Mireille Gignoux, Le mercredi 11 mai 2022
72 heures à...

72 heures à Lyon : les bonnes adresses le temps d'un city break

Élue deuxième meilleure destination urbaine européenne 2021, Lyon n’offre pas seulement un parcours historique exceptionnel, ponctué de bonnes tables. Elle abrite une grande créativité que nous vous proposons de découvrir à travers les adresses que nous avons sélectionnées.
  • Le nouveau quartier de Confluence © Jakob + MacFarlane
    Le nouveau quartier de Confluence © Jakob + MacFarlane
  • L'Hôtel de Verdun 1882, notre pied-à-terre lyonnais © Hervé Goluza
    L'Hôtel de Verdun 1882, notre pied-à-terre lyonnais © Hervé Goluza
  • Le jardin botanique de Lyon © Alexandre Boucey
    Le jardin botanique de Lyon © Alexandre Boucey
  • Les berges du Rhône à Lyon © Brice-Aderly Robert
    Les berges du Rhône à Lyon © Brice-Aderly Robert
Aujourd’hui, sur ces pentes totalement boboïsées, une génération de graffeurs développe différentes formes de street art.

De l’antique Lugdunum sur la colline de Fourvière au nouveau quartier de la Confluence au sud-est de la presqu’île, en passant par le vieux Lyon Renaissance et par la Croix-Rousse des Canuts, Lyon, classée au Patrimoine de l'UNESCO, est une ville historiquement riche et pourtant bel et bien ancrée dans son époque. Sans renier le passé, elle mène des projets innovants qui lui donnent une réputation de ville créative et dynamique. À partir d’un quartier général sur la presqu’île, arpentez l’ancienne capitale des Gaules qui se réinvente en permanence.

 

VENDREDI
 

Arrivée – Poser ses valises à l’Hôtel de Verdun 1882

Non loin de la Place Bellecour, aisément accessible à pied depuis la gare Perrache, cet hôtel particulier du XIXe a retrouvé son âme grâce à Isabelle et Gilles Moynier. Ce couple de passionnés l’a métamorphosé en une maison de voyageurs, parée d’objets chinés et de souvenirs rapportés de leurs séjours à l’étranger. Très éclectique, le lobby-grand salon mêle bibliothèques et collection de mugs, chéchias et théières, anciennes malles, lithographies, piles de livres, écrits de Le Corbusier, croquis de Picasso… Les époques et les graphismes dialoguent sous un lustre napolitain à pampilles. L’art se décline également dans les chambres d’inspiration années 1930. À l’heure du petit-déjeuner dans le grand salon, les propriétaires, partisans d’une économie circulaire et raisonnée, mettent à l’honneur les produits locaux.

  • Hôtel de Verdun 1882 | Chambre 2 © Adel Fecih
  • Hôtel de Verdun 1882 | Chambre 3 © Adel Fecih

 

Hôtel de Verdun 1882 
30 clés, à partir de 130€ la nuit.
82 rue de la Charité, 69002 Lyon

Site Web


11h30 – Flâner rue Auguste Comte

À proximité de l’hôtel, cette artère est incontournable si vous aimez les galeries de peinture, les artisans d’art, les antiquaires, les livres anciens (librairies Clagahe et l’Ancre Aldine), ou les soieries. Vous préférez les objets atypiques du quotidien ? Une halte s’impose chez Auguste et Cocotte. Une sélection lifestyle, déco, mode, senteurs, cuisine, linge de maison dénichée par Manou et sa fille Constance, alias Cocotte.

À l’extrémité de la rue, s’ouvre l’immense place Bellecour entourée d’immeubles classés, d’où partent les grandes artères de la presqu’île. Entre allées arborées, bassins et parterres de fleurs se dressent une statue équestre de Louis XIV et une autre représentant le Petit Prince et Antoine de Saint-Exupéry, enfant de la ville.

Auguste et Cocotte
16 Rue Auguste Comte, 69002 Lyon 
Site Web
 

13h – S’attabler à l’Atelier des Augustins

Dans un décor cosy doté de plafonds à la française et de pierres apparentes, le chef Nicolas Guilloton raconte, entre autres, le poisson des lacs alpins et la pintade fermière de Bresse, avec quelques clins d’œil à ses souvenirs d’Afrique. En filigrane, un bouillon ou une sauce twistée par des herbes et condiments. Entre plaisir et authenticité des produits. 

