La rédaction Yonder, Le samedi 28 décembre 2019
Restaurants

Paris : les restaurants les plus attendus de 2020

Quelles nouvelles tables vont faire parler d'elles en 2020 ? Comme chaque fin d'année, on fait le point sur les ouvertures (restaurants gastronomiques, brasseries, bistrots de chefs, nouveaux concepts...) de l'année qui s'apprête à débuter. Sélection (non exhaustive).
  • L'hôtel ultra luxe Cheval Blanc Paris (LVMH) accueillera une table gastronomique signée Arnaud Donckele © Cheval Blanc
    L'hôtel ultra luxe Cheval Blanc Paris (LVMH) accueillera une table gastronomique signée Arnaud Donckele © Cheval Blanc

Publication initiale le 28 décembre 2019, mise à jour le 2 janvier 2020.
Auteur : Mathieu Belay

Les ouvertures de 2020, en 10 adresses phares

1. Le restaurant du Cheval Blanc Paris (Paris 1er)

Qui ? Arnaud Donckele, la toque triplement étoilée de La Vague d‘Or à Saint-Tropez. Le jeune et talentueux chef pâtissier Maxime Frédéric (ex George V) chapeautera l'offre sucrée.

Pourquoi on s’y intéresse ? Ce qui est l’ouverture hôtelière la plus attendue de l'année à Paris, celle très attendue du Cheval Blanc Paris dans l’ancienne Samaritaine, sera aussi l'un des évènements gastronomiques de 2020. Rares sont, en effet, les inaugurations de restaurant ayant l’ambition, à demi avouée, de décrocher trois étoiles Michelin. Il faut dire que Bernard Arnault, l’emblématique patron de LVMH, entend mettre les petits plats dans les grands pour faire du futur hôtel le fleuron de son ultra luxueuse collection Cheval Blanc — déjà présente à Courchevel, St-Barth, Maldives et St-Tropez en attendant Londres et Beverly Hills dans les prochaines années — et l’icône d’une certaine vision du luxe à la française.

Le milliardaire a ainsi chargé Arnaud Donckele — 3-étoiles Michelin, Cuisinier de l’Année 2020 du Gault&Millau et déjà aux commandes de La Vague d’Or au Cheval Blanc St-Tropez (anciennement La Résidence de la Pinède) — de présider aux destinées de la table signature du futur palace. Vues spectaculaires sur les quais de Seine, cadre somptueux et cuisine française contemporaine de haute volée y seront de la partie.

  • Portrait d’Arnaud Donckele, futur chef de la table gastronomique du Cheval Blanc Paris © DR
    Arnaud Donckele © DR
  •  

 

Bon à savoir ? Au-delà de son flagship gastronomique établi au 1er étage, le Cheval Blanc Paris comptera deux autres restaurants (cuisines française et italienne), regroupés au septième étage où ils partageront une immense terrasse. La future Samaritaine version LVMH devrait également abriter de nombreuses adresses food pour lequels de grands noms de la cuisine hexagonale auraient été approchés. Parmi ceux fréquemment cités, celui de Paul Pairet. Le chef avant-gardiste, à l’origine de l'incroyable restaurant Ultraviolet à Shanghai et futur juré de la saison 11 de Top Chef, ferait son grand retour dans la capitale à travers une brasserie contemporaine.

Quand ? Printemps 2020.

Où ? 8 quai du Louvre, Paris 1er // En savoir plus sur le site Web de Cheval Blanc Paris.

 

2. La Ferme du Doyenné (Saint-Vrain, Essonne)

Qui ? Les chefs australiens James Henry et Shaun Kelly.

Pourquoi on s’y intéresse ? Après avoir travaillé auprès de Daniel Rose, s’être fait un nom Au Passage (Paris 11e) puis chez lui chez Bones (toujours dans le 11e), James Henry et son complice Shaun Kelly (ex Au Passage, Yard) se sont installés à Saint-Vrain dans l’Essonne, à 40km au sud de Paris, avec un projet ambitieux : développer une ferme-potager autosuffisante, dans les anciennes écuries d’une propriété baptisée Le Doyenné, avec restaurant farm-to-table de 40 couverts, 10 chambres où passer la nuit et des intérieurs signés du studio parisien ciguë, (Cheval d’Or, Café Kitsuné au Palais-Royal...). En attendant, le duo, qui a entrepris un travail d’horticulture méticuleux, livre déjà certaines des tables les plus en vue de la capitale (Septime, Passerini, Le Chateaubriand…).
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par La Ferme Du Doyenné (@la_ferme_du_doyenne) le

 

En savoir plus sur le projet de la Ferme du Doyenné dans l’article du New York Times Style Magazine qui lui a été consacré.

