Vous êtes ici

Florence Valencourt, Le mercredi 29 septembre 2021
Restaurants

Paris : les restaurants incontournables de l'automne

La rentrée gastronomique parisienne a été particulièrement dense. La preuve à travers ces 15 nouvelles tables incontournables et une myriade d'adresses bonus.
  • Le Tout-Paris, la brasserie chic perchée à 7ème étage du Cheval Blanc Paris © MB|YONDER.fr
    Le Tout-Paris, la brasserie chic perchée à 7ème étage du Cheval Blanc Paris © MB|YONDER.fr

1. Les restaurants du Cheval Blanc Paris | Paris 1er

Premier palace de l'enseigne hôtelière de LVMH dans la capitale et adresse la plus attendue de l'année, Cheval Blanc Paris a finalement ouvert ses portes le 7 septembre dernier après une (très) longue attente, dévoilant un écrin aussi fastueux que spectaculaire signé de l'architecte new-yorkais Peter Marino. Si l'hôtel, au positionnement ultra luxe assumé (impossible d'y dormir sans dépenser 1,150€ la nuit) vise clairement une clientèle internationale fortunée, l'offre food, forte de quatre restaurants, a aussi pour ambition de séduire les Parisiens.

  • Plénitude au Cheval Blanc Paris © Alexandre Tabaste
    Plénitude au Cheval Blanc Paris © Alexandre Tabaste


Le fleuron de « l'art culinaire » au Cheval Blanc Paris, c'est Plénitude, la table gastronomique intimiste (une trentaine de couverts) et exclusive (comptez 300 à 400€ par tête) emmenée par Arnaud Donckele au 1er étage de l'établissement installé dans l'ancienne Samaritaine. Le chef est déjà triplement étoilé à La Vague d'Or au sein du Cheval Blanc Saint-Tropez. On peut facilement imaginer qu'il a pour mission de renouveler l'exploit à Paris.

Plus haut, la luxueuse brasserie contemporaine Le Tout-Paris (testée et approuvée par nos soins) se partage le 7e étage — ses vues panoramiques et sa vaste terrasse — avec Langosteria, promis à devenir l'une des tables italiennes les plus en vogue de Paris. Enfin, on retrouve au rez-de-chaussée une adresse hybride avec Limbar, qui propose cuisine boulangère et pâtisseries signés du génial Maxime Frédéric en journée et les cocktails de Florian Thireau en soirée. Tout un programme.

  • Le Tout-Paris au Cheval Blanc Paris © MB|YONDER.fr
  • La terrasse de Langosteria au Cheval Blanc Paris © MB|YONDER.fr

 


Cheval Blanc Paris
8 Quai du Louvre, Paris 1er
Site Web des restaurants du Cheval Blanc Paris | Le Tout-Paris | Limbar

 

2. Bellefeuille | Julien Dumas au Saint-James | Paris 16e

Le Saint James est l'un des secrets les mieux gardés de la capitale, à la fois hôtel club à l'anglaise comme on n'en fait plus, qui ne se dévoile qu'aux « happy few » qui en sont membres ou à quelques esthètes bien renseignés. Pourtant, avec la rénovation complète de l'hôtel particulier du 16e arrondissement confiée à Laura Gonzalez et l'arrivée du chef Julien Dumas (ex Lucas Carton) en cuisine en septembre, il y a fort à parier que cette ambassade du bon goût soit prise d'assaut. Le restaurant, rebaptisé « Bellefeuille » est une ode à la saisonnalité et à la nature. Le chef l'exprime ainsi, en préambule de son premier menu : « Les plats que j’imagine sont l’interprétation d’un moment capté dans la nature, à la lumière du soleil dans une saison donnée. Le menu suit un cheminement depuis le potager du Saint James et jusqu’à l’océan pour revenir au restaurant Bellefeuille ». Les chanceux pourront découvrir l'univers de Julien Dumas en 6 (95€) ou 8 services (135€), au dîner exclusivement, les déjeuners étant réservés aux membres du club. Un beau voyage gustatif en perspective.