  • Atelier des Augustins © Mathieu Cellard
    Atelier des Augustins © Mathieu Cellard


L’Atelier des Augustins
11 Rue des Augustins, 69001 Lyon 
Réservation conseillée 

Site Web


15h – Pister le street art sur les pentes de la Croix-Rousse

Baptisée autrefois « la colline qui travaille », berceau de l’industrie de la soie lyonnaise, la Croix-Rousse arbore depuis 1987 des murs peints créés par la coopérative CitéCréation. Le plus connu, le Mur des Canuts, trompe-l’œil de 1200 m2 régulièrement remis à jour, conte l’histoire du quartier, dont l’origine remonte au XVIe siècle. Aujourd’hui, sur ces pentes totalement boboïsées, une génération de graffeurs développe différentes formes de street art : collages, mosaïques, pochoirs, graffitis, flacking de rue par Ememem (combler les trous sur les trottoirs), têtes de bonobo colorées en relief de Zorm, hommage à David Bowie par Big Ben, onirique escalier bleu du passage Mermet… et bien d’autres créations parfois éphémères à découvrir au hasard des ruelles escarpées.

En chemin, pour les nostalgiques de la soierie, la boutique de la Maison des Canuts, Philéone, propose masques, foulards, écharpes, chouchous, cravates et autres accessoires. Accès au Mur des Canuts par la Montée de la Grande Côte.

Philéone
10 Rue d’Ivry, 69004 Lyon 
Site Web

Réservez cet hôtel gratuitement et immédiatement en ligne !

  • Droit dans le mur ! - La Croix-Rousse © S. Delysons
  • Escalier Mermet - La Croix-Rousse © S. Delysons

 

Le jeune chef Maxime Laurenson, une étoile Michelin, mitonne une cuisine paysanne gastronomique, contemporaine, audacieuse chez Rustique.

17h – Découvrir le Village des Créateurs

Toujours sur les pentes, le passage Thiaffait, dans une traboule réhabilitée, abrite à présent une pépinière de jeunes talents locaux dans les secteurs textile, de l'habillement et de l'art de vivre, en résidence dans des ateliers-boutiques. 

Nos coups de cœur 

  • Maison Edèle : sacs en toile et cuir ou tout cuir, ceintures et autres articles de maroquinerie éco-responsable, créés par Eva à partir de stocks dormants dans de grandes maisons de luxe ;
  • Marthe Duval : vêtements féminins haut-de-gamme peints à la main sur du twill de soie sur-cyclé ;
  • Ozed : lunettes solaires pour hommes et femmes, dotées de verres polarisants (avec un procédé qui élimine les ondes perturbantes pour la rétine) et d’élégantes montures en bois. En partenariat avec EcoTree (une paire vendue, un arbre planté).
  • Tygre : Nicolas David mixe savoir-faire traditionnel des potiers et imprimante 3D céramique pour créer une collection de vases et autres objets uniques en grès, porcelaine ou faïence unicolore, bleu, ocre ou noir.

Créateurs du Passage Thiaffait
19 Rue René Leynaud, 69001 Lyon
Site Web
 

20h – Émoustiller ses papilles chez Rustique

Murs bruts, parquet en chêne, tables en noyer, végétation campagnarde, vaisselle mêlée d’écorces, de mousse, de cailloux de rivière : dès l’entrée le ton est donné. Le jeune chef Maxime Laurenson, une étoile Michelin, mitonne une cuisine paysanne gastronomique, contemporaine, audacieuse. Pas de carte (on lui communique ses allergies à la réservation), mais un menu en dix séquences qui met l’accent sur le végétal dans une démarche locavore avec le meilleur de sa région Rhône-Alpes natale. Déclinaison de lentilles du Puy (fumées comme du petit salé sans cochon, chips, mousse), pigeon (cuisse confite, filet à la braise de genévrier, tartelette d’abats aux myrtilles), silure bressane fumée aux pommes de pin, biscuit de brochet et anguille fumée en caviar, sphère glacée de lavande fumée au foin et mousse au chocolat chaude. Une ode à la naturalité.

  • Restaurant Rustique © MGignoux
    Restaurant Rustique © Mireille Gignoux | YONDER.fr


Rustique
11 Rue d’Enghien, 69002 Lyon
Réservation impérative.

Site Web

 

23h – Terminer la soirée au Sucre

Le spot préféré des noctambules. Au sommet du bâtiment industriel de la Sucrière dans le quartier de La Confluence, le Sucre est à la fois un club, une salle de concerts (chaque semaine une programmation variée) et un bar rooftop avec vue sur la Saône entre les silos en béton armé. Le légendaire Laurent Garnier fait partie des DJs habitués aux platines du club.