Quand ? Été 2020.

Où ? Saint-Vrain, Essonne // Suivre La Ferme du Doyenné sur Instagram.

Réservez cet hôtel gratuitement et immédiatement en ligne !

 

3. Hôtel de la Marine (Paris 8e)

Qui ? Les stars de la grande cuisine Jean-François Piège et Alain Ducasse.

Pourquoi on s’y intéresse ? C’est l’un des plus importants chantiers de rénovation de Paris. Le majestueux Hôtel de la Marine, l’un des deux grands palais de la place de la Concorde commandé par Louis XV au XVIIIe siècle et « jumeau » de l’Hôtel de Crillon, est en pleine métamorphose. L’ambition ? Faire de l'ancien ministère de la Marine un « lieu de vie » pour les Parisiens comme les touristes. Sa fréquentation annuelle devrait atteindre les 600,000 visiteurs.

  • Hôtel de la Marine - Rendu 3D © Moatti-Riviere
    Aperçu de la future cour d'honneur de l'Hôtel de la Marine © Moatti-Riviere

 

Le futur ensemble abritera des espaces d’exposition (dont les collections de la Fondation Al Thani du Qatar) et salons d’apparat, des bureaux, une librairie du Centre des monuments nationaux (CMN) ou des boutiques. La cour d’honneur, « cœur vivant » de l'Hôtel, sera accessible depuis la place de la Concorde comme la rue Royale. Elle sera jouxtée de deux prestigieux espaces de restauration coexploités par le Moma Group de Benjamin Patou (MANKO, Créatures, La Gare, Froufrou, Lapérouse…) : une table gastronomique signée Jean-François Piège et un café. À l’étage, la gestion d’un salon de thé, installé dans l'ancien appartement du garde général, sera confiée à la société Musiam selon Les Échos. L'entreprise conjointe d’Elior et Alain Ducasse est spécialisée dans l'exploitation des grands lieux culturels et patrimoniaux (le Louvre, le Château de Versailles, le Musée d’Orsay…).

Quand ? Été 2020.

Où ? 2 place de la Concorde, Paris 8// En savoir plus sur le site Web de l'Hôtel de la Marine.

 

4. Akira Back au Prince de Galles (Paris 8e)

Qui ? Le chef étoilé et serial restaurateur Akira Back.

Pourquoi on s’y intéresse ? Méconnu en Europe, le succès de Sung Ook Back, 45 ans, né à Séoul, ayant grandi à Aspen dans le Colorado et plus connu sous le nom d’Akira Back, n’en reste pas moins fulgurant. Déjà à la tête d’une quinzaine de restaurants de par le monde (Las Vegas, Dubai, Singapour, Toronto, Séoul, Bangkok…) — une douzaine de nouvelles ouvertures sont d’ores et déjà dans les tuyaux — dévoilera en mai sa première adresse européenne au sein du Prince de Galles (membre de la Luxury Collection de Marriott). Le nouveau concept, décrit comme « innovant, ambitieux […] et inédit » s’installera en lieu et place du bar Les Heures dans un décor « d’inspiration japonisante des années 1930 ».

Cette ouverture sera la pièce maîtresse de la refonte totale de l’offre de restauration du cinq-étoiles Art déco de l’avenue George V. En février dernier, l'hôtel de luxe a mis fin à sa collaboration avec Stéphanie Le Quellec [la cheffe doublement étoilée a depuis pris son indépendance en dévoilant son propre restaurant à l’automne, NDLR]. L’ancien restaurant gastronomique La Scène sera quant à lui transformé dès le mois d’avril en lieu hybride (bar à cocktails le soir et restaurant all day dining).
 

  • Akira Back – Portrait © DR

 

Quand ? Mai 2020.