  • Julien Dumas au Bellefeuille, le nouveau restaurant du Saint James Paris © Patrick Locqueneux
    Julien Dumas au Bellefeuille, le nouveau restaurant du Saint James Paris © Patrick Locqueneux

Restaurant Bellefeuille
Au Saint James Paris
5 Place du Chancelier Adenauer, Paris 16e
Site Web de
Bellefeuille au Saint James Paris

 

3. Mimosa | Jean-François Piège à l'Hôtel de la Marine | Paris 8e

Un lieu mythique, un chef médiatique, un groupe (Moma) énergique : voilà de quoi aiguiser la curiosité et les attentes des gourmets parisiens. Plus que quelques jours à attendre pour découvrir Mimosa, un bar à œufs mimosa, une mise en scène grandiose confiée à l'architecte Dorothée Delaye, ainsi qu'une carte généreuse. Le chef le promet : « Chez Mimosa, il y aura la cuisine que j’aime manger, celle qui, à chaque bouchée, fait pétiller le soleil et la joie de vivre, tel un été permanent ! » On a hâte d'en prendre plein les yeux.

  • Mimosa © Alexandre Tabaste
    Mimosa © Alexandre Tabaste


Mimosa - Hôtel de la Marine
2 Rue Royale, Paris 8e
Site Web de
Mimosa à l'Hôtel de la Marine 

Réservez cet hôtel gratuitement et immédiatement en ligne !

4. Granite | Chef : Tom Meyer | Paris 1er

Le nouveau Triangle d'or de la gastronomie parisienne serait-il entre le Pont Neuf et la rue du Louvre ? L'arrivée de celui que tous les critiques encensent déjà comme le nouveau prodige des fourneaux, en lieu et place de Daniel Rose rue Bailleul, plaide en ce sens. Tom Meyer (retenez bien ce nom), ouvre son premier restaurant fin septembre et suscite déjà l'émoi. Il faut dire que le CV du jeune chef, passé par La Chèvre d'Or, Maison Lameloise et surtout les labos d'Anne-Sophie Pic pendant deux ans, a de quoi faire pavoiser. Il est par ailleurs cornaqué par un faiseur de chefs réputé : Stéphane Manigold (Substance, Contraste, Maison Rostang, Le Bistrot d'à Côté Flaubert...). On nous promet enfin une cuisine « percutante, audacieuse et instinctive », évidemment locavore et responsable, proposée dans un décor ouvert et brut sur deux étages, repensé par Michel Amar, déjà complice. Menu déjeuner à 58€, deux menus au dîner à 95€ en 5 services et 125€ en 7 services. L'ambition étoilée étant clairement affichée, on ne saurait trop vous conseiller de vous précipiter pour réserver !

  • Granite | Pigeon de Mesquer © Tom Meyer
    Granite | Pigeon de Mesquer © Tom Meyer


Granite
6 Rue Bailleul, Paris 1er

 

5. Magniv | Paris 2e

C'est l'une des pépites de cette rentrée ! Ouvert discrètement pendant l'été juste en face du Hoxton, Magniv (merveilleux, magnifique en hébreu) fait sensation en combinant assiettes israélo-marocaines enthousiasmantes, cocktails pointus, décor léché, trouvailles multiples (un passeport en guise de carte des boissons, des toilettes futuristes...) et esprit festif. Derrière cette adresse ambitieuse, une équipe jeune hyper motivée et emmenée par un trio aguerri, obsédé par le sens du détail : Kobi Villot, déjà derrière les fourneaux de Tavline dans le Marais, et deux fous de cocktails — Benjamin Chiche et Clément Faure — au CV impressionnant (de l'indémodable Andy Wahloo au Four Seasons George V en passant par Shirvan ou l’Hôtel National des Arts et Métiers). L’un de nos coups de cœur de cette rentrée.