Le Sucre
50 Quai Rambaud, 69002 Lyon
Site Web

Préparer votre voyage ? Organisez votre  séjour dans des destinations exceptionnelles  en toute sérénité avec notre agence partenaire Eluxtravel et bénéficiez de services ultra premium :

De l'autre côté de la ville, direction les pentes du Vieux-Lyon pour embarquer dans le Funiculaire de Fourvière.

SAMEDI
 

10h – Se mettre au vert ou prendre la hauteur

Pour son jogging matinal ou pour un réveil en douceur mais actif, direction le Parc de la Tête d'Or, au nord de Lyon sur les berges du Rhône. Ouvert à la fin du XIXexactement la même année que Central Park à New York, on y trouve également un jardin botanique et des serres, certaines chauffées avec des orchidées et des plantes tropicales, carnivores et une serre aquarium avec le fameux nénuphar d'Amazonie aux feuilles atteignant 1,50 m de diamètre. 

De l'autre côté de la ville, direction les pentes du Vieux-Lyon pour embarquer dans le Funiculaire de Fourvière. Inauguré en 1900, il monte à travers la ville et passe sur des ponts-rail entre les maisons pour atteindre le sommet de la colline et la Basilique Notre-Dame-de-Fourvière. De l'esplanade, la vue sur la ville est panoramique et aperçoit les bâtiments comme l'Opéra qui se détachent sur les toits. L'après-midi, on peut même monter encore plus haut pour une visite sur les toits de la Basilique, un lieu habituellement fermé au public.

  • La vue depuis les toits de la Basilique de Fourvière © Gaël Fontaine
    La vue depuis les toits de la Basilique de Fourvière © Gaël Fontaine


12h – Déjeuner aux Halles Paul Bocuse

Emblématique de la gastronomie lyonnaise, leur appellation rend hommage au célèbre chef dont la cuisine fut 53 fois couronnées de trois étoiles Michelin ! Les halles rassemblent une cinquantaine de commerces de bouche devenus le rendez-vous des gourmands. Andouillettes de la charcuterie Sibilia, Saint-Marcellin de la Mère Richard, quenelles de la maison Giraudet, tartelettes à la praline de la boulangerie Jocteur : de quoi rapporter quelques souvenirs, avant de s’arrêter Chez Antonin, où perdure depuis 1906 la tradition d’écailler-restaurateur. Comme une cabane à huîtres au cœur des Halles, où l’on peut s’attabler ou déguster debout des produits de la mer.

  • La Maison Sibilia © Nicolas Villion
    La Maison Sibilia © Nicolas Villion

Halles Paul Bocuse
102 Cours Lafayette, 69003 Lyon

Chez Antonin
Réservation conseillée. 

 

14h – Boire un café au Celest Bar

Si c’est votre premier séjour à Lyon, prenez le café au Celest Bar perché au 32e étage de la Tour de La Part-Dieu (165 m de haut). Baptisée « le crayon » par les Lyonnais, elle fut construite pour servir de repère visuel au même titre que la basilique de Fourvière. Elle offre vue la plus spectaculaire sur la ville.

Celest Bar
129 Rue Servient, 69003 Lyon
Site Web

  • La tour Part-Dieu, dite "Le Crayon" © Axel Cotteret
  • Vieux Lyon © Alexis Cruz

 

Au cœur de l’Intercontinental, sous la majestueuse coupole Soufflot, Jean-Philippe Nuel a imaginé un bar à la fois monacal et précieux.

15h – Déambuler sur les bords du Rhône

Les berges du Rhône, rive gauche, totalement réaménagées en espaces de détente, sont très prisées le weekend. Une invitation à la promenade sur cinq kilomètres dans des ambiances variées. Sur la rive opposée, du pont Morand au pont de l’Université, s’étirent les quartiers chics de Lyon ; au nord l’Opéra, reconnaissable à son dôme de verre, en face le Grand Hôtel-Dieu à l’imposante façade, en arrière-plan d’un côté les pentes de la Croix Rousse, de l’autre la basilique de Fourvière.

 

18h – Se perdre dans le Grand Hôtel-Dieu et s’offrir un cocktail au Dôme

Une fois franchi le pont de la Guillotière, on se glisse dans le dédale de ce lieu chargé d’histoire. L’ancien hôpital, complètement remodelé après quatre années de travaux colossaux, est devenu un lieu de vie qui regroupe restaurants, commerces, halles, bureaux et l’hôtel 5 étoiles InterContinental Lyon. Amusez-vous à trabouler à travers les cinq cours intérieures qui témoignent des évolutions architecturales du bâtiment du XVIIe au XXIe siècles, sans manquer l’étonnante verrière de la cour du Midi.