Où ? 33 avenue George V, Paris 8e.

 

5. L’Épi d’Or (Paris 1er)

Qui ? Le chef multi-étoilés et cathodique Jean-François Piège.

Pourquoi on s’y intéresse ? D’ouverture en rachat, l’empire culinaire parisien de Jean-François Piège s’étend. Après Le Grand Restaurant (son vaisseau amiral doublement étoilé), Clover (où le végétal est à l’honneur), Clover Grill (consacré aux viandes d’exception), La Poule au Pot (bistrot de cuisine bourgeoise) et en attendant sa collaboration très attendue avec le Moma Group à l’Hôtel de la Marine (lire plus haut à ce sujet), l’ancien juré de Top Chef qui ne participera donc pas à la 11ème saison — et son épouse Élodie ont racheté L’Épi d’Or, brasserie tradi du quartier des Halles dont le décor des années 1940 (globes en opaline, bar en ronce de noyer…) est intact. Reste à savoir si l’esprit populaire des lieux — on y déjeunait auparavant pour 20€ — sera préservé par leurs nouveaux propriétaires.

  • Portrait de Jean-François Piège © James Bort
     © James Bort

 

Quand ? Janvier 2020.

Où ? 25 rue Jean-Jacques Rousseau, Paris 1er.

 

6. Qasti (Paris 3e)

Qui ? Le chef étoilé d'origine libanaise Alan Geaam.

Pourquoi on s’y intéresse ? Le parcours d'Alan Geaam est l’un des plus remarquables de la scène gastronomique parisienne. Arrivé en France en 1999, où il ne pouvait compter sur rien ni personne, le chef autodidacte, désormais étoilé dans le 16e pour son restaurant Alan Geaam, s’apprête à ouvrir un bistrot dans le 3e arrondissement, un peu plus d’un an après avoir quitté l’aventure AG Les Halles. Qasti, « mon histoire » en libanais, proposera des recettes inspirées des souvenirs d’enfance du chef autour de recettes de partage. Ouverture quotidienne, brunch le dimanche et prix annoncés entre 20 et 40€ selon le magazine Le Chef.

  • Portrait d’Alan Geaam © DR

 

Quand ? Février 2020.

Où ? Paris 3e.

 

7. La Halle aux Grains — Bourse de Commerce – Pinault Collection (Paris 1er)

Qui ? Les Bras père et fils (Michel et Sébastien), doublement étoilés pour leur mythique Maison Bras à Laguiole (Aveyron).

Pourquoi on s’y intéresse ? Le milliardaire et collectionneur d'art contemporain François Pinault a confié à Michel et Sébastien Bras les clés du futur restaurant de la Bourse de Commerce. Cette dernière abritera dès 2020 les œuvres de sa prestigieuse collection du patron du groupe de luxe Kering (Gucci, Saint Laurent, Balenciaga, Boucheron…). L'établissement, qui n'aura pas vocation à faire la course aux étoiles, offrira des vues intérieures — sur le cœur du bâtiment transformé par l'architecte japonais Tadao Andō — et extérieures vers l'église Saint-Eustache, la Canopée des Halles et la tour Saint-Jacques.

  • Bourse de Commerce – Pinault Collection – Maquette © DR

 

Quand ? Courant 2020.

Où ? 2 rue de Viarmes, Paris 1er // En savoir plus sur le site Web de la Bourse de Commerce.

 

8. Brasserie Rosie (Paris 11e

Qui ? Un duo de nouvelles têtes, « Juliette et Kevin », accompagné de John Whelan.

Pourquoi on s’y intéresse ? Les brasseries parisiennes ont le vent en poupe. Décors réinventés (Grand Café Capucines, La Coupole), cuisine modernisée (Le Dôme), concepts dépoussiérés (Bouillon Pigalle bientôt doublé d’un Bouillon République, Brasserie Bellanger), la tendance s’illustrera prochainement du côté de Bastille avec l’ouverture prochaine de cette adresse inspirée des « des brasseries populaires où allaient nos grands-parents […] et shakée à la sauce 2020 ». Ouverture en continu de midi à minuit 7j/7, sourcing en direct auprès de 130 producteurs, carte de cocktails et spiritueux « 100% made in France », charcuteries et pâtisseries faites maison et intérieurs signés de l’Anglais John Whelan (lire ici l’article que Vanity Fair lui a consacré). Le designer britannique autodidacte, fin connaisseur des brasseries parisiennes, a récemment réinventé les intérieurs du Bouillon Julien (Paris 10e). Sur le papier, Brasserie Rosie n’est pas sans rappeler la recette gagnante des trattoria branchées de Big Mamma.