Le conseil en plus ? S'installer au comptoir en terrazzo (mention assises très confortables) pour échanger avec l'équipe de bartenders et jeter un œil à la cuisine ouverte.

Bon à savoir ? Envie de prolonger la soirée un cocktail à la main ? Direction le -1 où un espace « club » a été aménagé avec DJ booth et second bar.

  • Le chef Kobi Villot Malka chez Magniv © Shams
    Le chef Kobi Villot Malka chez Magniv © Shams


Magniv
37 bis Rue du Sentier, Paris 2e
Site Web de
Magniv | Instagram

 

6. Sapid | Alain Ducasse et Romain Meder | Paris 10e

Privés de Plaza Athénée mais surtout pas d'idées, Alain Ducasse et Romain Meder ont fait évoluer leur cuisine autour de la « naturalité » pour l'implanter au 54 rue de Paradis. Quartier oblige, on est à présent plus dans un réfectoire chic que sous les ors d'un palace, mais c'est cohérent avec le concept. Le chef l'explique ainsi : « 95 % de ce que vous allez manger sera légumes et céréales, et un peu de protéines animales issues de la mer, de poisson de pêche durable, en assaisonnement, donc il n'y aura que 5 % de protéine animale. Tout ça pour être précautionneux de la santé de l'individu qui consomme et précautionneux de la planète, précautionneux de votre portefeuille ». L’établissement propose à sa carte 4 entrées (8 €), 4 plats (de 11 à 14 €) et 4 desserts (8 €), à l’image des « Aubergines rôties, moutabal, noix et basilic » ou encore de la « Burrata, betteraves marinées, hibiscus rouge ». Végétal, accessible et durable... Totalement dans l'air du temps !

  • Intérieur du restaurant Sapid © Atelier Mai 98
    Intérieur du restaurant Sapid © Atelier Mai 98


Sapid
54 Rue de Paradis, Paris 10e
Site Web de
Sapid

 

7. Café de Luce | Cheffe : Amandine Chaignot | Paris 18e

Un café parisien avec terrasse digne d'une scène de film, en plein Montmartre, sur la place du théâtre de l'Atelier... Amandine Chaignot en rêvait et elle l'a fait. La cheffe, déjà à la tête de Pouliche (Paris 10e) entend proposer ici une version modernisée et toute personnelle de la brasserie à la française, le sourire et les bons produits sourcés en plus. Du petit-déjeuner au dîner, en service continu et à des prix raisonnables. On y retrouve les « harengs fumés, pommes à l'huile », la tête de veau, le tartare et l'île flottante aux pralines roses. Comme un saut dans le temps, sans être passéiste pour autant. Pour le déjeuner, c'est à l'ardoise, avec un plat du jour à 18€ et un menu complet pour 28€. Pourquoi Luce ? Parce que c'est le nom de la grand-mère d'Amandine, tout simplement.

  • Café de Luce © DR
    Café de Luce © DR

Café de Luce
2 Rue des Trois Frères, Paris 18e
Site Web du
Café de Luce

Préparer votre voyage ? Organisez votre  séjour dans des destinations exceptionnelles  en toute sérénité avec notre agence partenaire Eluxtravel et bénéficiez de services ultra premium :

8. Gigi Paris | Paris 8e

Après avoir fait sa connaissance à Saint-Tropez cet été, et avant de le suivre à Val d'Isère (au Refuge de Solaise) cet hiver, on retrouve « Gigi — le séducteur italien de Paris Society — dans l'ancienne Maison Blanche, nouvelle acquisition du groupe perchée sur le toit du Théâtre des Champs-Élysées. Ici aussi, cet hôte imaginaire invite les happy few dans un cadre luxueux, mais encore plus arty et spectaculaire, Triangle d'Or oblige. Sa table, toujours sous influence transalpine, promet des moments forts, à commencer par un must de l'art de vivre à l'italienne : un vrai Bellini, réalisé dans les règles de l'art, qui vous fera danser sur les tables une fois le repas terminé, pour la plus grande joie de tous les convives.