  • InterContinental Lyon - Hotel Dieu | Le Dôme © Eric Cuvillier
  • InterContinental Lyon - Hotel Dieu © MB|YONDER.fr

 

Au cœur du luxueux InterContinental, sous la majestueuse coupole Soufflot aux 32 m de hauteur, Jean-Philippe Nuel a imaginé un bar à la fois monacal et précieux. The place to be pour un apéro chic, par exemple le cocktail signature Le Dôme à base de praline rose et champagne.

Le Dôme
À l'InterContinental Lyon - Hotel Dieu
20 Quai Jules Courmont, 69002 Lyon
Site Web

 

20h – Dîner au Wagon Bar

Dans un autocar à double étage, cet insolite restaurant à l’aménagement chic et cosy sinue à travers la ville illuminée pendant près de trois heures. Les convives prennent place à l’étage supérieur, où parois et toit entièrement vitrés facilitent l’observation. Un iPad installé en bout de table permet d’identifier les monuments au fil du parcours. Les tables sont rivées au sol et les verres et bouteilles bénéficient d’un système astucieux pour éviter qu’ils ne se renversent. À l’étage inférieur est aménagée une cuisine pour dresser un menu gourmand de produits de saison préparé en amont.

  • WagonBar © Olivier Michel
    WagonBar © Olivier Michel


Wagon Bar
Départ Place Bellecour 69002 Lyon
Réservation impérative.

Site Web

Autre façon atypique de visiter Lyon : embarquer à bord d’un side-car au look vintage.

DIMANCHE
 

10h – Tester une virée en side-car

Autre façon atypique de visiter Lyon : embarquer à bord d’un side-car au look vintage. La balade pour deux personnes, l’une dans le panier, l’autre derrière Christelle, la pilote, offre deux itinéraires possibles : la Vadrouille des Gônes (en 1h30 avec arrêts photos) qui passe par Fourvière, et la Vadrouille fluviale (en 1h) qui dévoile les rives des deux cours d’eau arrosant Lyon. Casques, gants, charlottes hygiéniques et sous gants sont fournis. Les casques sont équipés d’un système de communication (micros et écouteurs) pour échanger avec Christelle.

La Belle Vadrouille
Rue des Chartreux, 69001 Lyon
Réservation impérative. 

Site Web

  • Christelle sur son sidecar Rue des Pierres Plantées © DR
    Christelle sur son sidecar Rue des Pierres Plantées © DR

 

12h – Se régaler au Kitchen

Dans un décor mi-Art déco mi-scandinave, la Suédoise Connie Zagora et son compagnon pâtissier Laurent Ozan proposent une carte très courte fréquemment renouvelée. Poêlée de champignons au beurre d’escargot, magret de canard et purée de lentilles, croustillant d’orange, financier citronné et glace au thé : le duo aux manettes de cette table récompensée d'un Bib Gourmand joue avec des produits ultra frais.

Le Kitchen
34 Rue Chevreul, 69007 Lyon 
Site Web

Ce quartier post-industriel réhabilité est devenu un lieu très animé le week-end

14h – Plonger dans l’hyperréalisme

Retour dans le quartier de La Confluence, là où la Saône et le Rhône se rejoignent, pour l’exposition itinérante « Hyperréalisme, Ceci n’est pas un corps » à la Sucrière. Des artistes internationaux ont réalisé quarante personnages nus ou habillés, debouts ou couchés, donnant l’illusion parfaite des textures de peau, pour raconter un univers troublant, inattendu, déroutant, tel un miroir dans lequel se reflète notre époque tourmentée. Une sorte de condensé du courant artistique apparu dans les années 1960 aux États-Unis.

La Sucrière
50 Quai Rambaud 69002 Lyon
Exposition jusqu’au 6 juin 2022. À Paris, au musée Maillol à partir du 7 septembre 2022.

Site Web

 

15h30 – Arpenter le quartier de La Confluence

Ce quartier post-industriel réhabilité est devenu un lieu très animé le week-end. On longe les quais de la Saône à l’architecture surprenante, du cube orthogonal orange, percé d’un cône, dont la façade semble habillée d’un treillis, au très contemporain Musée éponyme à la confluence des savoirs.

Réservez cet hôtel gratuitement et immédiatement en ligne !

  • La Sucrière © Mireille Gignoux | YONDER.fr
  • Le quartier post-industriel de La Confluence © Mireille Gignoux | YONDER.fr

 

Pratique

Pour plus d’informations, rendez-vous sur Lyon-france.com

Nous recommandons aussi