  • Brasserie Rosie © DR

 

Quand ? Le 9 janvier 2020.

Où ? 53 rue du Faubourg Saint-Antoine, Paris 11// En savoir plus sur le site Web de la Brasserie Rosie.

 

9. Food Society (Paris 14e)

Qui ? Moma Group (MANKO, Créatures, La Gare, Froufrou, Lapérouse…) et le Food Market (Belleville) de Virginie Godard.

Pourquoi on s’y intéresse ? « Le plus grand food hall d’Europe » ? C’est en tout cas ce que clame le géant de l’immobilier commercial Unibail-Rodamco-Westfield au sujet de Food Society, food court « disruptif » de 5,000m2 qui ouvrira ses portes au centre des Ateliers Gaîté. L'immense complexe, dont la conception a été confiée à l’agence d’architecture néerlandaise MVRDV, réunira par ailleurs mall nouvelle génération, bureaux, logements, crèche, bibliothèque ainsi qu'un hôtel Pullman entièrement rénové.

Sous la houlette de deux spécialistes de la restauration parisienne contemporaine — Moma Group coutumier des concepts glamours et festifs et Food Market, expert de la street food tendance — Food Society accueillera 35 comptoirs et bars distincts. Le communiqué de presse précise que « chaque comptoir proposera un concept "signature" doté de son identité culinaire : un bar, des cantines, un espace « desserts », un marché plus traditionnel et un pop-up restaurant pensé comme un incubateur ».

  • Food Society – Ateliers Gaîté © DR

 

Quand ? Courant 2020.

Où ? Les Ateliers Gaîté, Paris 14e.

 

10. La Fontaine Gaillon (Paris 2e)

Qui ? Le fondateur du Moma Group Benjamin Patou (encore lui !) et Marc Veyrat.

Pourquoi on s’y intéresse ? Propriété jusqu’à l’été dernier de Gérard Depardieu, la Fontaine Gaillon a été cédée par l’acteur qui estimerait avoir « fait le tour de l'aventure » à Benjamin Patou, associé pour l'occasion aux héritiers du Groupe Galeries Lafayette selon Les Échos. Le fondateur du Moma Group (MANKO, Créatures, La Gare, Froufrou, Lapérouse…) a chargé Marc Veyrat, avec lequel il collabore déjà avec le restaurant Rural (au Palais des Congrès) de prendre les rênes de ce restaurant mythique du 2ème arrondissement. Le chef savoyard, au cœur d’une tempête médiatico-judiciaire inédite l’opposant au Guide Michelin, devrait y révéler dès janvier une « carte iodée faisant la part belle aux poissons de lacs ». Le décor, remis au goût du jour pour l’occasion, promet d'être « chic parisien » .

Quand ? Janvier 2020.

Où ? 15 rue Gaillon, Paris 2e.

 

MAIS AUSSI, TOUJOURS À PARIS

Les autres adresses, classés par ordre alphabétique.

  • 5 Baht (Paris 4e) : premier spot parisien entièrement dédié aux nouilles thaïes sous la houlette de la cheffe Ja Euarchukiati (ex Mandarin Oriental Hyde Park de Londres). À la manière de Kodawari Tsukiji, le décor de 5 Baht — nom qui fait écho au prix d’un bol de nouilles à Bangkok —, coréalisé par un studio thaïlandais, promet une expérience immersive inspirée par les authentiques « gargotes typiques du centre du pays ».
    Déjà ouvert au 10 rue Saint-Merri, Paris 4e.
     