Gigi Paris
Sur le toit du Théâtre des Champs-Elysées
15 Avenue Montaigne, Paris 8e

 

9. Braise | Chefs : Kevin de Porre et Erwan Ledru | Paris 8e

On sait encore bien peu de choses de ce « Braise », dont l'ouverture est prévue cet automne, mais on est déjà sur des charbons ardents (hum, pardon). Logique, c'est le duo de chefs Kevin de Porre et Erwan Ledru – déjà aux commandes de Contraste, qui entend doubler la mise. Toujours dans les beaux quartiers et même juste la porte d'en face, au 19 de la rue d'Anjou. Comme on peut s'y attendre, la carte sera tout entière dédiée à la cuisson au feu de bois, qui donne ce goût si unique aux viandes, mais aussi aux poissons et aux légumes. Pour ce qui est du décor, chic et contemporain, comme souvent dans les lieux estampillés Stéphane Manigold.

Braise
19 Rue d'Anjou, Paris 8e

10. ADMO |Albert Adrià, Alain Ducasse et Romain Meder au Quai Branly | Paris 7e

ADMO, c'est le nom de code du projet culinaro-conceptuel initié par Alain Ducasse, accompagné de Romain Meder et de Jessica Préalpato. Prolongeant le mouvement « Naturalité » initié au Plaza Athénée, les chefs français invitent un chef européen à réfléchir avec eux à la cuisine durable de demain et à proposer une expérience disruptive de la haute gastronomie. Cet automne, c'est le célèbre chef catalan Albert Adrià (El Bùlli, Tickets, Enigma) qui sera l'invité de ce projet expérimental passionnant. Le 10 novembre, pour 100 jours et pas un de plus, ces têtes pensantes de la gastronomie recevront dans un lieu exceptionnel : le restaurant Les Ombres, au Musée du Quai Branly, conçu par Jean Nouvel. Menu déjeuner en 5 services à 200€ et menu déjeuner ou dîner en 7 services à 380€. Pour avoir un œil sur le futur de la gastronomie mondiale (et sur la Tour Eiffel), réservation hautement recommandée.

  • L’équipe derrière ADMO au Musée du Quai Branly © Atelier Mai 98
    L’équipe derrière ADMO au Musée du Quai Branly © Atelier Mai 98


ADMO
Les Ombres au Musée du Quai Branly – Jacques Chirac
27 Quai Branly, Paris 7e
Site Web du restaurant
Les Ombres / ADMO

 

11. Le Relais Plaza | Jean Imbert au Plaza Athénée | Paris 8e

Sûrement l'arrivée la plus commentée de la rentrée ! Et même s'il faudra encore patienter jusqu'en janvier 2022 pour juger de la performance de Jean Imbert à la tête du nouveau restaurant gastronomique du Plaza Athénée [faisant suite au départ d'Alain Ducasse et Romain Meder, NDLR], la brasserie chic du palace, ouverte le 8 septembre dernier, fait déjà jaser. À l'image de cette alliance de la carpe et du lapin entre le médiatique Jean Imbert et le technicien Jocelyn Herland, la carte du Relais Plaza offre une double lecture entre gimmicks régressifs ( « La terrine de ma grand-mère », la « tomate farcie et riz pilaf ») et propositions plus raffinées (« langoustines mayo et thermidor » ou le « turbot rôti grenobloise & blettes »). Fonction de son choix, l'expérience gustative ne sera pas la même, c'est certain. Le chef pâtissier et MOF Angelo Musa joue quant à lui une partition sucrée des plus maîtrisées. En un mot, pour juger, le mieux est encore d'y aller...

