON
        Petit-déjeuner dans la salle du rez-de-chaussée. © AEON


      5 choses que l'on aimées à AEON

      • L'authenticité et la quiétude des lieux, à côté d'une ferme pluricentenaire ;
      • Le design vraiment original signé par le studio NOA ;
      • L'espace très généreux des chambres (de 35 à 60 m2) qui contribue à l'atmosophère zen ;
      • Le minibar gratuit (le refill est payant) et de qualité, qui inclut même des cocktails !
      • La piscine de détente à la vue panoramique.

      C'est combien ? 

      À partir de 168€ par personne et par nuit.

       

      Réservez cet hôtel gratuitement et immédiatement en ligne !

      Pratique

      AEON

      15 clés, à partir de 168€ par personne et par nuit.

      Via della Diga 9, 39054 Renon Soprabolzano, Italie

      Site Web | Instagram

      Nous recommandons aussi