  • 52 Champs-Élysées – Le rooftop (Paris 8e: après Perruche, Paris Society (ex Noctis, à la tête de CoCo Paris, Girafe, Apicius, Loulou, Monsieur Bleu…) investira le toit de l’ancien Virgin Megastore, déjà métamorphosé par l’arrivée au printemps dernier des Galeries Lafayette Champs-Élysées. Selon Les Échos, « le toit-terrasse de 500m2, à la vue sur tout Paris, proposera un restaurant de 160 places à l'intérieur et 300 à l'extérieur, à la cuisine asiatique, avec potager sur le toit et grand chef aux commandes d'une table d'hôtes ». Pour son patron Laurent de Gourcuff, le futur lieu, véritable vitrine du savoir-faire de son groupe tentaculaire aux 100M€ de CA en 2018, sera « peut-être sa plus belle affaire ».
    Ouverture prochaine au 52 avenue des Champs-Élysées, Paris 8e.
     
  • 58 Tour Eiffel (Paris 7e: après le relifting de l'étotilé Jules Verne (Frédéric Anton y a remplacé Alain Ducasse) révélé en 2019, c’est au tour de la brasserie chic 58 Tour Eiffel, au premier étage de la Dame de Fer, de faire peau neuve. Le nouveau décor, imaginé à quatre mains par Ramy Fischler, designer de l’année 2018 et Nicolas Delon, fondateur du collectif Encore Heureux, misera sur la « transparence » alors que la carte de « cuisine de brasserie contemporaine et conviviale » sera repensée par Thierry Marx.
    Réouverture au printemps 2020 à la Tour Eiffel, Paris 7e.
     
  • Bouillon République (Paris 3e) : après Bouillon Pigalle, les frères Moussié (Chez Jeannette, Brasserie Barbès, le Mansart, le Floréal, le Bellerive...) vont remettre le couvert du côté de République. En rachetant la brasserie alsacienne Chez Jenny, ils se préparent à rééditer le succès de leur « bouillon » des temps modernes : cantine XXL, pas de réservation — et donc l’assurance d’avoir une place à condition de faire la queue — et des prix riquiquis (œufs mayo à 1,90€, bœuf bourguignon à 9,80€, île flottante à 2,80€). Carton assuré.
    Ouverture au premier semestre 2020 au 39 boulevard du Temps, Paris 3e.
     
  • Cali Sisters (Paris 2e: la Californie à Paris, c’est la promesse de Cali Sisters qui s’installera à deux pas du Palais Brongniart dans l’ancien restaurant Saturne. À la tête de ce projet ensoleillé, deux sœurs, Capucine et Juliette Vigand, tombées amoureuses de l’État américain après un long voyage en 2013. À la carte, « de la vraie bonne cuisine californienne » (pancakes, meatballs, short ribs cuits à basse température, courge butternut rôtie…) servie en continu 7j/7. Les intérieurs « lumineux et bohème » seront signés Heather Tierney, fondatrice des adresses Butcher’s Daughter (Venice Beach, Manhattan, Brooklyn).
    Ouverture en mars 2020 au 17 rue Notre-Dame des Victoires, Paris 2e.
     
  • Datsha Underground (Paris 3e) : ancienne candidate de Top Chef qu’elle a quitté en demi-finale de l’édition 2019, la jeune cheffe Alexia Duchêne s’apprête à ouvrir Datsha Underground, son premier restaurant dans le Marais. Ouvert uniquement à l’heure du dîner, le concept se basera sur le partage. « L’idée est que les gens prennent cinq assiettes à deux » selon les dires de l’intéressée, précisant que le lieu sera également doté d’un bar à cocktails au niveau inférieur.
    Ouverture le 2 janvier 2020 au 57 rue des Gravilliers, Paris 3e.
     
  • Dupin (Paris 6e) : cadre rafraîchi, nouveau chef (Nathan Helo), nom réduit à l’essentiel (Dupin en lieu et place de l’Épi Dupin), le restaurant de cuisine durable de François Pasteau, désormais dans le giron de la puissante famille Rostang, se réinvente sans pour autant pour se révolutionner (approche écoresponsable, carte mettant le végétal à l’honneur, tarifs inchangés).
    Déjà ouvert au 11 rue Dupin, Paris 6e.
     
  • NANA Bistrot 2 (Paris 9e) : second bistrot iodé par les créateurs du réussi NANA Fish Bar & Bistrot (rue Bréguet, Paris 11e). Le couple Anaïs Wachenheim / Nicolas Bellini et le chef Vincent Jouyaux y proposeront une carte essentiellement marine, des produits issus de la pêche durable et des associations terre-mer.
    Ouverture en janvier 2020 au 47 rue Notre-Dam-de-Lorette, Paris 9e.
     