  • Jean Imbert au Plaza Athénée © BOBY ALLIN
    Jean Imbert au Plaza Athénée © BOBY ALLIN


Le Relais Plaza
21 Avenue Montaigne, Paris 7e
Site Web du
Relais Plaza

12. Deux | Chefs : Tiphaine Mollard et Romain Casas | Paris 11e

C'est bien connu, « à deux c'est mieux » ! C'est en tout cas la philosophie du jeune duo Tiphaine Mollard (ex Benoît) et Romain Casas (ex Carré des Feuillants), qui ouvre son premier restaurant ces jours-ci, sobrement baptisé Deux. Deux personnes, deux chefs, deux terroirs (Béarn et Savoie), pleins de possibilités... Une seule et même vision, en tout cas : celle d'une cuisine française lisible et sourcée, bien dans son époque et dans son assiette (réalisée à la main par la grand-mère de Romain). Là où cela pique la curiosité et fait preuve d'une grande modernité, c'est que le tandem a décidé d'alterner cuisine et salle, indifféremment, dans le but de recevoir ses clients plus chaleureusement. On demande à voir, mais c'est original. Lauréats de la dotation Jeunes Talents Gault&Millau 2021, ces deux-là promettent en tout cas de bousculer les codes et c'est bien ce qu'on attend d'eux. 

  • Portrait de Tiphaine Mollard et Romain Casas | Restaurant Deux © Pierre Lucet Penato
    Tiphaine Mollard et Romain Casas © Pierre Lucet Penato


Deux
58 Rue de la Fontaine au Roi, Paris 11e
Site Web de
Deux Restaurant

 

13. Chocho | Chef : Thomas Chisholm | Paris 10e

Thomas Chisholm, que l'on avait découvert et apprécié dans la saison 12 de Top Chef, est sur le point d'ouvrir son premier restaurant à Paris. Le cuisinier franco-américain — qui a rejoint le groupe « Les Becs Parisiens » pour cette première aventure (Le Christine, Le Colvert, Les Fous de l'Île) — entend faire découvrir sa vision de la bistronomie dans l'ancien repaire de Sébastien Demorand (Le Bel Ordinaire). Un bel hommage et un beau patronage. Le Chocho servira des tapas (entre 6 et 16€) naviguant entre Perpignan et Brooklyn, ainsi que quelques plats plus gastronomiques de saison (30/40€), dans une ambiance bon enfant ou festive, selon la taille de la tablée ainsi que l'humeur des convives et de l'équipe. Ouverture prévue fin octobre. On est « chocho » !

Chocho
54 Rue de Paradis, Paris 10e
Site Web des
Becs Parisiens

 

14. L'Auberge Nicolas Flamel | Paris 3e

Classée Monument historique, la plus vieille auberge de Paris (1407) vient de se refaire une beauté et accueille en cette rentrée un nouveau chef très talentueux : Grégory Garimbay (ex Plaza Athénée et Thoumieux). Adoubé par Alan Geaam, qui reste propriétaire des lieux, le trentenaire livre une partition personnelle totalement maîtrisée. Une belle cuisine gastronomique contemporaine, « d'instinct et d'instant », comme on aimerait en déguster plus souvent. D'ailleurs, sa « Poularde Culoiselle, petit épeautre, pouces-pieds et raifort » est un véritable coup de cœur. Cuisson parfaite, associations audacieuses et équilibre. Menu déjeuner à 38€ (courez-y!), menu signature en 4 temps à 70€ et en 5 temps à 90€. Un futur grand.

  • Auberge Nicolas Flamel © Stéphane Riss
    Auberge Nicolas Flamel © Stéphane Riss


Auberge Nicolas Flamel
51 Rue de Montmorency, Paris 3e
Site Web de l'
Auberge Nicolas Flamel | Instagram

 

15. L'Émil | À l'hôtel Château Voltaire | Paris 1er

Pas de révolution gastronomique en vue mais une adresse qui pourrait bien s'imposer comme l'une des tables les plus courues de l'ultra centre de la capitale, à cinq minutes à pied de la rue Saint-Honoré, de la place Vendôme ou du Palais Garnier. C'est en effet ici, au 55 rue Saint-Roch, que Thierry Gillier, fondateur de Zadig & Voltaire, dévoile son premier opus hôtelier : Château Voltaire, un écrin feutré de 32 clés décoré par le duo français Festen. Promis à devenir le QG d'une faune branchée, l'établissement abrite un restaurant, L'Émil, façon bistrot chic où l'on retrouvera des classiques du genre. Pour un dernier verre, La Coquille d'Or est the place to be. Atmosphère tamisée et classiques intemporels y seront servis jusque tard dans la nuit.

