Vous êtes ici

Entre Histoire et Modernité

Crédit : Flickr CC - Yoshikazu TAKADA - https-://flic.kr/p/hBvyGb
De Ginza à Kagurazaka

La journée débute en plein cœur du Tokyo moderne et très porté sur le shopping dans le quartier chic et mode de Ginza. Ancienne région marécageuse au temps de la fondation d’Edo, la construction de Ginza débuta en 1612 et la zone attira très rapidement les marchands en raison de sa proximité avec le port. Mais c'est au XXème siècle, dans les années 80 que Ginza connait son pic de popularité. En pleine bulle immobilière, les rues du quartier deviennent les plus chères du monde, battant les records des rues les plus chics de Paris, New York ou Londres.

Aujourd’hui Ginza reste l’une des principales zones commerçantes de l’archipel et toutes les marques qui comptent, japonaises et internationales, y ont une adresse, rivalisant d’imagination et d’audace pour attirer le chaland. Architectes renommés, lieux spectaculaires, restaurants gastronomiques, galeries, tout est bon pour susciter le désir.

Que l’on y achète ou non, les flagship stores de Chanel ou Hermès sont parmi les plus impressionnants tout comme celui d’Uniqlo, le spécialiste japonais de la mode basique et pas chère, qui s'élève sur pas moins de douze niveaux ! Côté électronique, Sony dispose ici d’un vaste showroom présentant les dernières innovations de la marque et Apple y a ouvert son plus grand magasin en dehors des Etats-Unis. Nissan a aussi son lieu d’exposition dans le quartier pour présenter ses derniers modèles et les concepts cars qui font la fierté de la firme.

On ne manquera pas non plus les boutiques plus traditionnelles comme Kyukyodo, maison historique de papeterie et de calligraphie fondée en 1663.  Enfin pour acheter souvenirs et cadeaux on ira faire un tour au Mitsukoshi, le grand magasin historique de Nihonbashi qui a également un immense department store à Ginza.

Avant de quitter le quartier, on profite de l’abondance d’adresses pour déjeuner. Deux restaurants sont tout particulièrement recommandés pour déjeuner. Sushi Mizutani est tout indiqué pour ceux qui veulent goûter aux sushis du maître Mizutani, considérés par certains chefs et critiques gastronomiques comme les meilleurs du monde. Trois macarons au Michelin pour ce minuscule comptoir où il est possible de déjeuner pour environ 10 000 yens (une somme coquette pour un déjeuner, mais le rapport qualité-prix reste excellent) ou sinon pourquoi ne pas aller chez Higashiya ? Ce salon de thé chic propose quelques plats légers en plus de ses délicieuses pâtisseries traditionnelles à déguster en dessert.

Après le déjeuner, on remonte vers le quartier d’affaires le plus exclusif de la ville, Marunouchi, qui a un petit air de Manhattan. Deux landmarks ne doivent pas être manqués ici : la célèbre gare de Tokyo sobrement intitulée Tokyo Station, dont l’architecture fait penser à la gare d’Amsterdam, et le Tokyo International Forum, le centre de convention le plus connu du pays avec son atrium iconique et dont l'élégante forme rappelle au choix celle d’un navire ou d’une amande !

On poursuit son chemin vers le Kōkyo (Palais Impérial) et l’immense parc qui l’entoure. Avec plus de 340 hectares, c’est le plus grand espace vert de la ville et un lieu de promenade apprécié des tokyoïtes comme des touristes, bien que la majeure partie des lieux soit fermée au public, le palais étant toujours le lieu de résidence de l’Empereur Akihito. On se dirige donc vers Higashi Gyoen, le jardin Est qui est lui accessible à tous et comporte, parmi de nombreux bâtiments historiques, les vestiges de l’ancien Château d’Edo et le Musée des Collections Impériales. On enchaîne ensuite avec Kita-no-maru-koen au nord ouest de l’enceinte impériale. A l’instar d’Ueno, ce parc public comprend plusieurs musées abritant des collections de qualité (Musée National d’Art Moderne et Musée des Sciences).

Avant de quitter le parc, on trouve sur notre chemin le Nippon Budokan, grande salle indoor construite pour accueillir les compétitions de judo lors des Jeux Olympiques de 1964. Les Beatles ont également contribué à la rendre célèbre en s'y produisant à trois reprises pendant l’été 1966.

On repart ensuite vers le nord-ouest, direction Kagurazaka, toute dernière étape de la balade. Le chemin pour y aller croise de tranquilles quartiers résidentiels, sans intérêt majeur mais qui permettent d'appréhender la topographie de la ville et sa juxtaposition de quartiers multiples et variés. Arrivé à Kagurazaka, on en profite pour faire un tour chez Jokogumo, une mignonne petite boutique d’artisanat japonais idéale pour ramener un souvenir authentique et original.

On finira ensuite la soirée dans l’un des nombreux bars ou restaurants de ce charmant quartier aux petites ruelles pentues et maisons traditionnelles, plébiscité de la communauté française de la ville. Pour dîner, Kagurazaka Ishikawa est probablement la meilleure option si l'on veut goûter à une superbe cuisine kaiseki dans un cadre traditionnel tandis que le Mange-Tout est considéré à raison comme l’une des meilleures tables françaises de la ville. 

Entre Histoire et Modernité
Tags
Mode Shopping Chic Sushis Pâtisserie Tokyo Station Architecture Palais Impérial Parc Quartier pittoresque
Quartier & monuments

Ginza, Marunouchi, Kōkyo, Palais Impérial, Higashi Gyoen, Kagurazaka

Point de départ
Ginza (station de métro)
Arrivée
Kagurazaka
Longueur
5,5 kilomètres
Temps estimé
1 journée
Meilleure saison
Au printemps quand les cerisiers sont en fleurs
Meilleur moment
Débuter le parcours à 11h, l'heure à laquelle tous les magasins de Ginza sont ouverts.
A eviter
Les fêtes nationales quand les magasins sont fermés.