  • La Parade (Paris 11e) : nouvelle cave à manger à Goncourt où le chef Aldwin Beets (ex Arpège, Guy Savoy, Déviant) proposera une « cuisine végétale, bio et de marché aux inspirations méditerranéennes » (formule déjeuner à l'ardoise le midi, assiettes à partager le soir, brunch le weekend). Carte de vins naturels (élection par la sommelière Raphaëlle Campion) et cocktails préparés par le mixologue Anthony Zamora (Xaman Bar, Mexico).
    Ouverture en janvier 2020 au 2 rue des Goncourt, Paris 11e.
     
  • Pepita (Paris 5e) : Après Chez Minnà (10e), L'Alivi (4e) et Alma (2e), le restaurateur corse Saveriu Cacciari ouvrira un quatrième restaurant aux accents méditerranéens sur le boulevard Saint-Germain. Au programme, soirées jazz live, brunchs, vins de toute le bassinmédite rranéen avec une surreprésentation des flacons bio et naturels, cocktails et jus "minute" détox.
    Ouverture en mars 2020 au 88 Boulevard Saint-Germain, Paris 5e.
     
  • Peppe (Paris 20e) : premier restaurant pour l'Italien Giuseppe Cutraro, ancien chef exécutif pizza du groupe Big Mamma et champion du monde de "Pizza napolitaine contemporaine", titre qu'il a décroché en septembre 2019 à Naples. À deux pas du Mama Shelter (Paris East), il proposera ses pizzas dans un « décor spacieux de 56 couverts intérieurs et de 48 couverts extérieurs ».
    Ouverture en janvier 2020 au 2-4 rue Saint-Blaise, Paris 20e.
     
  • Petit Victor Hugo (Paris 16e) : renaissance en vue pour cette adresse de l’avenue Victor Hugo destinée à devenir une « maison Mer » ouverte aux cuisines marines du monde entier (King crab, paellas, poulpes grillés, tacos de poisson, ceviches, taramas…) dans un décor luxuriant imaginé par Laura Gonzalez. En prime, un « banc d’écailler XXL », un rooftop et des salles secrètes à privatiser.
    Réouverture en avril 2020 au 143 avenue Victor Hugo, Paris 16e.
     
  • Sir Winston (Paris 16e) : à un jet de pierre de l’Étoile, le plus cossu des pubs anglais de l’ouest parisien accueillera prochainement une table indienne. Le nouveau décor pensé par l'omniprésente Laura Gonzalez à la manière d'une « incroyable demeure des colonies anglaise » accueillera le nouveau concept culinaire de « cuisine de partage signée par un chef indien ». Un bar à cocktails speakeasy prolongera l'expérience au sous-sol.
    Réouverture au printemps 2020 au 5 rue de Presbourg, Paris 16e.
     
  • Table Square (La Défense) : c’est un nouvel espace gastronomique géant (4,500 m2 dont 800 de terrasse et 500 places extérieures) qui sera bientôt dévoilé à la Défense, au pied des tours EDF et Cœur Défense. Comme à Beaupassage, ce nouveau food court premium misera sur quelques grands noms — Anne-Sophie Pic qui y ouvrira son second Daily Pic parisien, Akrame Benallal (« bistrot gastronomique » nommé Eclipse), Hugo Desnoyer (à travers son concept de kebab de luxe Grillé), Olivier Bellin (avec Mersea, son adresse de street food marine déjà présente rue du Faubourg Montmartre et... Beaupassage) — pour attirer les presque 200,000 salariés du premier quartier d’affaires européen dans ses sept restaurants.

    Le projet Table Square est porté par le promoteur Urban Renaissance. On lui doit notamment la rénovation du Marché Saint-Germain, le renouveau de la Halle Secrétan dans le 19e arrondissement ou celle de la halle de la Gare du Sud à Nice, récemment transformée en « food & vintage hall ».
    Ouverture en février – mars 2020 sur l’esplanade de la Défense.

Réservez cet hôtel gratuitement et immédiatement en ligne !