  • Restaurant L’Émil - Château Voltaire © François Halard
    L’Émil dans l'hôtel Château Voltaire © François Halard

 

L'Émil (Château Voltaire)
55 Rue Saint-Roch, Paris 1er
Site Web de l'hôtel Chateau Voltaire
 | Instagram

Mais aussi...

Les autres adresses de la rentrée et de l'automne à retenir, en bref :

  • Taillevent accueille un nouveau chef qui fait espérer le meilleur pour l'institution : Giuliano Sperandio, ancien second de Christophe Pelé, d'abord à la Bigarrade puis au Clarence. Les critiques gastronomiques ont déjà appelé pour réserver.
     
  • Dalloyau ouvre aujourd'hui la Passerelle Eugénie, à la gare Saint-Lazare. Très beau décor pour accueillir l'ex-top cheffe Justine Piluso, recrutée pour élaborer la carte.
     
  • L'Hôtel Lancaster, 5-étoiles du quartier des Champs-Élysées, revoit son offre restauration chez Monsieur (chef Sébastien Giroud), pour proposer des mets plus simples et dans l'air du temps, servis toute la journée. Quelle bonne idée.
     
  • Justin Kent (ex Passard et Agapé) et sa femme Lindsey ont ouvert Milagro (Paris 7e) au début de l'été, mais c'est maintenant qu'on se rue sur leurs formidables menus déjeuner à 27 et 35€. Une aubaine dans le quartier des ministères !
     
  • Alan Geaam, chef libanais chouchou des Parisiens, n'en finit pas de nous charmer... avec cette fois Qasti Shawarma & Grill (Paris 3e), nouveau spot street food, face à Qasti, son excellente adresse de bistronomie libanaise. 
     
  • Après un mois de passation festif et gastronomique, Cyril Lignac prend vraiment en mains le Café Constant (Paris 7e), alors que Christian Constant prend quant à lui une retraite bien méritée.
     
  • Pépite dans le 8e arrondissement : service nappé, cuisine canaille (la cheffe vient de l'Ami Jean) et quilles nature. On prend tout de suite son rond de serviette au déjeuner, mais aussi au dîner chez Romain Rio (hôtelier discret mais inspiré du quartier).
     
  • Le Fitzroy, c'est un quartier hype de Melbourne et c'est à présent l'ambassade de l'Australie cool à deux pas de Bastille (Paris 11e). La faune créative s'y donne rendez-vous de tôt le matin à tard le soir pour échanger et festoyer.
     
  • Le Bouillon Pigalle double la mise en ouvrant une deuxième enseigne, Bouillon République (Paris 3e), dans l'ancienne brasserie alsacienne Chez Jenny. Même équipe, même carte, même prix ultra-serrés et même succès programmé.
     
  • Charles Compagnon, qu'on salue déjà comme restaurateur de talent au Richer et au 52, s'apprête à ouvrir Café Compagnon (Paris 2e) cet automne. Entre temps, il s'est initié à la torréfaction et produit aussi du vin... On a hâte de s'y attabler.
     
  • Maison Russe (Paris 16e), la nouvelle maison de Paris Society, devrait réunir dès la mi-octobre tous les amoureux de l'art de vivre au temps des tsars. Violon slave, caviar, pavlova et shots de vodka, on dit Da !
     
  • Quand Émile Cotte, l'ancien chef de Drouant, ouvre Baca'v (Paris 5e) son premier bouclard en nom propre (Baca veut dire manger en patois limousin), on sait d'emblée qu'on va bien manger et bien boire.

Réservez cet hôtel gratuitement et immédiatement en ligne !

Nous recommandons aussi